Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Jun

Steak

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Ça m’intéresse pas, c’est de l’humour ancien »

 

Après deux comédies franchement ratées (« La tour Montparnasse infernale » et « Double Zéro »), les ex ex ex nouveaux talents de l’humour reviennent au cinéma avec une troisième aventure qui devait laisser libre expression à leur humour. Pari ô combien risqué quand on connaît la difficulté de passer du format d’un sketch de quelques minutes à un film de plus d’une heure et demie. Les exemples de ratage sont nombreux même si le public est parfois au rendez-vous. On se souvient ainsi de films pas si drôles comme « Brice de Nice » (Dujardin), « La maison du bonheur » (Dany Boon), « la Beuze » (Mickael Youn), ou encore l’inénarrable et j’espère proche de l’oubli « Le clone » (Elie et Dieudonné). En laissant les manettes de la réalisation à Quentin Dupieux, jeune touche à tout venu du clip (Mr. Oizo, l’auteur du tube électronique « Flat beat », c’était lui. La petite marionnette faite à partir d’un gant de toilette jaune qui était tantôt dans un clip tantôt à nous vendre des jeans, c’était lui aussi) et de l’univers de la musique électronique, on pouvait donc s’attendre à quelque chose de très décalé et de très créatif. Même si on l’imaginait mal pour sa première réalisation s’adapter à l’univers du duo Eric et Ramzy. Réaction à chaud.

 

« Elle avait des seins naturels, j’ai failli vomir »

 

L’histoire : 

2016, Quelque part en Amérique du nord. Georges, ancien souffre douleur du lycée, vit enturbanné dans un gros pansement. Il vient de se faire refaire le visage pour intégrer un groupe d’étudiants à la mode du moment, la bande des « Chivers ». Leurs signes de reconnaissance : des véhicules entre le pick-up et le 4x4, un Teddy rouge, un visage refait avec des pommettes hautes et saillantes, et une mâchoire bien carrée, et une fâcheuse habitude à boire du lait en permanence. Mais un beau jour, Blaise refait surface dans la vie de Georges. Ce dernier avait commis un crime en massacrant des lycéens qui se servaient de lui comme souffre douleur et le pauvre Blaise avait été accusé à sa place. Et Georges, désormais intégré à un groupe à la mode, ne veut plus entendre parler de Blaise…

« Le dernier arrivé est fan de Phil Collins ! »

 

La première chose frappante dans « Steak », c’est la juxtaposition de deux univers qui font deux films en un. Il y a tout d’abord la forme, l’œuvre de Dupieux, qui a su créer un univers universel et cohérent de campus américain se voulant futuriste, avec tout un code de la mode tenant du plus mauvais goût, et ressemblant furieusement aux années 50. Et puis de l’autre côté il y a un fond décalé, une histoire délirante, servie par Eric et Ramzy. Ce mélange improbable recèle à la fois de nombreuses vraies bonnes idées et de nombreux défauts. Et le principal défaut du film est de ne ressembler à rien, pas même à un film. Embêtant, quand même !!!

Car si le scénario part d’une vraie bonne idée, le jeu de l’opération du visage étant une bonne idée comique à exploiter, il se perd vite dans un délire Eric-et-Ramzyesque, déjà vu plein de fois, entre les attitudes ridicules et décalées de Ramzy et les bredouillages de mots inventés d’Eric. Au milieu de cela, une poignée de personnages secondaires tentent d’exister, mais le scénario, trop écrit pour mettre en valeur Eric et Ramzy, ne leur permet jamais de venir apporter ce petit plus si essentiel.

Mars Distribution

 

Et c’est vraiment dommage car contrairement aux deux précédents de notre duo, la créativité de Dupieux aurait du permettre d’aboutir à quelque chose de très intéressant. On le sent, ce dernier s’est démené pour créer un univers visuellement cohérent, avec des décors à la fois stéréotypés façon banlieue américaine et en même temps hors du temps, avec une photographie impeccable et une teinte chaude donnant un côté légèrement seventies à l’ensemble, et bien évidemment un soin particulier apporté à la musique, mêlant instruments folks nord-américains et musique électronique. Cette créativité débordante rend un résultat très convaincants, au point même de se demander si la forme du film ne prend pas le dessus ni n’étouffe le fond. Fond, qui comme toujours reste mal exploité, partant de quelques bonnes idées générales et de quelques bonnes situations comiques originales pour finalement ne s’intéresser qu’à Eric et Ramzy. Et c’est probablement au niveau du scénario que le bas blesse et que le film devient bancal.

 

« On était comme frère et sœur, Georges ! »  

Si la réalisation est particulièrement soignée, on peut noter avec amusement que Dupieux a appeler ses copains en renfort pour le film, puisque la bande des « Chivers » est composé dans son ensemble par des artistes issus de la musique électronique et qui font pour la plupart leurs premiers pas devant la caméra. On reconnaîtra ainsi Sébastien Tellier ou Sebastian Akchote. Le reste des acteurs, à l’exception de Jonathan Lambert (excessif), comique connu pour ses nombreux passages à la télévision (le petit candide de Jean-Pierre Coffe, c’était lui), ne font que des apparitions, et co-production oblige, sont québécois.

 

En conclusion, il semble que pour leur nouvelle aventure cinématographique Eric et Ramzy se soient fait plaisir, en laissant libre court à leurs idées quitte à les laisser tourner en roue libre. Et en s’offrant les services d’un des petits génies venus du clip, ils s’offraient les moyens de donner un bel écrin à leur projet. Malheureusement, le film, sorte d’ovni tenant plus du film expérimental que de la comédie grand public est totalement déroutante. Les fous rires se font finalement assez rares et l’humour un peu répétitif malgré quelques bonnes idées ( la scène d’Eric quittant l’hôpital psychiatrique ou s’agrafant les joues restent quand même assez jouissives) pas assez bien exploitées. Cependant, le film a aussi des qualités, notamment pour ce qui est de donner une vision du future décalée, critiquant au passage l’importance de l’apparence et de la beauté dans nos sociétés, et un univers visuel cohérent de bout en bout. On saluera donc l’audace du projet. A défaut d’y adhérer réellement.



Commenter cet article

max 11/09/2008 23:08

bonne critique tres bonne
mais je pense que tu es passé a cote du film
pour son humour
mais evidemment pas que
pour son tragique aussi
son mauvaisgout

elo 09/01/2008 10:00

trop bienil est nikel ce film, le pauvre èric il se fait bien jeté par ramzy le pauvre.

Bob Morane 27/06/2007 17:33

La particularité de ton blog, c'est de ne jamais détruire de manière primaire les films comme le font beaucoup, même des professionnels ! car on sent que tu aime sincérement le cinéma, mais de donner ton avis en nous offrant la liberté de réagir en hommes libres tout en étant averti du bien comme du pire. Et là, franchement, y'a pas photo, je n'avais pas du tout la moindre parcelle d'intention d'aller perdre mon temps avec mes préjugés sans aucun doute primaires, mais avec cette critique, c'est une évidence, je ne porterais même pas un regard sur l'affiche.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!