Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 May

Taram et le chaudron magique

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

« Ne serait-ce pas une chose terrible que la guerre se termine sans que j’ai eu l’occasion de me battre ? »

Taram, un jeune valet de ferme, souhaite devenir guerrier.

Aidé par le don de voyance que possède son fidèle compagnon, un porcelet nommé Tirelire, il doit à tout prix éviter qu'un mystérieux chaudron magique se retrouve entre les mains du maléfique Seigneur des Ténèbres. Dans sa quête, il rencontrera un petit personnage poilu, Gurki, ainsi que la charmante princesse Héloïse et le ménestrel Ritournelle qui lui prêteront main forte tout au long de son aventure.

.

« Je ne demande qu’une chose : l’occasion de prouver que je suis un fier guerrier »

« Taram et le chaudron magique » est l’adaptation en dessin-animé de la saga littéraire d’héroïc fantasy « Les chroniques de Prydain » de Lloyd Chudley Alexander, publiées entre 1964 et 1970. Si les droits de l’œuvre littéraire ont été achetés dès 1971 par Disney, le film nécessitera près de quinze années de développement avant de voir le jour (il sort sur les écrans en 1985), le temps notamment de purger les cinq volumes de la saga pour en extraire le scénario d’un film de 90 minutes. Réalisé par Ted Berman et Richard Rich (tandem à qui l’on doit « Rox et Rouky » sorti quatre ans plus tôt), « Taram est le chaudron magique » est le 32ème long métrage d’animation (et 25ème classique d’animation) produit par les studios Disney. Doté d’un budget de 25 millions de dollars, le film – l’un des plus sombres produit par Disney – est considéré comme l’un des plus cuisants échecs des studios, au point que ses créateurs iront presque jusqu’à le renier. A noter toutefois que Tim Burton, jeune artiste-concepteur, travaillera sur le film, notamment sur la conception des monstres.

« Le courage en paroles n’aura pas raison de ce démon »                

Il serait profondément injuste de réduire « Taram et le chaudron magique » à son seul échec commercial en salles. Certes, ce n’est probablement pas le meilleur film issu des studios Disney. Néanmoins, il demeure le film le moins formaté et le plus audacieux que les studios Disney aient produit à ce jour. Car de toutes évidences, cette incursion dans le genre de l’heroic fantasy est l’occasion pour les studios Disney de s’essayer à un registre beaucoup plus sombre et beaucoup plus mature. Abandonnant les univers tranquilles et un rien mièvres de la plupart de leurs autres films, « Taram » aborde des thèmes clairement plus durs que d’habitude (comme la mort, le sacrifice ou le don de soi), introduit des enjeux clairement dramatiques, et surtout donne à voir des séquences anxiogènes (la fameuse traque du cochon par les dragons) et des monstres particulièrement effrayants (le seigneur des ténèbres et son armée de morts-vivants sont représentés par des squelettes sans chair) qui détonnent dans l’univers des productions Disney. Un parti pris assumé jusque dans la forme du film qui est l’un des rares à ne pas contenir la moindre séquence chantée. Le message est clair : ce film ne s’adresse pas au plus jeune public. Pourtant, en dépit de son audace, « Taram et le chaudron magique » nous laisse un peu sur notre faim. Certes, on se laisse envouter par l’univers du film, peuplé des forêts lugubres, de château fort, d’elfes, de dragons et autres sorcières, le tout développé dans un univers visuel soigné dont le style assez sombre rappel celui du « Merlin l’enchanteur » produit quelques vingt ans plus tôt par les mêmes studios. Mais quelque chose ne fonctionne pas totalement. Comme si les réalisateurs du film avaient été obligés à trop de compromis et d’épures, pour que d’une part le récit tienne dans un format de 90 minutes et pour qu’il soit tout de même présentable en salles aux enfants. Du coup, on sent comme une espèce de retenue des réalisateurs, qui n’osent pas aller complètement au bout de leurs idées et de leurs choix. Au-delà d’un happy end « maladroit », cela se ressent surtout au niveau des personnages : Taram, le héros, est ainsi assez peu charismatique, tandis que la princesse et le barde Ritournel sont incroyablement transparents. A ce jeu là, seul Gurki, la petite bête poilue que Taram rencontre dans la forêt, se révèle extrêmement attachante. Reste une sympathique aventure, qui se laisse suivre sans déplaisir, même si elle laisse un petit goût d’inabouti. A voir, ne serait-ce que pour l’originalité de ce film clairement à part dans le catalogue Disney.



Commenter cet article

Bob Morane 11/05/2009 11:14

Une bonne analyse, avec toujours des petites infos apprciables. Je me souviens qu'en sortant de la salle, j'avais éprouvé ce sentiment partagé. La preuve en est, c'est qu'aujourd'hui, je serais incapable de raconter l'histoire. A revoir donc.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!