Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Feb

Peur(s) du noir

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

« J’avais l’impression d’être entraîné dans un rêve que je ne maîtrisais pas. J’aurais voulu qu’il dure toute la vie »

.

 

Les enfants ont peur du noir, mais beaucoup d’adultes aussi ! L’obscurité empêche de voir, on peut alors se convaincre de la présence de bêtes, d’insectes, et plein d’êtres malveillants. Dans le langage populaire, on a des idées noires, on vit dans une misère noire ou encore on a de noirs pressentiments. Cette sensation d’inquiétude liée au noir remonte à la nuit des temps. Six auteurs de bande-dessinées, remontant le fil de leurs terreurs, ont accepté d’animer leurs dessins et de leur insuffler avec leur style unique le rythme de leurs cauchemars.

.

 

« Ça ne va pas : tu ne dors pas. Il faut que tu ailles au bout de ton rêve : tu dois dormir ! »

 

Projet singulier et intrigant, « Peur(s) du noir » témoigne de la bonne santé du film d’animation et de la BD française, et s’inscrit ainsi dans la lignée des projets originaux du genre faisant la part belle à la créativité et à la diversité visuelle, comme « Persepolis » et « Renaissance ». Des projets qui, à l’instar de ce « Peur(s) du noir », se distinguaient également par le choix d’un visuel exclusivement en noir et blanc. Pour ce film, six grands noms de l’univers de la BD se sont prêtés au jeu de l’illustration de leurs cauchemars et de leurs peurs, à savoir Blutch, Charles Burns, Marie Caillou, Pierre di Sciullo, Richard McGuire, et Lorenzo Mattotti. Exclusivement en noir et blanc, les segments du film se distinguent non seulement par leur graphisme, mais aussi par les techniques employées, puisque ont été utilisés l’animation papier, l’animation numérique, et le 3D.

 

« Cette nuit là, j’ai serré les yeux très forts, pour empêcher les mauvais rêves d’entrer »

 

Très créatif et loin de tout formatages récurrents dans le milieu du dessin-animé et du film d’animation, ce « Peur(s) du noir » apparaît tout d’abord comme une petite bouffée d’oxygène dans ce genre cinématographique. D’autant que visuellement, l’ensemble est particulièrement beau et soigné. Que ce soit sous un trait particulièrement soigné et stylé (l’homme aux chiens) ou sous un trait plus « simple » (l’étudiant et son monstre), la juxtaposition de tous ces univers visuels est remarquable et assez scotchante. Malheureusement, le vrai problème de ce « Peur(s) du noir » réside dans l’inégale qualité de sa forme et de son fond. Car côté scénario, le résultat est beaucoup moins convaincant, les différents segments ne bénéficiant pas de la même qualité scénaristique. Si l’homme aux chiens se révèle particulièrement inquiétant de par sa folie et son sadisme gratuit, et si le très kafkaïen segment concernant l’étudiant et sa bestiole des bois s’avère très intéressant et prenant, les segments suivants se heurtent cependant à une certaine banalité. Le très convenu récit de l’homme enfermé dans une étrange maison hantée par une spécialiste de la décapitation s’avère classique et prévisible, tout comme celui de la gamine japonaise et du samouraï. Reste le segment de la chasse au crocodile, qui a défaut de passionner, surprend par son aspect mystérieux et par sa poésie étonnamment aérienne. De plus, et c’est peut-être au fond le principal défaut de ce film sur les peurs, c’est qu’on ne tremble jamais devant l’écran.

 

« Le brouillard montait, montait en moi. Je m’égarais comme dans un rêve… »

 

Au fond, ce n’était peut-être pas non plus l’objectif principal de ce film, centré plus probablement sur la qualité esthétique des graphismes. Et en cela, le film est très réussi. D’autant que sur la forme, le choix des voix, très particulières, souvent énigmatiques et graves, viennent renforcer la qualité générale du film (mentions particulières pour Arthur H et Nicole Garcia). Les élucubrations de Nicole Garcia, sur fond graphique abstrait, sont aussi savoureuses, intelligentes, et souvent amusantes. Pour le reste, dommage que le choix des scénarios se soient portés vers des sujets trop minimalistes et souvent trop référencés. Ils laissent pour le coup une partie des spectateurs, dont je fais partie, en marge du film, peu touché par l’ensemble.

    



Commenter cet article

copa738 20/04/2010 12:24

Très déçu par ce film !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!