Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jun

Renaissance

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

« Avec Avalon, je sais que je suis belle et que je le resterais. Avalon, la promesse d’un monde meilleur »

 

Si l’univers des dessins-animés de notre enfance semble en grande partie révolu sur grand écran, la 2D ayant laissée progressivement place à l’animation 3D jusqu’à la saturation du genre (que de ressemblance dans les thèmes et le visuel, on pense notamment à « Madagascar » et « The wild », par exemple), il fallait trouver et développer de nouveaux projets, plus originaux, pour redonner une bouffée d’oxygène au genre. Et pour le coup, le projet le plus ambitieux et le plus audacieux de ces dernières années est un français !

Car avec « Renaissance », les développeurs du projet nous propose une vraie histoire d’anticipation et de SF s’adressant à un vrai public adulte, et un visuel mêlant motion capture et bande-dessinée. Retour sur un très grand film.

Pathé Distribution

 

« La recherche en génétique est périlleuse. C’est un combat de chaque moment. Si vous en perdez la raison, vous en perdez le sens. »

 

L’histoire :

 

2054. Dans un Paris ultra-moderne et stylisé, où tous le monde semble être surveillé par des puces électroniques et des caméras de surveillance, une jeune scientifique, Ilona Tasuiev, est kidnappée. Employée par Avalon, énorme multinationale de la recherche médicale qui semble en état de toute puissance, sorte de dictature de la beauté et des produits de santé régissant la société à grands coups de publicités énormes dans les rues, celle-ci fait pression sur les services de police pour qu’on retrouve sa scientifique. On fait alors appel à Karas, flic de choc aux méthodes peu orthodoxes. Mais l’enquête prend un tour moins conventionnel que convenu, passant du simple enlèvement à des recherches scientifiques sur le vieillissement tenues secrètes…

Pathé Distribution

 

« Sans la mort, la vie n’a pas de sens »

 

Ce qui surprend réellement après visionnage du film « Renaissance », c’est la réelle ambition que toute l’équipe a su mettre dans ce film. Ainsi, rien n’a été laissé au hasard et le fond comme la forme tiennent franchement bien la route. Le scénario, ultra marqué « bande-dessinée » et ultra référencé (« Blade Runner », clairement), mêle subtilement polar, film noir, film de science-fiction et film d’anticipation. Et le tout sans laisser un genre en dominer un autre et en préservant toujours une part de suspense. Le film est également accrocheur par la modernité de son propos, qui au-delà de l’enquête propose une réflexion anticipative sur un monde gouverné par une entreprise totalitaire, par des valeurs aussi ineptes que la beauté, et plus encore sur les risques et les limites morales de la recherche médicale et génétique, en l’occurrence ici sur la quête de l’immortalité.

Pathé Distribution

 

« Comme la vie est belle, comme la mort sera douce. Paisiblement, je renais. »

 

Ce scénario si bien construit s’offre un superbe écrin par la forme très particulière qui caractérise « Renaissance ». En effet, dans un style très BD (on y retrouve Bilal ou Moebius parmi les inspirations) où n’existe que le noir et le blanc sans dégradé de gris, l’équipe dirigée par le réalisateur Christian Volkman a choisit la motion picture (comme dans le film « Le pôle express » de Zemeckis), à savoir la technique informatique consistant à enregistré les mouvements de comédiens à l’aide de capteurs placés à des endroits bien spécifiques sur leur corps, leur permettant d’obtenir un effet ultra léché et réussi, mi-film (avec comédiens réels) mi-BD.

Le noir et blanc est de plus un parti pris intéressant puisque dans un contexte futuriste il permet également de rendre hommage aux films noirs des années 40 et 50, tourné en noir et blanc, et donnant là aussi un coté retro qui se superpose à la modernité.

Pathé Distribution

 

Par ailleurs, les scénaristes ont décidé de restituer cette histoire dans un Paris visuellement très ressemblant et futuriste à la fois, qui compte quasiment comme un personnage à part entière tant ce décor est important à l’ensemble. Ce Paris futuriste frappe par la force créative et imaginative de ceux qui l’ont créée.

 

« - Je ne suis pas doué pour donner des leçons, mais je suis doué pour flairer les fils de pute.

   - Pour quelqu’un de brillant, je trouve qu’on meurt beaucoup dans vos enquêtes… »

 

Pour conclure, « Renaissance » est un film hors du commun. De par sa forme unique mêlant motion capture (et donc travail avec de vrais acteurs faits de chair et d’os), et univers BD magnifié par un noir et blanc sans concessions, l’équipe dirigée par Christian Volkman a réussit a créer une ambiance envoûtante de film noir et de d’univers irréel. Et ce sans pour autant dénigrer toute la partie scénaristique. En effet, le scénario est de plus ingénieux, des plus modernes, et des plus d’actualités, s’offrant même quelques passages obligés et scènes un peu clichés, rendant hommage aux films noirs ayant inspirés ce long métrage. « Renaissance » offre une véritable bouffée d’oxygène aux films d’animations dont les dernières productions, toutes standardisées, commençaient à nous faire ressentir une certaine forme de saturation. « Renaissance » est définitivement un grand film à voir, pour sa forme originale, et pour son univers envoûtant. A condition de se laisser entrer progressivement dans un univers visuel qui peut malgré tout sembler déroutant dans les tous premiers instants.

        Pathé DistributionPathé Distribution



Commenter cet article

Bob Morane 28/06/2007 23:28

J'ignore pour quelle raison je n'avais pas été le voir à sa sortie, sans doute parce que je n'ai pas lu de critique comme celle-ci. Aussi, j'ai hâte de le voir au plus vite.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!