Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 May

The devil's double

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Cinetrafic et à BAC Films qui, dans le cadre de la 7e opération « Un dvd pour une critique », m’ont permis de découvrir et de chroniquer « The devil’s double » de Lee Tamahori.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/89/79/19746587.jpg« Tu lui appartiens. Décides-toi vite. Sinon, une voiture viendra chez toi et emmènera ta famille à Abou Ghraib. Si Dieu le veux, ils mourront vite »

Bagdad, 1987. Le pays est en proie à la trahison et à la corruption, ce qui fait les beaux jours du Prince Noir Oudaï Hussein, fils aîné de Saddam. Personnage sans foi ni loi, il ne pense qu'à son plaisir immédiat et n'hésite pas à s'emparer des biens d'autrui et à coucher avec n'importe quelle femme qui lui plaît - même lorsqu'elle est mariée. Personne n'a jamais osé lui tenir tête… Lorsque Latif Yahia, lieutenant d'Oudaï, est convoqué au palais de Saddam, il se voit contraint d'obéir à un ordre délirant : devenir la doublure d'Oudaï - son "fiday" - sous peine de voir exécuter toute sa famille. N'ayant pas le choix, Latif commence sa nouvelle vie, en "jouant" le rôle d'Oudaï Hussein, un des hommes les plus puissants et les plus haïs du pays. Il apprend à lui ressembler, imitant sa manière de marcher et de s'exprimer. Il découvre aussi la démesure de l'univers d'Oudaï - ses femmes faciles, ses voitures de course, et l'argent qui coule à flot. Mais il lui faut surtout savoir à qui il peut accorder sa confiance, dans un monde où la moindre erreur de jugement peut s'avérer fatale. Il comprendra bientôt qu'il ne peut compter que sur Sarrab, concubine d'Oudaï, pour l'aider à sortir de ce cauchemar…

« Travaillez avec zèle et vous ferez partie de la famille »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/89/79/19642701.jpgD’abord perchman puis premier assistant réalisateur (notamment de Oshima sur « Furyo »), le néo-zélandais Lee Tamahori passe à la réalisation pour la première fois en 1995 et signe le très remarqué « L’âme des guerriers ». Un succès qui lui ouvrira les portes d’Hollywood où il se spécialisera dans le film d’action, tels « Les hommes de l’ombre » (1996), « Meurs un autre jour » (2002), « xXx2 » (2005) ou encore « Next » (2007). Après quatre ans d’absence, il revient aux commandes de « The devil’s double », une production belgo-néerlando-canadienne, adaptation du roman de Latif Yahia Al-Salihi, qui fut le sosie « officiel » de Oudaï Hussein. Sorti directement en DVD chez nous, le film a néanmoins bénéficié d’une sortie en salle aux Etats-Unis après avoir été présenté au Festival de Sundance.

« Je n’ai pas choisi cette vie. C’est lui qui m’a choisi comme il t’a choisie toi »

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/89/79/19642702.jpgDans la famille Hussein, on connaissait surtout Saddam, le tyran mégalomane et sanguinaire, qui dirigea l’Irak de sa main de fer de 1979 jusqu’à sa chute, provoquée par la seconde guerre du Golfe, en 2003. On connaissait moins Oudaï, son fils ainé et successeur désigné. Inspiré du roman en partie autobiographique de Latif Yahia, qui fut son sosie et sa doublure, « The devil’s double » nous plonge dans les arcanes du système baasiste irakien et plus précisément dans les pas de Oudaï. On y découvre un quotidien fait de fastes, de luxe (voitures de sport, costumes de marques, montres…), de sexe, de drogue et d’excès en tout genre. Alors même que pendant ce temps, le peuple irakien enterre ses morts de deux guerres successives et souffre de privations. Mais surtout, loin de l’image médiatique qu’il voulait (se) donner, on découvre en Ousaï un véritable psychopathe pervers et cynique, adepte des viols, de la torture et des meurtres. En bon adepte d’un cinéma spectaculaire, Lee Tamahori s’emploie à filmer quelques morceaux de bravoure (l’enlèvement d’adolescentes, le meurtre particulièrement sauvage d’un ami de son père) qui donnent à son récit des allures de films de gangsters. A ce titre, la descente aux enfers du héros (et son aliénation), doublure du diable malgré lui, n’en est que plus sombre et oppressante. Assez violent, on comprend qu’un tel film ait pu effrayer les distributeurs. Toutefois, « The devil’s double » est un film fort et intense (à l’image de la prestation bluffante de Dominic Cooper) qui mérite d’être découvert. Une bonne surprise !

 http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/89/79/19642700.jpg  http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/89/79/19642704.jpg

Le DVD : Disponible en VO(ST) et en VF, le film est accompagné de « Nous les irakiens » (53 minutes), un documentaire passionnant d’Abbas Fahdel, qui filme le quotidien d’une famille irakienne avant et pendant la seconde guerre du Golfe. D’autres modules plus techniques – « Les coulisses du tournage », « Dominic Cooper dans la peau de Udaï et de Latif », « Focus sur les décors », « L’importance des costumes et du maquillage » - complètent cette édition définitivement riche en suppléments.

« The devil’s double » est distribué par BAC Films. Il est disponible dans les bacs depuis le 2 mai 2012.

Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film thriller ainsi que la catégorie Sortie cinéma.

Commenter cet article

Bob Morane 15/06/2012 08:13


En effet, un super film qui aurait mérité de passer en salle, tant la réalisation est exccellente, les acteurs suers sur une terrible histoire dont on devine que dans toutes les dictatures
doivent se reproduire ces horreurs...

Nio 27/05/2012 17:24


Vu hier soir, très bonne surprise en effet. :D

Nio 26/05/2012 11:24


Voilà une chronique qui me rassure amplement sur le fait que je vais passer un bien chouette moment. Je le regarde ce soir pour ma part, donc chronique sous peu aussi... ;)

Bob Morane 25/05/2012 17:35


Voilà qui donne furieusement envie de découvrir un film qui en même terrifie à l'avance sur un personnage qu'en effet je n'avais pas entendu parlé.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!