Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jun

L'élève Ducobu

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« T'as redoublé deux fois ? T'es un vrai killer ! »


L'élève Ducobu s'est encore fait renvoyer d'une école.

Cette fois, pour éviter de finir en pension, il n'a plus qu'une seule chance : réussir à Saint-Potache.

Pour s'en sortir, ce cancre attachant va devoir se surpasser et mettre au point les tricheries les plus ingénieuses et les plus spectaculaires jamais imaginées.

La partie est loin d'être gagnée.

En effet Mr Latouche, son redoutable professeur, est un adversaire coriace et Léonie, la première de la classe sur qui il tente de copier, ne va pas rester longtemps sous son charme…


« J'ai l'impression qu'un océan de médiocrité s'est abattu sur cette classe ! »


Art populaire s'il en est, la BD a souvent mis à l'honneur les enfants et plus encore les écoliers. Histoire de toucher le jeune public, féru de ce type de lecture, en lui proposant des histoires qui lui parlent. Histoire aussi de permettre aux dessinateurs de faire ressurgir leur part d'enfance, âge où toutes les bêtises, surtout les plus régressives, sont permises. On connaissait déjà « Le petit Nicolas », « Titeuf » ou encore « Le petit Spirou » (les deux premiers ayant déjà eu droit à des adaptations pour le grand écran). On connaissait moins « L'élève Ducobu ». Pourtant, avec deux millions d'albums écoulés, le cancre au pull jaune et noir crée en 1992 par Zidrou et Godi fait incontestablement parti des références du genre. Il n'en fallait pas plus pour voir ses aventures transposées sur grand écran. Scénariste de « La beuze » et de « Neuilly sa mère ! », c'est Philippe de Chauveron qui s'y colle, réalisant avec « L'élève Ducobu » sont troisième film, après « Les parasites » (1999) et « L'amour aux trousses » (2005).


« On n'est pas à la foire à la saucisse, on est à l'école ! »


Le petit Nicolas et Le petit Spirou avaient en commun de traiter de l'enfance avec une certaine tendresse. Dans un style actuel, Titeuf, lui, se retrouve confronté à des sujets assez sérieux comme la sexualité. Des subtilités un peu oubliées (ou mal rendues) lors de leur transposition au cinéma. L'élève Ducobu n'a rien de tout cela. Pour tout dire, c'est juste un petit gros, cancre patenté et fumiste, qui a fait de la tricherie sa raison d'être. Dès lors, ses relations avec les autres gamins ou avec les adultes, sel habituel de ce genre de production, sont inexistantes. Elles laissent la place à une avalanche de gags répétitifs et pas drôles, dans lesquels Ducobu s'emploiera à trouver tous les subterfuges pour berner son prof (classeur à trous pour mieux voir, pistolet à antisèches, oreillette planquée dans un sonotone). Tentatives qui lui vaudront invariablement le coin et le bonnet d'âne. Et on ne parlera pas de la caricature de maison de repos pour profs dépressifs. On vous avait prévu, ça ne vole pas haut ! Le salut de cette médiocrité humoristique viendra des apparitions d'Elie Semoun, qui excelle toujours en dragueur maladroit. Dommage cependant qu'il ne se renouvelle pas un peu. Pour le reste c'est le néant absolu. S'il parvient à berner un temps son instituteur, ça n'aura pas pris avec nous. Ducobu ? Recalé !


Commenter cet article

mikenasa 19/08/2011 05:06

epzeACBghGNKHwcarinsurance tbv business insurance :-PPP

PERUVIANSIS 19/08/2011 01:48

btIHyaBGNotbDLQyLqvorder cialis twqwxi levitra >:O

Bob Morane 28/06/2011 20:55

C'était tout simplement insuportable ! Elie Semoun en Cyprien odieux, le petit gros en gros naze qui n'a aucun talent et un réalisation de merde ! Merci Mapilon...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!