Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 May

Moonrise Kingdom

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies romantiques

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/64/21/20079610.jpg« C’est une mission de sauvetage. Vous devez le retrouver. Pas le molester»

.

Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l’été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux.

Après avoir conclu un pacte secret, ils décident de s’enfuir ensemble.

Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

« Je vole des livres juste pour avoir un secret »

.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/64/21/20051348.jpgVoilà déjà quinze ans que Wes Anderson fait entendre sa petite musique à part au sein de la production cinématographique US, créant de film en film des univers colorés (« A bord du Darjeeling Limited »), décalés (« La vie aquatique »), souvent absurdes et parfois poétiques. Avec toujours le même attrait pour les questions liées à la famille, à la filiation et à l’enfance. Après un détour par le film d’animation (le très réussi « Fantastic Mr. Fox »), il nous revient avec « Moonrise Kingdom », une histoire d’amour adolescente sur fond de camp scout et d’île perdue. Sélectionné en compétition officielle, le film a fait l’ouverture du Festival de Cannes 2012.

« La poésie, ce n’est pas toujours des mots, c’est aussi de la créativité »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/63/68/20081694.JPG« Moonrise Kingdom », c’est un peu l’improbable rencontre entre « La guerre des boutons » et « C’est un beau roman » la chanson de Michel Fugain. On y croise des scouts en culottes courtes, de jeunes adolescents amoureux et fugueurs, une famille à la dérive qui communique par portes voix interposés, ou encore un policier qui habite seul dans une caravane. Le tout bercé par les musiques de Henry Purcell et de Françoise Hardy. Sur le papier, Wes Anderson nous conviait donc à une ballade très sixties sur la carte du tendre. Dans les faits, le film souffre à l’évidence d’un déséquilibre entre une forme soignée à l’extrême au détriment d’une histoire qui tient sur un timbre poste. Prenant (encore une fois) le parti d’un minimalisme prétendument poétique, le cinéaste remplit l’espace d’objets et de costumes « vintages » espérant ainsi (re)créer une ambiance particulière, mais ne parvient jamais à filmer autre chose que l’ennui. En totale roue libre, les comédiens qui composent son prestigieux casting (Bill Murray, Frances McDormand, Bruce Willis, Edward Norton, Harvey Keitel) ne peuvent rien pour sauver ce film qui tourne complètement à vide. Véritable coquille vide, « Moonrise Kingdom » semble révéler les limites d’un réalisateur très largement surcoté, qui ne parvient plus ni à se renouveler ni à faire illusion.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/63/68/20081686.jpg http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/88/64/21/20051349.jpg

Commenter cet article

Wilyrah 08/07/2012 10:58


La petite merveille de ce printemps 2012.

Bob Morane 31/05/2012 23:13


J'avoue que j'ai été très dur dans ma critique, quasi extrême parce que trop déçu. Ton analyse est plus proche de la réalité. Beau film esthétiquement, histoire sympa, et puis plus rien, cv'est
un immense vide où les acteurs s'escriment en vain...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!