Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Jan

Le tueur

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

« Je sais que tu es là pour moi. J’ai un truc à te proposer : laisse-moi jusqu’à samedi. Depuis que tu es passé à mon bureau, j’arrête pas de me demander où et quand tu vas le faire. Autant voir ça ensemble, ça m’évitera d’avoir peur en permanence »

 

Paris, quelques jours avant Noël. Trader mystérieux, Leo Zimmerman semble avoir une vie rêvée : de l’argent à foison, un bel appartement, une situation professionnelle stimulante, une jeune et jolie épouse, et une petite fille dont il est fou. Pourtant, lorsque Dimitri Kopas, tueur à gages, débarque à Paris, c’est pour exécuter le contrat qui pèse sur la tête de Zimmerman. Et lorsque Kopas débarque dans son bureau sous le prétexte d’obtenir des renseignements, Léo comprend parfaitement que cette visite est une sorte d’avertissement lui rappelant que ses jours sont désormais comptés. En proie à l’angoisse et à la peur, Léo retrouve Kopas pour lui proposer un marché : il ne se sauvera pas, mais lui demande un délais de cinq jours, le temps de régler ses affaires…

 

« Ce que je ne veux pas, c’est souffrir. Je veux que ce soit rapide et efficace : une seconde je suis vivant, celle d’après je suis mort »

 

« Le tueur » est la première réalisation de Cédric Anger. Déjà auteur d’un court métrage il y a plusieurs années, Anger s’est surtout fait un nom dans le milieu du cinéma en tant que scénariste. Il a ainsi signé le scénario de « Selon Matthieu » et « Le petit lieutenant » pour Xavier Beauvois, ainsi que celui de « Deux » de Werner Schroeter. Pour sa première réalisation, il fait le choix difficile de réaliser un film de genre. Particulièrement codifié, celui-ci s’avère être un exercice beaucoup plus périlleux que les habituels premiers films consacrés à des sujets d’auteur un peu narcissiques ou à des comédies légères. A noter que durant sa production, le film était initialement intitulé « Le soldat ».

 

« - Ce restaurant est vraiment triste et dégueulasse

   - Tout le monde ne peut pas vivre en costard et fréquenter les grands restaurants »

 

Sujet archi traité, genre ultra codifié, la principale difficulté du film de tueur à gages était de pouvoir soutenir la comparaison avec les films déjà existants. Et la chose n’était pas aisée tant les films références en la matière ont placé la barre très haut (on pense au « Samouraï » de Melville, à « Collateral » de Mann, en passant par « La mémoire du tueur » de Van Looy, « Léon » de Besson, ou encore « Ghost dog » de Jarmush). Certaines figures de tueurs à gages sont même entrées dans la légende comme Delon dans le « Samouraï » ou Jack Palance dans « L’homme des vallées perdues ». Bref, que du lourd. Pari risqué que de passer derrière. Et pour le coup, on sent bien que Anger manque un peu d’épaules pour mener véritablement à bien son film. Et c’est d’autant plus dommage que le jeune réalisateur et scénariste a clairement acquis les codes et passages obligés du genre, et que son scénario foisonne de bonnes idées, comme la relation du tueur avec le personnage de Mélanie Laurent qui s’avère tout aussi manipulateur, ou les scènes de paranoïa et de flippe dont est victime Zimmerman. Malheureusement, Anger pêche par ce qui faisait l’originalité de son scénario : une fois que la cible rencontre son tueur et qu’elle négocie son sursis, la tension s’évapore aussitôt et le film se perd entre un improbable portrait de tueur instinctif et paumé dans l’existence, l’observation stérile de son attente du moment fatidique, et des intrigues secondaires jamais vraiment totalement exploitées (la relation entre la femme de Léo et son associé). Du coup, même si la durée du film est tout à fait dans la norme, « Le tueur » paraît bien long et sa dernière demie-heure semble même dénuée de tout intérêt. A ce titre, la révélation finale de l’identité du commanditaire du contrat, qui est l’une des clés du film, semble trop clichée et prévisible pour totalement convaincre. Sans parler de la dernière scène, inutile et pour le coup ridicule, qui nous laisse finir sur une mauvaise note.

 

« - Ça ne te fait rien de faire les choses que tu fais. Tu n’éprouves jamais de remords ?

   - non »

 

Côté réalisation, Anger laisse entrevoir de belles qualités, malgré l’aspect terriblement inégal de son film. Les scènes d’angoisse et de paranoïa de Léo sont à ce titre probablement les plus réussies, avec une mention particulière pour la scène de poursuite en voiture. On lui reconnaître également des choix judicieux et pertinents en terme de luminosité, de décors et d’atmosphère, pour restituer une ambiance des plus austères et parfois des plus glauques. Côté interprétation, on saluera une nouvelle fois l’impeccable prestation de Gilbert Melki, aussi à l’aise en homme d’affaires cynique, qu’en cible apeurée d’une machination implacable. Face à lui, le jeu toujours un peu trop monolithique et brut de décoffrage de Grégoire Colin s’accorde très bien. Quand à Mélanie Laurent, même si elle semble parfois manquer de conviction, elle apporte la petite touche de féminité et de charme nécessaire pour oublier quelques instants l’austérité de l’ambiance de ce film. A noter la présence dans un second rôle de Xavier Beauvois, qui comme pour les films de ses potes comédiens Roschdy Zem (« Mauvaise foi ») et Jalil Lespert (« 24 mesures »), fait une apparition dans un second rôle.

 

« - Se faire dévorer vivant par un fauve, ça doit être le plus grand des frissons. 

   - Y’a intérêt, parce que c’est le dernier ! »

.

 Au final, ce « Tueur », première réalisation de Cédric Anger, est un film tout à fait regardable mais qui ne marquera pas non plus les esprits. Il faut dire qu’il ne renouvelle pas un genre déjà trop marqué par quelques films exceptionnels. Pire, certains rebondissements, convenus et clichés, donnent par moments un effet trop téléphoné à l’ensemble. Malgré cela, « Le tueur » laisse entrevoir des qualités intéressantes chez son réalisateur, dont on attendra avec attention le prochain long.

.

.

.

    



Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!