Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Jul

La permission de minuit

Publié par platinoch  - Catégories :  #Drames

Un grand merci à l'agence Le K, Studio 37 et Universal qui m'ont permis de voir et de chroniquer le dvd du film « La permission de minuit » de Delphine Gleize qui sort dans les bacs le 5 juillet.


« Pendant que tu te poses des questions, les médecins, eux, ils cherchent »


C'est une amitié hors normes. David a 50 ans, Romain en a 13...

David, professeur en dermatologie, fou de son métier, le soigne et l'opère depuis qu'il a 2 ans. Atteint d'une déficience génétique rare, Romain vit à l'écart de la lumière du jour. C'est "un enfant de la lune".


Rien ne semble pouvoir les séparer jusqu'au jour où David obtient une mutation qu'il n'attendait plus. Comment annoncer à Romain son départ ?

Le jour de la séparation approche, une nouvelle épreuve pour l'un et pour l'autre.


« On fait tout ce qu'on peut pour que tu aies du temps »


Le  nom de Delphine Gleize ne vous dit peut-être rien. Pourtant, la réalisatrice, formée à la FEMIS, s'est montrée particulièrement active au cours de la décennie écoulée. En effet, après avoir réalisé de nombreux courts métrages (retenus pour la plupart à Cannes et récompensé d'un César), elle a signé trois longs en dix ans : « Carnages » (2002), « L'homme qui rêvait d'un enfant » (2006, denier film avec Darry Cowl) et le documentaire « Cavaliers seuls » (2009). Discrète et appliquée, elle s'est ainsi toujours mise au service de sujets graves et difficiles. Son quatrième long, « La permission de minuit », ne déroge pas à la règle puisqu'il a pour toile de fond la maladie dite « des enfants de la lune ». Une maladie génétique rare, caractérisée par une hypersensibilité de la peau à la lumière du soleil, obligeant ces enfants à vivre cachés de la lumière du jour.


« Parfois je m'emmerde. Vous ne seriez pas là ce serait pire »


« La permission de minuit » : l'expression renvoie à des choses positives, liées à l'adolescence. Une autorisation exceptionnelle de déroger à la règle pour sortir avec ses amis. Sauf que pour Romain, atteint de la maladie des enfants de la lune, l'exception fait office de norme. Nocifs pour sa santé, il fuit les rayons du soleil et vit une fois la nuit tombée. Son existence d'adolescent est donc marquée par une certaine solitude. Et par la mort, qui rôde et qui menace, inéluctablement. L'amitié qui le lit à David, le professeur hospitalier qui le suit depuis son enfance, n'en sera donc que plus forte et plus singulière. Aussi âpre soit-il, Delphine Gleize filme son sujet avec beaucoup de pudeur. Avec une précision chirurgicale (notamment des dialogues très bien écrits), elle impose une mise en scène froide et distanciée, qui lui permet de traiter de la maladie avec recul, sans jamais verser dans le pathos ou le misérabilisme. Certes, l'ombre de la maladie et de la mort plane sur l'histoire. Mais en aucun cas, on ne verra qui que ce soit se plaindre. Pas plus qu'on ne nous en montrera les conséquences physiques. Ce qui importe davantage à la réalisatrice, c'est le quotidien de Romain, la façon qu'il a d'apprivoiser sa maladie, de vivre son adolescence et ses premiers émois. D'une manière plus générale, son film nous touche par l'espoir qu'il suscite, à chaque fois qu'il nous montre que la vie prend le dessus sur le reste. Porté par des acteurs au diapason (Emmanuelle Devos, Vincent Challal), on saluera tout particulièrement la performance toute en finesse de Vincent Lindon, émouvant jusque dans ses silences et ses non-dits. Après « Welcome », le comédien prouve une nouvelle fois qu'il affectionne et qu'il excelle dans les sujets sociaux forts. Quant à ce joli film, il a le mérite de mettre dans la lumière une maladie rare qui y est allergique. 

Le DVD : L'édition DVD de « La permission de minuit » est particulièrement riche et soignée. Outre le traditionnel commentaire audio du film, il comprend notamment un exhaustif making-of (23 minutes), une galerie photos et cinq scènes coupées. Mais les deux vrais plus de cette édition sont sans doute le court métrage « Les méduses » (17 minutes) réalisé par Delphine Gleize en 2000, ainsi que la présence des trois titres principaux de la BO présentés en pistes audio, morceaux assez planants qui contribuent grandement à l'ambiance si particulière du film.

Commenter cet article

ElMona 19/08/2011 09:05

MooQGlafcRmvVcilcar insurance quotes 9995 life insurance =(((

Christophe 05/07/2011 11:22

Un joli film sensible, avec quelques belles idées, notamment la ballade des petits malades dans le décor lunaire. Et puis, j'aime de plus en plus Lindon, acteur qui mène une carrière discrète, mais avec des choix toujours judicieux.

Bob Morane 04/07/2011 23:08

Je n'ai pas eu ton même enthousiame à la sortie du cinéma. En fait j'ai été très partagé, entre la performance de certains acteurs, sauf le gamin, et l'intérêt de parler de cette maladie. C'est le scénario qui laisse à désirer et gache l'intensité qui aurait dégager beaucoup plus...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!