Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Nov

L'exercice de l'Etat

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films Politiques-Historiques

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/21/19796503.jpg« Faire fausse route ? C’est un comble pour un ministre des transports ! »


Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix.

Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique…

Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. A quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un Etat qui dévore ceux qui le servent ?

« Ton seul problème c’est de mettre du fond. Tu es flou. Ton histoire reste à écrire »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/21/19796505.jpgPendant longtemps, les films consacrés à la politique furent l’apanage du seul cinéma américain. Dès les années 30, CapraMr. Smith au Sénat »), FordLa dernière fanfare ») et d’autres (« Votez McKay ! »), ont ainsi pris un malin plaisir à nous décrire les coulisses de la vie politique américaine. A partir des années 70, ce devint même plus virulent, s’attaquant ouvertement et frontalement aux dérives du système politique local et aux hommes en place. A l’image des films de PakulaLes hommes du président ») ou de StoneJFK », « Nixon »). A l’inverse, en France, le sujet sembla tabou durant de nombreuses décennies. Certes, il y avait bien une poignée de réalisateurs comme Costa Gavras pour dénoncer les régimes fascisants étrangers. Mais jamais rien sur la France. Il aura finalement fallu attendre les années 2000 pour voir les cinéastes s’intéresser à ce sujet. Les films se sont ainsi multipliés, alternant le bon (« Le candidat ») et le moins bon (« Président »), allant même jusqu’à traiter de présidents anciens (« Le promeneur du Champs de Mars ») ou de l’actuel occupant de l’Elysée (« La conquête »). Auteur de débuts remarqués il y a trois ans avec « Versailles », dans lequel il évoquait la vie des marginaux vivant à l’ombre du pouvoir et de l’opulence, Pierre Schoeller nous revient avec « L’exercice de l’Etat », film consacré au quotidien d’un ministre en fonction. Récompensé du Prix de la critique internationale à Cannes, « L’exercice de l’Etat » est le deuxième volet d’une trilogie consacrée au(x) pouvoir(s) et dont le troisième volet devrait être consacré à la Révolution Française.

« On ne fait pas une révolution avec des doutes »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/21/19835094.jpgPour beaucoup le pouvoir et l’autorité sont incarnés (à tort ?) par le Président de la République. Au sommet du système politique national, celui-ci ferait presque oublier les membres de son gouvernement. Le choix du réalisateur de suivre le quotidien d’un ministre « ordinaire » (c'est-à-dire pas le plus médiatisé ni le plus en vue), en l’occurrence celui des transports, n’en rendait son film que plus surprenant et intrigant. Sans occulter l’aspect bureaucratique de la chose politique, le réalisateur s’efforce de montrer un homme toujours en action et dans l’action. Qu’il débarque en pleine nuit sur les lieux d’une catastrophe routière ou qu’il brave les syndicats afin de vendre l’action gouvernementale, le ministre est un homme définitivement pressé, pressurisé et constamment sur la route. Mais là où le film de Schoeller se fait passionnant, c’est quand il nous montre les coulisses du pouvoir : la rivalité entres les ministres/courtisans, les coups bas, les stratégies électorales, les compromissions morales (lorsque le ministre accepte de défendre une réforme à laquelle il est intérieurement opposé)... Bien qu’étant en permanence entouré de gens, de conseillers aux dents longues ou de journalistes, le ministre est avant tout un homme seul. Le film de Schoeller sonne ainsi étonnement juste et vrai, malgré quelques longueurs inutiles mais sans conséquences (la longue scène de la beuverie). Sa réflexion sur la politique et les hommes qui la pratiquent, tiraillés entre convictions personnelles et carrières personnelles, est tout autant pertinente. Au final, le portrait dressé de nos chers politiciens est tantôt fascinant tantôt effrayant (lorsque le ministre évacue toute émotion aux funérailles de son chauffeur, l’abordant comme un évènement politique et médiatique), au point de se dire que ces hommes-là ne sont pas comme nous. Ils demeurent des animaux politiques, évoluant dans un monde brutal où intérêts général et personnel se confondent et où tous les coups sont permis. Passionnant et terrifiant.

 http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/21/19835095.jpg  http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/21/19835092.jpg

Commenter cet article

ta d loi du cine 06/12/2011 12:19


Un bon billet, plus original que beaucoup d'autres que j'ai pu lire sur la blogsphère.


Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous quand vous considérez que le Ministre taite l'enterrement comme un événement médiatique. J'aias davantage ressenti cette scène comme un "hommage
personnel" qu'il lui rend (alors qu'il a été "interdit de parole publique" par la famille), en se murmurant pour lui seul les mots qu'il avait préparé - murmure par lequel il s'abstrait de
préchi-précha relgieux qui l'environne.
(s) Ta d loi du cine, "squatter" chez Dasola

Claire 30/11/2011 08:06


Tout à fait d'accord, j'ai vraiment beaucoup aimé ce film!

Bob Morane 29/11/2011 07:52


Belle critique sur un beau film, intéressant et efficace. Sans doute le plus réaliste de la vie de nos ministre.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!