Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Oct

Un secret

Publié par platinoch  - Catégories :  #Drames

« J’ai longtemps été un petit garçon qui se rêvait une famille idéale »

 

UGCParis, années 50. François, petit garçon taciturne, fragile et solitaire, qui doit faire face au mutisme de ses parents concernant leur passé, s’est inventé un frère qui le domine ainsi que le passé et la rencontre de ses parents. Le jour de ses 15 ans, suite à une bagarre à l’école qu’il a provoqué à la suite des moqueries d’un camarade relatives à la Shoah, Louise, l’amie fidèle de la famille, décide de rompre le secret et de lui dire toute la vérité sur le passé de sa famille. Un secret bouleversant, dans lequel des morts ressurgissent du passé, victime du nazisme, et dont on refuse de parler pour ne pas rouvrir des plaies qui n’ont jamais cicatrisées…

 

« Le premier regard sur moi de mon père a laissé sa trace. J’y ai depuis retrouvé souvent ce même éclat d’amertume. Il dira plus tard à propos de ma conception que " Cet enfant lui a échappé " »

 

Cécile de France et Patrick Bruel. Thierry Valletoux / UGCCela faisait quatre années, depuis sa « Petite lili » (2003), qu’on avait pas eu de nouvelles de Claude Miller. Le réalisateur des légendaires « La meilleure façon de marcher » (1976) et « Garde à vue » (1981), s’était fait quelque peu discret ces dernières années avec seulement trois films au compteur, ce nouveau « Un secret » inclus, depuis le début des années 2000. Annoncé à grands renforts de publicités et d’interviews dans les médias depuis quelques semaines, « Un secret » est l’adaptation du best-seller autobiographique de Philippe Grimbert, traitant du sujet sensible de la Shoah et de la difficulté à vivre avec pour ceux qui y ont laissé des proches. Un sujet particulièrement sensible pour Miller, dont une partie de la famille a également été décimée, victime de la barbarie nazie. Paru en 2004, le livre avait été plébiscité par un énorme succès public et critique, recevant entre autre le Prix Goncourt des lycéens.

 

« Je ne m’imaginerais plus jamais être le premier, le seul, l’unique »

 

Thierry Valletoux / UGCPour être honnête, je n’avais déjà pas énormément accroché au livre de Philippe Grimbert. Certes, j’avais été ému par l’histoire, d’autant plus qu’il s’agit d’une histoire vraie et ô combien terrible, mais son style trop romancé (veuillez m’excuser pour la comparaison qui paraîtra forcément déplacée, mais il y un côté trop « Marc Lévy » dans cette façon de raconter  cette histoire de frère imaginaire qui disparaît le jour où l’existence du vrai frère apparaît au grand jour) m’avait saintement gonflé. La grosse difficulté de transposition du roman sur grand écran semblait être d’ordre temporel puisque le roman de Grimbert mêlait habilement plusieurs époque et plusieurs temps : le temps présent dans lequel le héros est adulte, son enfance, son adolescence, la rencontre imaginaire de ses parents, et la réalité de leur passé. Si la tâche s’annonçait difficile, on doit reconnaître à Claude Miller qu’il gère plutôt bien cette donnée par un système de flash-backs plutôt convaincants. On lui reconnaîtra également d’avoir réussit une adaptation du roman assez fidèle, où de rares détails divergent (la suppression à l’écran d’un oncle et d’une tante secondaire, l’apparition inutile d’une jeune fille de l’âge du héros, Rébecca). En cela, sur le fond, le film est quasiment conforme au livre, et libre à chacun d’y adhérer ou non. A titre personnel, je trouve quand même que le livre était un peu plus émouvant, certaines scènes du film manquant quand même un petit peu de chair (comme la scène de l’arrestation).

 

« - Et Hannah, tu y penses ?

   - Tout le temps. Et j’essaie aussi de ne pas la juger »

 

Thierry Valletoux / UGCLes réelles reproches qu’on peut faire au film de Miller résident dans sa forme. Et on ne pourra que s’offusquer devant la laideur visuelle indigne d’un film de ce niveau et de ce budget. Avec ses couleurs un peu criardes, ses décors et ses costumes un peu cheap, le dernier Miller ressemble davantage à un téléfilm de France 3 qu’à un vrai film de cinéma. Cette sensation est d’autant plus renforcée que ce « Secret » connaît de réels problèmes de rythme, la faute à des scènes qu’il n’était probablement pas nécessaire de transposer à l’écran, comme par exemple cette fin dans le cimetière canin du château abandonné qui a de l’importance dans le livre, et qui, explicative et didactique comme elle l’est, n’a pas du tout sa place dans le film. Un peu cheap aussi sont les maquillages des personnages censés les vieillir d’une époque à une autre. Bas joues et doubles mentons pour les uns, rides appuyées pour les autres, Patrick Bruel et Julie Depardieu ressemblent en vieillissant davantage au Père Fouras qu’à autre chose. Navrant. Côté mise en scène pure, Miller assure l’essentiel sans faire ni de zèle ni d’innovation. L’idée de rendre le passé par un visuel coloré et le présent en noir et blanc tient plus de la mauvaise idée fumiste et démagogique que du génie de l’innovation. Ceux qui auront lu le livre pourront comme moi s’étonner du casting. Patrick Bruel se retrouve dans un rôle principal pas franchement taillé sur mesure. Il semble ici tout droit sorti d'un clip pour son album "Entre deux". Il s’en sort assez honorablement, avec en bémol, les scènes où il est un vieillard où il est à côté de la plaque. La vraie erreur du casting, c’est le choix de Cécile de France, qui ne correspond en rien (mis à part en terme de taille et de carrure athlétique) au portrait de Tania dans le bouquin original. D’ailleurs, elle ne semble jamais rentrer réellement dans son personnage, et est la grosse déception du film. Derrière les seconds rôles assurent, avec en tête Julie Depardieu, qui nous livre une nouvelle fois une grosse prestation, tout comme la toujours sensible Ludivine Sagnier, qui a semble-t-il compris toute la dimension dramatique et complexe de son rôle. A noter la courte apparition de Philippe Grimbert dans le rôle du passeur.

 

« On ne parlerait plus de la guerre, on ne prononcerait plus les noms des disparus, et on changerait deux lettres de notre nom »

 

Julie Depardieu, Ludivine Sagnier et Cécile de France. Thierry Valletoux / UGCBilan assez mitigé au final pour « Un secret », le nouveau Claude Miller. Son film, adaptation du roman à succès de Philippe Grimbert, pêche un peu par manque de chair et d’émotion, et beaucoup par une mise en scène un peu cheap et une interprétation inégale. Comme dans le livre, le parti pris du film de Miller est d’émouvoir coûte que coûte et à n’importe quel prix. Du coup, il sombre par moment dans le pathos et une certaine forme de sensiblerie mal placée lorsqu’on traite d’un sujet aussi grave. D’autant plus dommage que certains passages du livre comme du film n’avaient pas besoin d’être aussi accentués ou soulignés pour avoir une forte charge émotionnelle. Claude Miller nous avait habitué à un peu mieux, on ne pourra qu’être un peu déçu de ce « Secret ».

 



Commenter cet article

Quaty 11/11/2007 18:28

N'ayant pas lu le livre, je suis moins critique pour le film. J'ai beaucoup aimé, surtout l'arrestation de Hannah que j'ai trouvé tout de même émouvante.

Melissa 25/10/2007 22:06

Pas du tout accroché non plus, malgré une histoire poignante, le film laisse le spectateur totalement en dehors et finis par paraitre trop lisse. Et puis Bruel... n'en parlons pas !

Bob Morane 16/10/2007 20:12

Pas du tout accroché à cette histoire sordide, une sorte de vaudeville mal écrite, mal réalisée, caricature plus que réalité. L'auteur a réinterprété une histoire mal vécue et surement mal comprise, le réalisateur a tenté de faire de la pleurnicherie sur fond historique. Tout était fait pour être dramatique sans en rajouter. Un immense gachi qui sombre dans l'ennui total. A ne pas voir

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!