Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 Aug

Transformers 2 : la revanche

Publié par platinoch  - Catégories :  #Science-Fiction-Heroïc Fantasy

« Si Dieu a crée l’Homme à son image, qui a crée les robots ? »

Deux ans se sont écoulés depuis que Sam Witwicky a sauvé l'univers d'une bataille décisive entre les deux clans rivaux de robots extraterrestres. Malgré ses exploits, Sam reste un adolescent préoccupé par les soucis des jeunes gens de son âge : alors qu'il s'apprête à entrer à l'université, il doit se séparer de sa petite amie Mikaela et de ses parents pour la première fois de sa vie. Il lui faut aussi tenter d'expliquer son départ à son nouvel ami, le robot Bumblebee. Sam aspire à vivre une vie normale d'étudiant, mais il doit tourner le dos à son destin pour y parvenir.
Si Sam a fait ce qu'il a pu pour tirer un trait sur le conflit qui a eu lieu à Mission City et revenir à ses préoccupations quotidiennes, la guerre entre les Autobots et les Decepticons, tout en étant classée secret défense, a entraîné plusieurs changements. Le Secteur 7 a ainsi été dissout et son plus fidèle soldat, l'agent Simmons, a été révoqué sans ménagement. Résultat : une nouvelle agence, NEST, a été mise en place...

« Qu’arrivera-t-il si nous partons à votre demande et que vous vous êtes trompés ? »

Deux ans après avoir réussi le pari d’adapter l’anime jugé jusque là inadaptable des « Transformers » sur grand écran, Michael Bay nous revient avec le deuxième opus. Fort d’un budget faramineux de 200 millions de dollars, Michael Bay fait les choses en grand dans cette suite : de 14 dans le premier film, les robots sont ici portés au nombre de 46. Soit un total de 145000 Go d’espace disque nécessaire à leur animation. A cette occasion, le film est ainsi le premier de l’histoire a avoir obtenu du gouvernement égyptien le droit de tourner sur les prestigieux sites de Gizeh et de Louxor  et de filmer des plans aériens du site.

« Le destin s’impose rarement à nous au moment où on le voudrait »

« Toujours plus ». Telle pourrait être la devise de Michael Bay, officiellement devenu le « Monsieur Plus » d’Hollywood, seul réalisateur capable de donner vie aux projets les plus dingues et réputés irréalisables. Quoi qu’on en pense, son premier « Transformers » était en soit une prouesse technique. Pour tous les gamins des années 80 (dont je suis !!!) qui ont grandi, fascinés, à l’ombre des aventures d’Optimus Prime et des siens, le film de Bay tenait autant du miracle que du plaisir coupable. Mais la stratégie du « toujours plus » connait aussi ses limites. Toujours plus fort. Toujours plus loin. Toujours plus énorme. Toujours plus puissant. Et finalement toujours plus bourrin. Car à l’évidence, ce « Transformers 2 » n’est qu’un prétexte pour nous en mettre plein la vue. Scénario aux abonnés absents, le film fait donc place à une avalanche d’effets spéciaux et d’explosions toutes plus énormes les unes que les autres, n’ayant pour but que de combler le vide à l’écran par une surcharge d’éléments pompiers. Mais l’accumulation de tous ces effets visuels s’avère au final plus abrutissant qu’autre chose. D’autant que pour ne rien arranger, le réalisateur nous propose un film encore plus long que le premier (2h31 !!!). Bêtifiant à souhait, ce deuxième opus nous ferait presque frôler l’écœurement s’il ne se prenait pas lui-même si peu au sérieux. Un second degré salutaire qui sauve le film, à l’image de l’autodérision dont font preuve John Turturo et Megan Fox, laquelle joue à merveille de son image de bimbo. Ce deuxième opus était clairement dispensable. Espérons pour nous que Michael Bay aura la décence de ne pas en faire un troisième.       

  



Commenter cet article

Bob Morane 11/08/2009 11:48

Moi, qui ne suis pas de cette génération, et qui ne comprennait pas grand chose au voiture se transformant en robot alors que je jouais au petites voitures (sic !) le premier opus m'avait vraiment enthousiasmé. Ce deuxième est trop en tout mais plus drole. Dispensable sans aucun doute. Vite oublié aussi. Dommage parce qu'avec un peu de scénario, et moins de longueurs c'était jouable avec les énormes moyens en main..

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!