Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Mar

Hotel Singapura

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques, #Comédies romantiques

Un grand merci à Condor Entertainment pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Hotel Singapura » de Eric Khoo.

 

HotelSingapura« Il fut un temps où c’était un hôtel splendide. Maintenant il tombe en ruines »

 

C’est le premier jour d’Imrah comme femme de chambre à l’Hôtel Singapura. Dans la suite n°27, un groupe de pop est venu fêter le nouvel an. Parmi eux, leur chanteur Damien est dans un état second quand il croise Imrah dans le couloir. Bien plus tard, dans ce même hôtel, une japonaise laisse filer son amant, un travesti reçoit son dernier plaisir avant l’opération, une touriste couche devant son meilleur ami… Mais toujours Imrah, en rangeant la chambre, se souviendra de sa rencontre avec Damien.

 

« Avec son sexe, une femme peut emmener un homme au paradis ou l’envoyer aux enfers »

 

HotelSingapoura1

Moribond depuis la fin des années 50 et la séparation progressive de l’île du reste de la Malaisie, le cinéma singapourien disparait progressivement des écran pendant plus de trente ans, laissant la place aux grosses productions américaines et aux films de kung-fu de Hong-Kong qui envahissent alors les écrans locaux. Il faut attendre le milieu des années 90 pour que la production cinématographique locale se redynamise, sous l’impulsion d’une jeune génération de réalisateurs. Parmi eux, Eric Khoo fait office de figure de proue. Ce passionné de cinéma, qui tournait dès l’adolescence des films amateurs en super-8, est parti apprendre le métier en Australie avant de revenir au pays tourner ses premiers films. Son premier court-métrage, « Barbie digs Joe » (1990), est ainsi le premier film singapourien à être sélectionné dans les grands festivals internationaux. Après une première carrière dans le clip et la publicité, il se fait remarquer pour ses longs-métrages, tels que « Be with me » (2005), « My magic » (2008) ou « Tatsumi » (2011). Il réalise avec « Hotel Singapura » le premier film jugé « érotique » de Singapour.

 

« C’est une histoire d’amour triste, ça parle de réincarnation »

 

Hotel_singapuraOn connaissait l’« Hotel California » chanté par The Eagles. Voilà donc l’« Hotel Singapura » imaginé par le réalisateur Eric Khoo. Un hôtel au luxe suranné qui est, par essence, mythique. Un peu à l’image du « 2046 » de Wong Kar Waï, l’« Hotel Singapura » prend des allures d’alcôve, de huis-clos discret où se nouent des rencontres et se jouent en alternance des passions animales et drames intimes. Construit en une succession de saynètes représentant chacune une époque, le film passe ainsi en revue l’évolution de la société et des mœurs singapouriens des années 40 à nos jours. Il y est ainsi question d’homosexualité cachée, de prostitution, d’amours clandestines (et parfois tarifées) ou d’orgies, le tout sur fond de libération progressive des mœurs. Mais à l’image de « la perle de l’Asie », l’« Hotel Singapura » est aussi un univers formidablement cosmopolite où l’on croise des personnages de toutes provenances et de toutes origines, parlant l’anglais, le malais ou le chinois. Mélange des gens et des genres, le film se fait tour à tour tendre, cocasse ou triste selon les saynètes. Celles-ci s’enchainant sous le regard complice et désabusé du fantôme d’un jeune chanteur romantique mort en ce lieu et qui semble prisonnier de ces murs à jamais. Placé dans un étrange rôle de voyeur, le spectateur suit - complice - les aventures secrètes et interdites qui se passent dans l’hôtel. Et hormis un improbable segment très 50’s et assez débridé dans lequel une mère maquerelle nous vente avec force conviction le « pouvoir du minou », la tonalité du film demeure pour l’essentiel plutôt mélancolique. Car au fond, pour Eric Khoo, même si le sexe est passionné et parfois cru, la chair au final demeure plutôt triste. A l’image de ce final pessimiste où la mécanique de l’acte sexuel semble avoir pris le pas sur les sentiments. Le réalisateur signe là une balade élégiaque, sensuelle et entêtante.

 

Hotel_Singapura_Khoo

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale mêlant anglais et chinois. Des sous-titres français sont également proposés.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une interview de l’équipe du film.

 

Edité par Condor Entertainment, « Hotel Singapura » est disponible en DVD depuis le 28 février 2017.

 

Le site Internet de Condor Entertainment est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!