Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Sep

Rien que pour vos cheveux

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Vous avez échangé Le Fantôme contre Ethan et David ? La vérité, on s’est fait carotte ! »

Agent d'élite du Mossad et véritable star dans son pays, Zohan a un secret : il rêve de devenir coiffeur en Amérique. Profitant d'un combat contre son pire ennemi, un terroriste connu sous le nom de Fantôme, Zohan se fait passer pour mort et s'envole pour New York armé uniquement de ses ciseaux et de son sèche-cheveux. Malgré son inexpérience, il est engagé par la patronne d'un salon de coiffure, une jeune et jolie Palestinienne. Très vite, Zohan va se faire un nom dans la coiffure et attirer dans le modeste salon une clientèle toujours plus nombreuse.
Alors que son passé d'agent semble loin derrière lui, Zohan est repéré par le Fantôme, qui compte bien en finir avec lui une bonne fois pour toutes...

.

« J’aime les cheveux : c’est poilu et pacifique »

.

Roi de la comédie lourdingue outre-Atlantique, Adam Sandler souffre d’un déficit de popularité hors de ses frontières. Pire, celui qui avait pourtant bluffé tout son monde par sa performance dans « Punch Drunk Love » de P.T. Anderson passe souvent pour un bouffon spécialiste de l’humour vulgaire et lourdingue. Pour preuve, ces derniers films qui n’ont pas brillé dans nos salles, comme « Quand Chuck rencontre Larry ». Pourtant ce « Rien que pour vos cheveux » bénéficiait d’une critique étonnement enthousiaste et positive. Peut-être due à la présence en tant que coscénariste au côté de Sandler lui-même de Judd Appatow, nouveau roi proclamé de la comédie américaine. Un film réalisé par Dennis Dugan, qui signe là sa quatrième collaboration avec Adam Sandler, après « Happy Gilmore », « Big daddy », et « Quand Chuck rencontre Larry ».

« - T’es bionique ? - Non, je touche que les femelles. Mais c’est sympa quand même ! »

Peut-on rire de toutes les situations, même les plus dramatiques ? Oui, à en croire Desproges, qui affirmait qu’il « est possible de rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Contre toute attente, c’est ce que nous prouve brillamment Adam Sandler, avec cette comédie gentiment potache qui prend pour cadre le conflit israélo-palestinien, qui avait tout du sujet passionné et casse-gueule. Mais c’était sans compter sur le duo Appatow/Sandler, dont le talent consiste à se jouer intelligemment du contexte politique pour le dédramatiser et le ridiculiser, comme avec cet affrontement entre Zohan, le super agent du Mossad, et Le Fantôme, le super terroriste du Hezbollah, tous deux idoles de leur peuple respectif. Mais le ridicule ne s’arrête pas là : le scénario laisse place aux rêves absurdement communs de nos deux héros qui veulent se ranger des guerres. Coiffeur pour l’un, chausseur pour l’autre, le film part alors dans une succession de gags potaches et bien kitchs, parfois très graveleux, mais souvent déjantés et hilarants. Sans compter l’univers visuel très décalé qui donne corps à l’ensemble (look improbable de Sandler et son acolyte Rob Schneider, improbable course poursuite maritime version dauphin, ou encore importance des détails comme le soda oriental ou la hotline du Hezbollah). Bien évidemment, après, l’efficacité du film est liée à l’appréciation de l’humour de Sandler par le spectateur. Et si on se met au niveau de ce film, on doit reconnaître que ce dernier livre une grande prestation, enchainant les gags les plus imporbables à la vitesse d’un TGV. Face à lui, on retrouve l’excellent John Turturro, qui se révèle tout aussi bon. Après, certains ergoteront sur un parti pris pro-israélien ou pro-américain qui n’a pas vraiment ni de sens, ni lieu d’être. Car l’essentiel est bien ailleurs : dans la gaudriole, souvent ras du slip, et dans un message un peu « naïf » de tolérance et de fraternisation. Mais compte tenu de la complexité de la situation qui perdure, c’est un moindre mal que de ridiculiser un peu ce conflit.

  



Commenter cet article

COGLIN 12/09/2008 03:13

terrible ce film, on se marre, c'est de l'humour au 15eme degres et c'est ca qu'est bon. adam sandler est excellent dans happy gillmore que je recommande, mais c'est a voir pour ceux qui aime les films absurdes et completement debiles, ca fait du bien de temps en temps

Snifff 08/09/2008 00:38

"et que les rebeus sont forcéments nuls et cons"

On a vraiment pas du voir le même film. En quoi as-tu trouvé les "rebeus" plus cons que les "feujs" et les américains ?

Bob Morane 07/09/2008 15:46

On a pas du voir le même film. Le mien est d'une vulgarité minable, d'une violence bourrée de mépris, et "d'un message un peu « naïf » de tolérance et de fraternisation" Rien que ça ! Quel beau message qui consiste à dire que les feujs ont quoiqu'il arrive raison de tout et que les rebeus sont forcéments nuls et cons, et les europpéens tous des racistes et fachots, et que dans le plus "beau et plus libre" pays du monde, les usa, laissons les problèmes du monde à la frontière. Je n'ai pas ri, il n'y avait pas de second degré et Adam Sandler, décidément s'enfonce dans la merde de plus en plus nauséabonde. A fuir ! ! !

Snifff 07/09/2008 12:43

Ah ça y est, la blogosphère commence à dire du bien de ce film. Note maximale pour moi, tant ça m'a fait rire.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!