Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Feb

Rien à déclarer

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Tu sais pourquoi les Français adorent les blagues belges ? Parce qu’ils rient trois fois : une fois quand on la leur raconte, une fois quand on leur explique et une fois quand ils la comprennent ! »

1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.
Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa soeur. Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

« Qu’est-ce que j’ai fait de mal à par de naitre à 5 km de l’autre côté de la frontière ? »

Il y a trois ans, à la surprise générale, Dany Boon et ses « Ch’tis » cassaient la baraque (à frites), pulvérisant tous les records au box office national. Ironie du sort, seul le « Titanic » de James Cameron ne sera pas coulé par « Bienvenue chez les Ch’tis ». Fort de plus de 20 millions de spectateurs en salles, avec des projets de remake en Italie ou aux Etats-Unis, Dany Boon devenait ainsi l’acteur le mieux payé d’Europe. Et accessoirement, l’homme à abattre. Car forcément, les attentes étaient grandes pour son grand retour derrière la caméra post-Ch’tis. Allait-il réussir à faire aussi drôle et aussi bien ? La vraie question qui demeurait surtout était de savoir si le nouveau film de Boon serait totalement nouveau et original ou si au contraire il allait jouer la continuité en continuant à exploiter le filon qui l’a mené au succès.

« Préférer son pays, c’est pas du racisme ! »

La première option était forcément la plus risquée, même si elle lui aurait permis de montrer une autre facette de son talent. Malheureusement, Dany Boon a semble-t-il préféré jouer la sécurité en choisissant de pousser la deuxième option à l’extrême. Construit une nouvelle fois sur le modèle des comédies de Gérard Oury autour d’une opposition entre un personnage excité et un gentil pierrot lunaire, il s’attache ainsi à reprendre point par point les éléments du scénario à succès des Ch’tis qu’il transfère à quelques kilomètres seulement de Bergues, à la frontière franco-belge. La confrontation Nord/Sud laisse ainsi place à la rivalité franco-belge, les douaniers remplacent les postiers, et l’histoire d’amour n’est plus contrariée par une mère envahissante mais par un beau-frère francophobe particulièrement retord. Ajoutons à cela que la baraque à frites laisse place à un bistrot pour routiers et on obtient à peu de choses près le même film. Certes, quelques répliques, quelques bons mots, quelques excès de Poelvoorde nous arrachent tout de même quelques sourires. Mais la déception domine quand même face à cette comédie à papa qui se contente d’aligner les poncifs et de brosser les spectateurs « vieille France » dans le sens du poil (refus de l’ordinateur, retour à la 4L). On était quand même en droit d’espérer mieux de cette affiche au casting riche regroupant quelques poids lourds de la comédie (Benoit Poelvoorde, François Damiens). D’une manière générale, c’est aussi la démarche un peu fumiste de Dany Boon, qui se contente ici de faire un copier/coller de son précédent film, qui est très déplaisante. Difficile dans ces conditions de trouver des qualités à défendre à ce « Rien à déclarer », film commercial s’il en est.  Sans vouloir tirer sur l’amblance, Dany Boon nous a quand même un peu pris pour des saucisses. Ou des fricadelles, c’est au choix.

  



Commenter cet article

copa738 02/03/2011 10:54

Très très bonne critique. J'avais, comme toi (et sûrement beaucoup d'autres), remarqué les petits changements entre les "Ch'tis" et "Rien à déclarer".

Reste tout de même un beau tadem Viard-Damiens, mais je me rend compte que Boon et Poelvoord ne remplaceront jamais Bourvil et De Funès...

Kleinhase 20/02/2011 20:55

Je ne trouve pas tellement que "Rien à déclarer" ressemble à "Bienvenue chez les Ch'tis"... certes, il y a bien (et c'est naturel, j'ai envie de dire, puisque c'est le même réalisateur derrière la caméra; donc on retrouve forcément un peu de son univers) quelques légères similitudes entre les deux films, mais les deux sont néanmoins trop différents pour qu'on puisse les comparer. Me concernant, je dirais plutôt que "Rien à déclarer" n'est pas aussi drôle, et pas aussi réussi que les "Ch'tis".
Y a des répliques cinglantes, des gags qui m'ont vraiment fait rire, les acteurs sont excellents et le tandem Poelvoorde/Boon fonctionne à merveille, et m'a beaucoup rappelé le tandem De Funès/Bourvil; même si ces deux derniers restent insurpassables en terme de génie comique. Et toutes les scènes avec la 4L m'ont fait marrer, je l'avoue. Non, à bien y réfléchir, ce qui m'a vraiment gênée dans "Rien à déclarer", ce sont ces quelques longueurs dont souffre l'histoire; mais surtout, ces quelques gags un peu lourds à digérer, et ces quelques répliques pas toujours très fines, qui s'enfoncent dans la grossièreté et la vulgarité gratuites; alors que les "Ch'tis" avait su faire rire sans grossièreté ni vulgarité, ce qui est fort regrettable.
Bref, "Rien à déclarer" n'est pas un chef-d'œuvre, c'est clair, mais juste un bon divertissement familial, pour rire et se détendre, sans se prendre la tête.

Petite parenthèse, merci Platinoch de tes visites et de tes commentaires sur mon blog. J'essaye toujours de passer régulièrement sur le tien, mais n'ayant pas toujours vu les différents films que tu abordes, ce n'est pas évident, dans ces conditions, de laisser un petit com'... en tout cas, t'as plutôt été sévère sur ce film-là :-D

Vincent 20/02/2011 13:46

Ou pour des chicons, autre spécialité de chez nous.

Bob Morane 18/02/2011 23:15

Pour tout dire, j'ai plus ri à la lecture de ta critique qu'avec le film. Va comprendre Charles !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!