Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Sep

Habemus papam

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/75/73/19706160.jpg« Ne vous inquiétez pas : en vous confiant cette charge, Dieu vous offre son soutien pour mener votre mission à bien »


Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

« Je vous rappelle que les concepts d’âme et d’inconscient ne peuvent coexister »

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/75/73/19736508.jpgDepuis une trentaine d’années, Nanni Moretti développe un cinéma à part dans le paysage cinématographique italien, faisant entendre sa petite musique singulière. Si ses films traitent le plus souvent de questionnements intimes, Nanni Moretti s’est également signalé par son talent d’observateur de la société italienne, dont il prend un grand plaisir à dénoncer les travers et les dérives, s’amusant au passage à jouer les poils à gratter. Habitué des festivals, il a notamment remporté la Palme d’or à Cannes en 2001 pour « La chambre du fils ». Cinq ans après "Le Caïman", pamphlet anti-Berlusconi, le cinéaste revient avec "Habemus Papam", présenté en compétition officielle à Cannes.

« Dieu me prête des capacités que je n’ai pas »

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/75/73/19736511.jpgAprès avoir chargé dans les règles de l’art « Il Cavaliere » Berlusconi dans « Le Caïman », Nanni Moretti consacre donc son nouveau film, « Habemus Papam », à l’Eglise catholique et à son chef. Un sujet qui ne lui est pas étranger (il s’était déjà mis en scène voilà vingt-cinq ans en prêtre désabusé dans « La messe est finie ») et qui promettait de faire des étincelles, au point que le Vatican lui refusait d’entrée de jeu de tourner son film à l’intérieur de ses murs. Pourtant, à première vue, on s’étonne de voir un Nanni Moretti aussi peu corrosif. Au point de se demander quelle polémique pourrait bien émerger de ce film. Partant d’un postulat inédit et malin (le nouveau Pape fraîchement élu panique à l’idée d’endosser les nouvelles responsabilités qui lui incombent), « Habemus Papam » se révèle être une gentille farce plus facétieuse que méchante. Pointant les paradoxes de l’Eglise (sacralisation de l’âme mais refus de la psychanalyse) et ses travers un peu archaïques (rejet de la sexualité, du rapport à la mère, de la transparence), le cinéaste s’amuse de ses protocoles (qu’il compare à une pièce de théâtre avec ses comédiens, ses rituels, ses costumes) et dresse surtout, au travers du personnage central, le portrait (forcément) utopique d’un Pape idéal, pétri d’humanité, habité par le doute et dont la place serait au milieu des gens, de la vie, et non cloître dans la prison dorée qu’est le Vatican. Si on s’amuse de la fantaisie de Moretti, qui présente un conclave bienveillant d’où ne dépasse aucune rivalité entre les participants, qui vont même jusqu’à prier pour ne pas être désignés (!), on regrette qu’il étire inutilement certaines de ses embardées burlesques (le tournoi de volley entre cardinaux) qui alourdissent un peu le film, déjà par nature introspectif et lent. Celui-ci s’illumine toutefois grâce à Michel Piccoli en grande forme. Ni le plus grand ni le meilleur film de Nanni Moretti, mais un cru plaisant tout de même.  

Commenter cet article

pierreAfeu 27/09/2011 13:52



Un film qui ne peut être qu'italien. Et c'est en cela aussi qu'il est fort plaisant et particulièrement délicieux.



Christophe 23/09/2011 14:19



J'ai beaucoup aimé, pourtant ce n'était pas gagné. Pas fan de Piccoli, mais il est ici exceptionel. Et le sujet de me tentait pas plus que ça. Mais la vision de Moretti m'a séduit, il nous rend
ces hommes, même si c'est sans doute un peu utopiste, comme tu le dis...



palilia 19/09/2011 18:13



avec un peu de chance, si le minuscule cinéma au milieu des autres à Pau le diffuse encore mercredi, j'aurais une chance de le voir après les heures de bureau ou.... avant 22 H. Pour l'instant, à
deux exceptions près, ce film est vu de la même façon par les blogueurs



Bob Morane 19/09/2011 16:45



Oui un brin gentillet et longuet. Pas déplaisant non plus. Piccoli excellent, il faut le reconnaitre.



Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!