Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Sep

L'invité

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« - C’est qui l’intégrateur de compétences ?

   - C’est le gars qui intègre les compétences… »

 

EuropaCorp DistributionSpécialiste du film alimentaire, Gérard, la cinquantaine, est chômeur depuis trois ans. Le moral en berne, des indemnités de chômage qui baissent inexorablement, le destin semble enfin lui sourire lorsqu’il passe un entretien pour un poste dans un bled paumé en Indonésie. Gérard fait forte impression, et le poste lui semble promis. Mais il devra encore passer une dernière épreuve pour avoir le poste : recevoir le grand boss de la société, qu’il n’a jamais vu, à dîner chez lui. Affolés à l’idée de ne pas être à la hauteur de l’événement, Colette, la femme de Gérard, supplie Alexandre, le voisin du dessus spécialiste de la communication, de prendre les choses en main. Et la tâche n’est pas gagnée quand on voit l’appartement et les centres d’intérêt du couple : circuit de trains électriques dans tout l’appartement, disques de variétés ringards, bibelots désuets. Alexandre a 24 heures pour relooker le couple et son appartement avant l’arrivée de l’invité…

 

.

« -     Vous jouez à domicile

-         C’est pas un avantage ?

-         Ça dépend du domicile »

 

Daniel Auteuil. EuropaCorp DistributionÇa faisait déjà quelques mois que la bande-annonce passait occasionnellement dans les salles obscures. Pourtant, « L’invité » sort sans que personne n’en sache grand chose. La faute probablement aux choix des distributeurs de ne pas faire de projections presse. Pourtant, cette comédie était un petit événement en soit puisqu’elle est l’adaptation d’une pièce de théâtre à succès du même nom, écrite par David Pharao, et jouée en 2003 à Paris par Patrick Chesnais et Philippe Khorsand. Côté réalisation, on retrouve Laurent Bouhnik dont c’est le cinquième long. On notera au passage que cette comédie est un changement radical de genre pour le réalisateur qui nous avait habitué jusque là à des sujets plus sombres et graves, tels que « Zonzon » (1998), ou « 24 heures de la vie d’une femme » (2003), adaptation de Stefan Zweig portée par Agnès Jaoui.

 

« Après deux ans de mots fléchés tu pourrais peut-être enfin te mettre aux fiches cuisine »

 

Daniel Auteuil, Thierry Lhermitte et Valérie Lemercier. EuropaCorp DistributionLa chose qui est d’entrée frappante dans « L’invité », c’est la volonté permanente et affichée de faire du Francis Veber, quitte à ne pas imprimer sa propre patte au film. D’ailleurs, cette histoire qui se développe à huit clos sur l’organisation d’un dîner mêlant des gens riches et vifs à des ringards auto satisfaits ne peut que faire penser à l’illustre « Dîner de cons » (Veber – 1998). D’autant que pour confondre encore un peu plus les pistes, Bouhnik pousse jusqu’à compter dans son casting Thierry Lhermitte (déjà au casting du « Dîner de cons »), et Daniel Auteuil, lui aussi habitué des films de Veber (« Le placard » en 2003 où il jouait déjà avec Lhermitte, et « La doublure » (2006)), mais aussi des mauvaises comédies ratées imitations Veber (« Mon meilleur ami » - Leconte (2006)). Et le spectacle qui commence sous nos yeux est franchement indigent. Il faut dire que le scénario n’a rien de franchement original : les évènements sont archi prévisibles, et les ressorts comiques quels qu’ils soient (bons mots, quiproquos ou situations) sont largement éculés et éventés. On n’échappe ainsi pas à la méprise sur l’identité de l’invité, ni au coup de théâtre des apparences (Lhermitte est en fait chômeur), ni aux réparties les plus faciles (« Un disque de Cloclo, pour vous griller un candidat, c’est comme un sèche cheveu dans une baignoire », sans parler de la confusion grosse comme une montagne entre le vin d’appellation « Cote-Rotie » et la côte rôtie présentée finalement par Lemercier. Jusqu’au bout, on se dit « non, il ne va pas oser la faire celle-là ». Et finalement si…). Si quelques situations ou répliques nous tirent quand même un sourire gêné, le constat reste franchement affligent.

 

« Un soufflet pour un dîner aussi important, je trouve ça gonflé »

 

Valérie Lemercier. EuropaCorp DistributionSur la forme, pas grand chose à ajouter qui pourrait sauver quelque peu le film. Bouhnik assure ici le minimum syndical, la réalisation semblant là encore calquée sur celle de Veber. Mais le résultat est ici poussif et fainéant. La direction d’acteurs n’est pas non plus le point fort du film, ceux-ci se contentant de surjouer, comme s’il interprétait une sorte de parodie de ce film ! Lhermitte est dans l’excès absolu et semble finalement à côté de ses pompes, alors que Lemercier fait une nouvelle fois du Lemercier, à savoir la gentille nunuche franchement cruche. Reste Auteuil, qui s’en sort finalement pas si mal, mais qui interprète pour la énième fois ce rôle de con un peu fade.

 

« T’as 52 ans, faut arrêter de se contenter de faire des tours de manège. Maintenant faut attraper la queue du Mickey »

 

Daniel Auteuil, Valérie Lemercier et Thierry Lhermitte. EuropaCorp DistributionLes films de comédie made in France semblent connaître un essoufflement faute de renouvellement. « L’invité » est en cela symptomatique. A l’image de films récents comme « Mon meilleur ami », « La doublure », « La maison du bonheur », « L’antidote », ou encore « L’entente cordiale », qui reposent sur des schémas classiques d’opposition de personnages aux caractères très différents et un humour très grand public, gentillet, et surtout politiquement correct, les ressorts comiques sont trop éculés, trop prévisibles, et une certaine facilité, sorte de recherche du moindre effort, semble du coup en découler. Comédie sous-Véberienne par excellence, « L’invité » ne sera au final qu’un énième vaudeville sans saveur. On est libre d’y adhérer. Ou pas.



Commenter cet article

Bob Morane 22/09/2007 19:32

Je ne crois pas qu'il y est grand chose à rajouter. Ce n'est pas un navet, pire que ça, c'est du gachi. De bon acteurs pour nous rejouer du sous diner de cons au sous père noël est une ordure. On souri de temps à autre plus qu'on ne ri, et encore, plus par dépit tant c'est finalement pathétique.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!