Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 Mar

Les marches du pouvoir

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films Politiques-Historiques

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/45/03/19806486.jpg« Ma religion, ce en quoi je crois, s’appelle la constitution des Etats-Unis d’Amérique »

Stephen Meyers est le jeune mais déjà très expérimenté conseiller de campagne du gouverneur Morris, qui se prépare pour les élections à la présidence américaine. Idéaliste et décidé à faire honnêtement tout ce qu’il peut pour faire gagner celui qu’il considère sincèrement comme le meilleur candidat, Stephen s’engage totalement. Pourtant, face aux manipulations et aux coups tordus qui se multiplient vite, Stephen va devoir faire évoluer sa façon de travailler et de voir les choses. Entre tentations et désillusions, les arcanes du pouvoir le transforment…

« Paul fera et dira n’importe quoi pour l’emporter. Alors que moi je ferais et dirais n’importe quoi à condition d’y croire »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/45/03/19824256.jpgIl a beau jeu de cabotiner dans les publicités pour du café. Mister Decafeinato n’est pourtant pas qu’une belle gueule : c’est aussi (et surtout !) un homme de convictions. Un homme de valeurs, engagé pleinement derrière le parti Démocrate et Barack Obama. Un humaniste qui utilise sa notoriété pour attirer l’attention des médias sur le drame qui se joue au Darfour ou pour récolter des fonds en faveur des sinistrés de l’ouragan Katrina. Sa carrière d’acteur est ainsi à son image : les films populaires et légers (la saga des « Ocean’s », « Intolérable cruauté », « O’brother ») côtoyant des films à portée plus politique (« Syriana », « In the air »). Il était donc logique que ses activités de réalisateur le poussent également vers des sujets plus politiques. Après l’excellent « Good night and good luck » (2005), qu’il consacrait au travail du journaliste Edward Murrow qui a précipité la chute du sénateur McCarthy, George Clooney nous revient avec « Les marches du pouvoir », une fiction politique sur un candidat en campagne, librement adapté de la pièce de théâtre « Farragutt North » de Beau Willimon.

« Il n’y a qu’une chose qui ait de la valeur dans ce monde : c’est la loyauté. Sans la loyauté, on est rien. Et toi, tu n’en as aucune. »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/45/03/19789320.jpgEn dépit de son caractère très cinégénique, le monde politique a longtemps été considéré comme tabou de par chez nous. Au point qu’il fut durant de nombreuses décennies l’apanage du seul cinéma américain. Symbole d’un rapport des citoyens à leurs institutions et à leurs élus différent du notre, Hollywood s’est passionné très tôt pour le thème de la politique. Ainsi, les plus grands réalisateurs (Ford, Preminger, Bakula, Eastwood, Stone…) s’y sont essayés, le déclinant à toutes les sauces, de la fable morale (« Mr. Smith au sénat ») au biopic (« Harvey Milk », « J. Edgar ») en passant par la satire (« Des hommes d’influence »). Pour son retour au film politique, Clooney choisit de nous plonger dans l’effervescence d’une campagne électorale. Prisé des réalisateurs (« City Hall », « Votez McKay ! », « La dernière fanfare »), ce thème lui permet de s’intéresser aux coulisses d’une campagne et aux équipes qui œuvrent dans l’ombre du candidat. Sans concessions, le cinéaste se livre alors à un portrait assez sombre de cet univers pourtant si fascinant, où l’ambition personnelle prend souvent le pas sur l’intérêt général et le bien commun. Découvrant peu à peu la complexité des mécanismes de la vie politique (les relations ambigües avec la presse, les trahisons, les manipulations, les mensonges, les compromissions), le jeune héros finira ainsi par troquer son bel idéalisme contre un cynisme seul à même de lui permettre de survivre dans ce monde de requins. Très documenté et sans temps mort, « Les marches du pouvoir » est un thriller politique réaliste et haletant. Fort de son casting quatre étoiles (Ryan Gosling, Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti…) et de ses dialogues percutants, Clooney nous prouve (une fois encore) sa finesse et signe donc un film brillant.

 http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/45/03/19824249.jpg  http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/45/03/19824253.jpg

Le DVD : Présenté en VF et en VO (ST), l’édition dvd est soignée question bonus. Si on y retrouve les traditionnels commentaires (ici George Clooney et son scénariste) et les bandes-annonces, ils sont accompagnés de quatre modules intéressants d’environ 6 minutes chacun. « Les origines » nous explique la genèse du projet et permet à l’auteur de la pièce de théâtre de nous parler du travail d’adaptation de sa pièce pour le cinéma. « Croire en George » s’intéresse plus spécifiquement au travail de George Clooney qui assume ici les rôles de réalisateur et d’acteur. Bien que très impliqué sur le tournage, l’équipe du film loue sa générosité et sa décontraction. « Le casting » s’attache à nous présenter les comédiens du film tandis que « Le rôle d’un consultant politique » recueille le témoignage d’un professionnel qui donne son avis sur le film.

Un grand merci à Cinetrafic et Metropolitan Filmexport. Le dvd des « Marches du pouvoir » est disponible dans les bacs depuis le 1er mars 2012.

Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film a voir ainsi que la catégorie Film 2012.

Commenter cet article
W

Un film plutôt décevant. Soigné et bien joué, mais ça reste un peu plat, dommage. 
Répondre
N

Le film est réussi bien qu'un peu trop manichéen. Quelques grosses ficelles (la stagiaire...) mais une interprétation de qualité.
Répondre
F

Un film sérieux et appliqué parfois ardu à suivre...mais un vrai plaisir d'acteurs...
Répondre
M

ça donne envie d'aller le voir ce film!
Répondre
B

Je me souviens avoir
été mitigé par ce film. Sans doute faudra t-il que je le revois
Répondre

Archives

À propos

Le site sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!