Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 Feb

Une petite zone de turbulences

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Si tu l’avais flingué au lieu de l’épouser, aujourd’hui tu serais sorti de taule et tu serais libre ! »

Jean-Pierre, récemment retraité, est hypocondriaque... Anne, sa femme, le trompe avec un ancien collègue de bureau... Sa fille Cathie, divorcée et mère d'un petit garçon de cinq ans, vie avec Philippe, un " brave " garçon, que Mathieu, le frère homo de Cathie, appelle " Bac moins six "... Quand JP découvre une petite tâche sur sa peau au niveau de sa hanche droite, que Cathie lui annonce qu'elle épouse " Bac moins six ", que Mathieu se fait larguer parce qu'il hésite à inviter son amant au mariage de sa soeur et que JP apprend fortuitement que sa femme le trompe, l'équilibre familial implose.
Disputes, règlements de comptes, insultes ... JP, Anne, Cathie, Mathieu et Philippe ne s'épargnent rien!
Et traversent, ensemble, une petite zone de turbulence...

« Que des hommes couchent ensemble je peux l’imaginer : durant les longues missions en mer ou dans l’espace, pour garder la bonne humeur, ça ne me choque pas. C’est un peu comme une activité sportive. Ce qui me dérange, c’est l’idée de deux hommes qui vont acheter des meubles ensemble. »

Après s’être fait plutôt rare pendant quinze ans (pendant lesquels il s’est davantage consacré à l’écriture et à la mise en scène), la seconde moitié de la décennie 2000 semble marquer le retour au premier plan de Michel Blanc. Outre le spectaculaire carton au box-office du pourtant mauvais « Les bronzés 3 », le comédien s’est également illustré dans des projets plus ambitieux (mais pas toujours réussis) comme « Le deuxième souffle », « Les témoins », et surtout « Je vous trouve très beau », le premier film d’Isabelle Mergault pour lequel il reçut une nomination au César du meilleur acteur. Adapté par ses soins du roman « Une situation légèrement délicate » (publié en 2007) de l’anglais Mark Haddon, Michel Blanc a cependant refusé d’assurer la mise en scène de « Une petite zone de turbulence » qu’il jugeait trop proche de sa dernière réalisation en date, « Embrassez qui vous voudrez ». C’est finalement Alfred Lot, réalisateur de « La chambre des morts », qui en assurera la réalisation. L’occasion de réunir Michel Blanc et Miou-Miou, qu’on avait pas vu à l’affiche d’un même film depuis « Tenue de soirée » de Bertrand Blier, il y a de cela 24 ans.

« Qu’est-ce que tu as dans la cervelle ? Une photocopieuse à conneries ? »

Spécialiste de la comédie de mœurs, Michel Blanc retrouve donc avec « Une petite zone de turbulences » son terrain de jeu favori. Sur fond de crise de la cinquantaine et de vaudeville (l’éternel ménage à trois dont la comédie française ne parviendra jamais à se défaire !), Michel Blanc révèle ainsi au grand jour les fissures d’une famille bourgeoise en apparence trop lisse et bien rangée. En brassant beaucoup de thèmes déjà largement abordés par les nombreuses comédies de mœurs produites en France ces dernières années – comme la difficulté de faire accepter à sa famille un mariage ou une homosexualité qui dérange – « Une petite zone de turbulences » ne révolutionne pas le genre. Pour autant, le film d’Alfred Lot bénéficie de tout le talent de scénariste d’un Michel Blanc toujours aussi corrosif et acide dans ses dialogues, et toujours aussi habile pour jouer avec les faux semblant (les parents parfaits se révèlent finalement cruels tandis que le gendre méprisé se révèle beaucoup moins con qu’il n’en a l’air). Avec ses angoisses, ses névroses, son hypocondrie et ses grandes théories fumeuses (« Les médecins, ils te disent que tu vas crever et après ils vont jouer au golf ! »), il fait d’ailleurs immanquablement penser à un Woody Allen made in France. A l’instar du metteur en scène new-yorkais, les dialogues de Blanc sont pour beaucoup dans la réussite du film, qui bénéficie également d’un rythme soutenu (ô combien indispensable en terme de comédie !) et d’une interprétation sans failles (mention spéciale à Gilles Lellouche) qui lui permettent de tirer son épingle du jeu et de se hisser bien au-dessus du niveau moyen des comédies françaises de ces derniers mois. Définitivement une bonne surprise !

  



Commenter cet article

ffred 20/02/2010 18:14

Je suis entièrement d'accord avec toi. Une très bonne surprise. La seule bonne comédie française de l'année pour l'instant.

Le Cinévore 17/02/2010 15:39

Enfin une comédie populaire vraiment réussie !!! et Française qui plus est !!!
Que demande le peuple ? ( Comme dirait Philippe alias Bac – 6 ! )

Remarquablement écrit et très divertissant, le scénario made in Michel Blanc ( dont les qualités d’écriture ne sont plus à prouver ! ) nous offre des dialogues savoureux dont certaines répliques pourraient bien devenir cultes. J’ai ri d’un bout à l’autre !!! J’ai lu ici et là que les moments les plus drôles étaient dans la bande-annonce, certes, beaucoup de très bons moments sont dans la BA, mais il y en a tellement d’autres que ça ne m’a vraiment pas dérangée.

Bob Morane 16/02/2010 08:53

Oui, une agréable bonne surprise, avec un parterre d'acteurs impeccable et une mise en scène soignée.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!