Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Nov

Le nouveau monde

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films Politiques-Historiques

« Nous ne sommes pas ici pour attaquer et piller. Nous sommes ici pour instaurer une colonie. Prendre un nouveau départ. Nous pouvons bâtir une nouvelle communauté. Le travail et la sueur seront nos vertus. Tout recommencer. Echanger cette fausse existence pour une vraie. »

 

Metropolitan FilmExport1607, côtes de Virginie. Trois navires britanniques accostent et décident de fonder une petite ville, Jamestown, sur ces rivages protégés et en apparence opulents qui sera la première colonie du Nouveau Monde. Autour d’eux, une nature sauvage et hostile s’étend à perte de vue, abritant une société autochtone beaucoup plus organisée et complexe qu’elle n’y paraît. Alors que le chef de l’expédition, le Capitaine Newport, repart pour l’Angleterre rendre compte de son expédition, il confie momentanément le commandement à un jeune officier, John Smith. Forte tête qui a été mis un temps aux fers pour insubordination, ce dernier ne fait pas l’unanimité. Alors que ces derniers refusent de s’adapter et préfèrent combattre pour édifier leur Nouveau Monde, Smith, qui est officiellement chargé de prendre contact avec les autochtones à des fins commerciales, va durant quelques semaines tenter de les connaître et de les comprendre. Quelques semaines durant lesquelles il fait notamment la connaissance de la fille du Chef, Pocahontas, une jeune fille intrépide et malicieuse. Entre les deux va naître très rapidement un amour très profond et très pur…

« Combien de terres derrière moi ? Combien de mers ? Quelles tempêtes ? Quels dangers ? La bonne fortune a toujours été mon amie »

 

Colin Farrell. Metropolitan FilmExportPersonnalité à part dans l’univers cinématographique américain, Terrence Malick est connu pour vivre en dehors des règles et des standards imposés à Hollywood : particulièrement peu prolifique (4 films en 33 ans), ses films sont souvent contemplatives, interrogatives, préférant le lyrisme et la beauté visuelle à l’action ou aux dialogues. Des films tout sauf calibrés pour battre des records au box-office. Après « La ballade sauvage » (1974) et « Les moissons du ciel » (1979), il aura fallu vingt ans pour voir une nouvelle œuvre de Mallick, en l’occurrence le sous-estimé « La ligne rouge », sorti sur les écrans en 1999. Une absence qui aura vite fait de contribuer à la légende de ce réalisateur si particulier. La sortie du « Nouveau monde », son quatrième long, constituait donc un événement en soi. D’autant que le film à pour sujet la légende de Pocahontas, la même qui a inspiré le dessin anime de Disney (1995), et qui fait partie des histoires liées à la fondation des Etats-Unis d’Amérique. La vraie Pocahontas aura ainsi connu un destin plus tragique que dans le film Disney, et ce « Nouveau monde » se veut le plus proche possible de la réalité. Un soucis poussé jusqu’au vice par Malick qui a choisi de tourner son film sur le site même de la colonie de Jamestown ainsi que d’apprendre aux figurants indiens, du moins en partie, la langue Algonquin.

 

« Tous les enfants du Roi étaient beaux. Mais elle, la plus jeune, était tellement belle, que même le Soleil était surpris lorsqu’elle apparaissait »

 

Colin Farrell. Metropolitan FilmExportA réalisateur à part, projet à part. Tel est ce qu’on peut se dire en sortant de ce film déroutant. Car le cinéma de Terrence Malick n’est pas un cinéma comme les autres. Il s’apparente plus à une expérience, sensorielle et lyrique, parfois difficile d’accès, et qui peut logiquement en rebuter certains. Néanmoins, il a le mérite de proposer des œuvres originales, loin des sentiers battus et des standards Hollywoodiens. Et ce « Nouveau monde » ne déroge pas à la règle. Œuvre originale, d’une grande élégance et d’une grande beauté visuelle, elle n’en reste pas moins difficile d’accès. La faute, peut-être à son rythme très lent et très contemplatif (parti pris difficile à défendre pour un film dépassant allégrement les deux heures), à son histoire, qui prise au premier degré n’a rien de bien passionnante, ou encore à sa forme très particulière, pauvre en action et où les dialogues se font rares, laissant le champs à une voix off déroutante. Mais voilà. Il serait profondément réducteur de limiter ce film à cette vision primaire des choses. Car « Le nouveau monde » est une œuvre infiniment plus profonde, intelligente, et gracieuse qu’elle n’y paraît. Sur le fond tout d’abord, Malick nous touche par la simplicité de son propos. Sur une trame profondément mélancolique, où le désespoir des hommes se lie à leur volonté destructrice et à leur mépris envers leurs semblables et le monde qui les entoure. Plus encore, Malick évoque avec sa sensibilité la perte d’une certaine innocence, la fin d’une époque et d’une nature encore vierge par la naissance d’une Nation. Ce socle douloureux est un terrain particulièrement favorable qui permet de décupler l’émotion qui se dégage des désirs les plus simples et les plus purs, tel l’amour impossible et de la plus grande pureté qui lie Smith et Pocahontas, celui, impossible, de Rolfe pour cette même Pocahontas, ou encore ce désir de créer un Nouveau Monde, sorte d’Eden inaccessible auquel tous aspirent pourtant.

 

« Promets-moi que tu feras passer ton peuple avant tout le reste. Même avant ton cœur. Il n’est pas des nôtres »

 

Colin Farrell. Metropolitan FilmExportMais c’est sur le forme que le film de Malick surprend et émeut le plus. Pourtant les partis pris ne sont pas simples à défendre pour un film dont durée dépasse les deux heures. Mais comment ne pas être touché par la grâce et la beauté visuelle qui se dégage du « Nouveau monde » ? Car c’est avec la plus grande grâce que Malick filme les grands espaces naturels de Virginie. Une grâce renforcée par un montage audacieux et pertinent, captant avec un raffinement particulier les moindres mouvements de la nature, aussi bien du vent que des arbres. A cette attention particulière portée à la nature qui caractérise l’œuvre de Malick, il faut ajouter le choix du réalisateur de réduire les dialogues au strict minimum, privilégiant au contraire l’expression des sentiments des protagonistes en voix off, ainsi que par la musique. Une épure déroutante, mais qui au final donne au film un véritable souffle lyrique, lui évitant de sombrer dans une sensiblerie bon marché ou dans un excès malvenu. Côté interprétation, le casting, prestigieux, s’avère très judicieux. Colin Farrell surprend en révélant une facette de son jeu que nous ne connaissions pas jusqu’ici. Tout en intériorité, il révèle une sensibilité en parfaite adéquation avec le scénario de Malick. Mais plus que tout, malgré sa tardive apparition et la brièveté de son rôle, c’est Christian Bale qui se révèle le plus impressionnant. La subtilité de son jeu, de ses regards emprunts d’amour à son sourire mélancolique, il confirme son incroyable prestation de « The Machinist ». Si on ne s’étendra pas sur les prestations des bons Christopher Plummer, Ben Chaplin, ou David Thewlis, on saluera la prestation de la révélation Q’Orianka Kilcher. La jeune adolescente, forte d’une belle assurance mêlant gravité, candeur et sensualité, brille tout au long du film et sera une actrice à suivre de près.

 

« Tu es parti en emportant ma vie. Tu as tué le Dieu en moi »

 

Colin Farrell. Metropolitan FilmExportLoin des productions calibrées et standardisées que le cinéma américain nous impose, Terrence Malice nous propose un voyage loin des sentiers battus avec son « Nouveau monde ». Œuvre profondément mélancolique, le film propose une relecture de la légende de la fondation de la première colonie américaine et de l’héroïne Pocahontas. Porté par une mise en scène et un montage très personnels et d’une grande originalité, le film atteint des grands moments de lyrisme et d’émotion. A condition pour cela d’accepter le voyage proposé par Malick, un voyage qui compte tenu de sa forme si particulière (peu de dialogues et d’actions, grande lenteur contemplative doublé d’une durée assez longue) sera difficilement accessible à tous les spectateurs.

 Raoul Trujillo. Metropolitan FilmExport   Metropolitan FilmExport



Commenter cet article

Fritzlangueur 21/11/2007 11:21

Comme d'habitude, j'admire ta critique qui sait si bien dégager l'essentiel de film inouï et d'une beauté rarement égalée au cinéma. Passé inaperçu aurpès du public, ce film était classé 1er dans le top de la presse que j'ai effectué sur une vingtaine de revues. Un film immense pour un réalisateur qui ne l'est pas moins !

Bob Morane 19/11/2007 20:16

Très long ou très lent mais une image magnifique, une histoire tristement belle, dont le véritable héro est le mari de Pocahontas, des acteurs excellents... sublime.

pierreAfeu 10/11/2007 14:55

L'un des plus beaux films de l'année dernière !!!

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!