Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 May

Bob l’éponge : le film

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

« Me voilà, promotion !…me voilà, promotion !…me voilà, promotion ! »

 

Il était une fois Bikini Bottom, un monde sous-marin merveilleux où vivait une joyeuse bande de personnages plus barrés les uns que les autres, comme Bob l’éponge qui vit dans son ananas, Patrick le gentil crétin, ou encore Carlo et sa légendaire chemise marron qui n’a d’égale que sa mauvaise humeur constante !!!

Et dire que cette série déjantée nous irradie de bonheur via le petit écran depuis quelques années déjà !!!

Affiche française. United International Pictures (UIP)

Le passage sur grand écran, pari risqué, certes, était néanmoins devenu inéluctable. Et mérité pour notre gentil héros jaune. Restait à savoir si l’humour complètement décalé et déjanté, irrésistible sur un format télé d’une vingtaine de minute, pouvait avoir le même impact, sans perdre de sa légèreté sur un format d’une heure et demie. Et heureusement, Stephen Hillenburg, déjà papa de notre héros à la télé, a bien su conduire sa barque. En effet, en partant d’un scénario finalement assez mince, et en n’hésitant pas à mettre un maximum d’humour dans son film, en osant même quelques passages d’anthologie (comme l’apparition finale de David Hasselhoff n’hésitant pas à s’auto-parodier dans son uniforme d’ « Alerte à Malibu », ou encore le final phénoménal digne d’un clip de rock des années 80 !!!), il arrive à restituer parfaitement le même ton et le même rythme que dans la série.

 

« Je suis un glouton barjot ouais, je suis un glouton barjot ouais !!!! »

 

Certes, l’histoire n’est finalement pas super originale : alors que Bob s’attend à avoir une promotion au « Crabe croustillant », fast-food où il travaille, c’est finalement Carlo qui l’obtient à sa place, Bob étant jugé comme étant encore un gamin et ne pouvant du coup assumer ces nouvelles responsabilités. Pendant ce temps, Plankton, l’ennemi du Capitaine Krabs, arrive à faire croire au roi des mers que Krabs à voler sa couronne. Ce dernier aurait du d’ailleurs mourir si Bob n’était pas intervenu en demandant au roi un sursis de 5 jours, le temps d’aller chercher la couronne volée dans la dangereuse contrée de Shell City. Pendant ce temps, Plankton arrive à prendre le contrôle de tous les habitants de Bikini Bottom et les réduit en esclavage à son service pour se faire construire une cité despotique à son effigie. Autrement dit, la tâche de Bob et de Patrick est des plus compliquées !!!

 

A travers cette trame scénaristique simple, le réalisateur traite des mêmes thèmes que tous ses collègues du monde de l’animation destinée aux jeunes spectateurs, tels que le difficile passage de l’enfance à l’âge adulte, l’amitié, la prise de responsabilité, la lutte pour la liberté, et j’en passe des meilleurs. Mais à aucun moment Hillenburg ne verse dans l’excès sentimental ni dans l’émotion facile (spécialité Disney, Pixar et Dreamworks !). Tout reste bien dosé, derrière un solide sens de la dérision et de la bouffonnerie (n’est-ce pas Patrick ?) , et les situations les plus graves sont toujours dédramatisées par la folie douce de Bob et Patrick, qui pour l’occasion sont plus proche de Dumb and Dumber que dans la série télé. Ce qui n’empêche d’avoir quelques scènes assez touchantes (la larme des gloutons barjots…je sais, on peut être un grand enfant d’une bonne vingtaine d’années et trouver ce passage triste !!!). De plus, contrairement à la série télé, le film est ultra-référencé, aussi bien dans les personnages que dans les scènes comiques, ce qui permet de toucher encore plus le public adulte.

United International Pictures (UIP)

 

« - Eh les gamins ! Vous ne tiendrez pas dix secondes de l’autre côté de la frontière ! 

-         Alors on a tenu combien ?

-         Douze secondes

-         Douze secondes !!! On a gagné ! Alors, c’est qui les gamins ? »

 

Comme dans le dessin animé version télé, les décors sont assez minimalistes, mais les couleurs sont toujours aussi vives et guimauves, créant un univers totalement psychédélique. Pour l’occasion, quelques stars viennent faire un petit tour, comme David Hasselhoff donc, mais aussi, de manière vocale, Alec Baldwin et surtout Scarlett Johansson. Une belle preuve de reconnaissance en quelque sorte !!!

 

Au final, le film est encore plus barré que la série, même s’il ressemble plus à un épisode version longue qu’à un film à proprement parler. Néanmoins, il est totalement délirant, et, à condition d’être complètement barge (comme Kiki) et régressif (comme moi), et d’accepter de jouer le jeu, à savoir de ne pas réfléchir pendant une heure et demie, on se marre de la première à la dernière minute, et on ressort avec une banane assez durable !!!

Je ne le dis pas souvent, mais ce film devrait être remboursé par la sécurité sociale !!!

Bref, c’est dans ces moments-là qu’on regrette de ne pas avoir encore d’enfants pour retourner le voir… 

Affiche américaine. United International Pictures (UIP)

Je n’aurais qu’un mot : c’est extraordinaire !!! J’adore !!!

« -     vous êtes prêts les enfants ?

-         oui capitaine !!!

-         qui vit dans un ananas dans la mer ???.

-         Bob l’éponge carrée !!! »



Commenter cet article

Bob Morane 14/05/2007 23:04

Ha qu'il est beau ce blog ! ! Ha ! Bob l'éponge et Patrick étoile de mer, mes amis, mes frères, mes enfants, qui sait, j'ai tellement voyager ! Si ça ce n'est pas la vraie vie, si ça ce n'est pas le bonheur et le paradis, alors qu'est-ce que c'est ??? "dite, vous avez vu mon slip monsieur cacahuette ??? vous voulez le voir ??"
Le petit kiki

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!