Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Jun

Le témoin amoureux

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies romantiques

« Si quelqu’un fait une bêtise et que tu n’y peux rien, dis simplement « je suis heureux pour toi » »

Pour Tom, la vie est belle. Ses affaires marchent, il a d'excellents amis et aucune jeune femme ne lui résiste. Pourtant, malgré ses copains et ses flirts, Tom n'a qu'une seule meilleure amie : Hannah.. Lorsque Hannah part en voyage d'affaires pour six semaines en Ecosse, Tom se surprend à trouver sa vie bien vide. C'est décidé : quand Hannah rentrera, il la demandera en mariage. Mais à son retour, Hannah lui annonce la grande nouvelle : elle est fiancée à un bel et riche Ecossais. Lorsque la jeune femme demande à Tom d'être son garçon d'honneur, celui-ci accepte, avec le secret espoir d'empêcher ce mariage et de la conquérir...

.

.

« Elle l’aime : elle le regardait comme s’il chiait des licornes ! »

Peu connu chez nous, Paul Weiland officie néanmoins comme réalisateur depuis plus de vingt ans. Surtout connu pour son travail pour la télévision (où il aura fait l’essentiel de sa carrière) – on lui doit notamment de nombreux épisodes de « Mister Bean » et quelques téléfilms – le réalisateur anglais aura également signé une poignée de longs pour le grand écran, dont « Pour l’amour de Roseanna » (1997) avec Jean Reno, ou encore « L’or de Curly » (1994), suite de « La vie, l’amour, les vaches », porté par Billy Cristal et Jack Palance. Ce « Témoin amoureux » est son sixième film pour le cinéma. A noter également que ce film constitue la dernière apparition en tant que comédien de Sydney Pollack, décédé le mois dernier.

« Elle va sur ses trente ans ! Tu crois que son conte de fée c’est d’attendre que tu tires un coup ? »

Genre ultra-codifié, la comédie romantique semble souffrir depuis quelques années d’un gros essoufflement, d’un manque de renouvellement du aux sorties successives d’un nombre incalculable de film de genre assez moyens. Sur le papier, ce « Témoin amoureux » pouvait être la bonne surprise de ce début d’été, notamment grâce au charme de son couple d’acteurs principaux, en l’occurrence la craquante Michelle Monaghan, aperçue dans quelques comédies réussies où son charme mêlé d’autodérision faisait merveille (« Les femmes de ses rêves », « Shane’s Black kiss kiss bang bang »), et Patrick Dempsey, l’atout charme de la série « Grey’s Anatomy », aperçu également dans le succès surprise de l’hiver dernier « Il était une fois ». Et si la complicité et la fraîcheur de ce couple de cinéma paraît évidente, le film souffre quand même d’un grand manque d’originalité. Répétitif par rapport aux films récents du même genre (Toujours le même cadre New-Yorkais cossu et branché, toujours les impressionnants paysages écossais ou irlandais comme dans « PS I love you », les héros sont toujours blindés de fric), cliché à mort (le personnage du séducteur impénitent, les scènes de danse joue contre joue, les déclarations théâtrales, l’intervention cruciale pendant le mariage, l’image caricatural des européens), le film peine à se hisser au-dessus de la moyenne par son humour facile et souvent ras des pâquerettes (le collier fluorescent de la grand-mère qui n’est autre qu’un godemichet, les accidents à répétitions du héros avec le serveur du restaurant, la blague du prénom écossais). Tout juste pourrons-nous le remercier d’éviter de faire trop dans la mièvrerie et dans le tirage de larme facile qui nous est heureusement évité. Du coup, le charme et la légèreté relative de l’ensemble est essentiellement du à la fraîcheur des comédiens, qui rivalisent de charme pour tirer le film vers le haut. A ce petit jeu, c’est Patrick Dempsey qui brille le plus, jouant avec beaucoup d’autodérision les « demoiselle » d’honneur plongé dans un milieu exclusivement féminin, en totale opposition avec son image de play-boy viril. Face à lui, la pétillante Michelle Monaghan lui renvoie parfaitement la balle. Quelques seconds rôles un peu clichés mais néanmoins savoureux viennent également doper un petit peu cette comédie inégale, comme le regretté Sydney Pollack, ou les trois comédiennes interprétant les autres demoiselles d’honneur.

« Demoiselle d’honneur ? C’est pas possible, t’es un mec ! C’est un truc de nanas qui se demandent si la robe leur fait pas un gros cul !!! »

Mais dans tous les cas, ce « Témoin amoureux » demeure une comédie mollassonne au rythme inégal. Il faut dire qu’outre son scénario très cliché, la mise en scène de Weiland manque cruellement d’ambition, de punch, et d’originalité. Ce dernier, peu inspiré, se contente d’ailleurs de copier tous les éléments visuels inhérents au genre (photographie, décors, musiques), faisant de son film un produit finalement parfaitement calibré et impersonnel, dont le visuel ressemble à s’y méprendre aux autres productions récentes du genre, telles que « 27 robes » ou « Jackpot ». En outre, on pourra également reprocher à Weiland le manque de dynamisme de son montage, le rythme du film souffrant notamment d’un bon gros quart d’heure de trop. Sans être un bide total, on était cependant en droit d’attendre mieux de ce « Témoin amoureux »porté par un alléchant casting dans l’air du temps, que cette comédie un poil fade manquant un peu de punch et d’originalité. Grâce au charme des comédiens, il en reste un film tout juste assez moyen, relativement plaisant et divertissant.

  



Commenter cet article

Snifff 30/06/2008 00:58

C'est vrai que c'est nul, la comédie romantique de base qui ne prend pas la peine d'éviter les clichés du genre, qui ne détourne pas les codes, qui assène simplement la recette de la rom-com basique sans une once d'originalité. Idéal pour une petite sieste, pas plus.

ffred 24/06/2008 23:20

Une vraie catastrophe oui ! Jackpot était hilarant, PS I love you vraiment émouvant avec des acteurs très bons...mais là non franchement c'est nul !

Bob Morane 24/06/2008 06:50

C'est tout à fait ça ! Ton analyse est très juste. Je dirais qu'il est quand même beaucoup moins bien que "Jack pot" qui a plus de punch et plus drolissime qui "tait vraiment sympa. Moins bien que "ps: i love you" ? pas loin ! Ce témoin amoureux est vraiment un gâchis plus qu'un navet.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!