Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Aug

Mes meilleurs copains

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

«  - Il paraît que tu es devenu un dentiste bourgeois

    - Pas du tout, je suis conventionné »

 

Bien que véritable poids lourds du cinéma comique français, la carrière de Jean-Marie Poiré est marquée par autant de succès commerciaux que de bides, et par autant de films réussis que ratés. On retrouve ainsi dans sa carrière de réalisateur des comédies hilarantes comme « Le père noël est une ordure », « Papy fait de la résistance », et surtout ses deux énormes succès « Les visiteurs 1&2 », mais aussi des films dont on ne dira rien par politesse, comme « Les visiteurs en Amérique », « Ma femme s’appelle Maurice », ou encore « Les anges gardiens ». Au milieu de tout cela, un film n’a pas du tout rencontré son public en salle. Il s’agit de « Mes meilleurs copains ». Véritable bide lors de sa sortie, en 1989, surtout compte tenu de son casting, ce film est pourtant probablement le plus abouti et le plus profond de toute la carrière de Poiré. Même s’il a depuis gagné son statut de film culte grâce à ses passages à succès à la télévision, ce film, porté devant la caméra par son éternel complice Christian Clavier, méritait certainement mieux. Retour sur un savoureux voyage dans le temps.

 

« Arrêtez de vous battre…on est pas au Vietnam ! »

 

L’histoire :

 

Jean-Michel, Richard, Guido, Antoine et Dany sont liés par une forte amitié depuis les années 70, lorsqu’ils vivaient ensemble dans une communauté. Approchant tous la quarantaine, ils se retrouvent pour aller voir le concert de Bernadette Legranbois, chanteuse québécoise à succès et ancienne amie de l’époque, qui les a quitté pour faire carrière dans la chanson. L’après concert ne se déroule pas tout à fait comme prévu et Bernadette s’invite donc à l’improviste pour faire le point dans la grande maison de Richard. L’occasion pour toute la joyeuse bande de se remémorer leurs jeunes années, la folie des années 70, faire un premier bilan de leur vie et régler quelques comptes…

 

« Y’a vraiment des souvenirs qui ruinent l’ambiance »

 

Loin de la grosse gaudriole, ou des bonnes idées scénaristiques exploitées à outrance, « Mes meilleurs copains » est probablement le film le plus équilibré de Jean-Marie Poiré. Construit sur la base d’un scénario des plus cohérents, le film vogue entre hommage à une époque révolue et à une jeunesse bercée d’illusions, et comédie douce-amère sur l’heure des premiers bilans, tout en sachant exploiter de manière souvent délirante les situations qui lui sont offertes par le scénario. Pour le coup, l’équilibre semble être le maître mot et la notion de base de ce film. Car de l’équilibre, il y en a dans la gestion de l’unité temporelle du film, où présent et flash-backs s’enchaînent de manière très cohérente, sans jamais se chevaucher de façon à perdre en route les spectateurs. Il y en a aussi dans la mise en valeur des comédiens puisque fort d’un groupe de cinq protagonistes, Poiré arrive à leur donner vie à tous, en leur offrant à chacun une véritable personnalité et sans que l’un prenne le pas sur l’autre.

 

« Karma et Karl Marx…ne pas confondre ! »

 

Pour autant cet équilibre n’empêche à aucun moment l’existence des scènes les plus comiques. Poiré maîtrise totalement son sujet, et sait parfaitement jouer de toutes les situations : dans un univers parfaitement calculé, il sait, avec la précision d’un horloger, profiter de chacune des situations et jouer sur les contrastes entre époques pour faire rire ses spectateurs. Entre le look de ses personnages dans les années 70 (cheveux longs, costumes ridicules, expressions et habitudes franchement ringardes), et ce qu’ils sont devenus aujourd’hui (les règlements de compte, l’embourgeoisement), tout y passe pour notre plus grand plaisir. Et la force de l’humour que Poiré nous distille ici, c’est qu’en aucun cas il se moque de ses héros. Au contraire, il les couve avec bienveillance, en essayant au maximum de nous les rendre attachant. D’autre part, la qualité des dialogues, probablement ses meilleurs avec ceux du « Père Noel » et de « Papy fait de la résistance », qui font mouche systématiquement avec une précision chirurgicale, rendent l’ensemble parfaitement fluide.

 

« Ton chanteur, c’est une énorme couille. Et flûte électrique, il atteint des sommets lui aussi. Faut qu’il arrête d’en jouer ou bien qu’il l’avale »

 

Mais ce « Mes meilleurs copains » ne serait rien sans son casting impressionnant et au diapason. Rendez-vous compte : Christian Clavier, Gérard Lanvin (excellent), Jean-Pierre Bacri (le meilleur des cinq !), Philippe Khorsand, et Jean-Pierre Darroussin (drôlissime) sur la même affiche. Rien que ça. Et le meilleur dans tout ça ? C’est que tous jouent parfaitement juste, sans cabotiner, et surtout sans tirer la couverture sur soi. Les cinq se renvoient ici parfaitement la balle dans un film choral où pour le coup, il n’y a pas de personnage principal mais cinq ou six seconds rôles. Chacun dans la peau d’un personnage au caractère bien trempé et bien distinct des autres, ils livrent ici tous une de leurs plus belles performances.

 

« Mais enfin, c’est un roman. Le type n’a rien à voir avec toi, il est roux »

 

Au final, si « Mes meilleurs copains » n’a pas connu le succès escompté, il n’en est pas moins le film le plus mature de Jean-Marie Poiré. Loin de la folie excessive (bien qu’hilarante) du « Père Noel est une ordure » et des « Visiteurs », il signe ici un film malin, tout en finesse et en observation, sur des quadragénaires pour qui sonnent l’heure des premiers bilans. Il rend également hommage à une époque d’idéaux brisés, les années 70, qu’il caricature gentiment et avec beaucoup de tendresse (les musiques de l’époque qui illustrent le film sont géniales, à commencer par le « Walk in the wild side » de Lou Reed). Une comédie intelligente et chaleureuse que je recommande vivement à tout le monde !



Commenter cet article

Bob Morane 03/08/2007 18:04

Parfaitement d'accord avec toi, et sur cette thèmathique, c'est le meilleur. Bourré de phrases cultes et une ambiance d'enfer.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!