Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Apr

L’histoire de l’amour

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames, #comedies dramatiques

Un grand merci à Wild Side Vidéo pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « L’histoire de l’amour » de Radu Mihaileanu.

 

Histoire_amour« Les allemands sont à 300 kilomètres d’ici. On va tous mourir. Si tu l’aimes, tu dois la laisser partir... »

 

Il était une fois un garçon, Léo, qui aimait une fille, Alma. Il lui a promis de la faire rire toute sa vie. La Guerre les a séparés - Alma a fui à New York - mais Léo a survécu à tout pour la retrouver et tenir sa promesse. De nos jours, à Brooklyn, vit une adolescente pleine de passion, d’imagination et de fougue, elle s’appelle aussi Alma. De l’autre côté du pont, à Chinatown, Léo, devenu un vieux monsieur espiègle et drôle, vit avec le souvenir de « la femme la plus aimée au monde », le grand amour de sa vie. Rien ne semble lier Léo à la jeune Alma. Et pourtant… De la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, un voyage à travers le temps et les continents unira leurs destins.

 

« Tu seras la femme la plus aimée au monde, je te le promets »

 

HIstoire_amour_ArtertonNé en Roumanie au sein d’une famille d’intellectuels juifs ayant connu les traumatismes des persécutions et de l’Holocauste, Radu Mihaileanu décide assez jeune de fuir la dictature. Il émigre ainsi d’abord vers Israël avant d’arriver finalement en France, où il mènera de brillantes études de Cinéma à la FEMIS. Commençant sa carrière comme monteur, il devient très vite scénariste puis assistant du réalisateur Marco Ferreri. Poussé par ce dernier, il réalise son premier film, « Trahir », en 1993. Mais c’est grâce au succès de son film suivant, l'excellent « Train de vie » (1998), qu’il se fait véritablement connaitre, tant de la critique que du public. Après quelques détours par la télévision, il retourne au cinéma au milieu des années 2000 où il enchaine les succès avec « Va, vis et deviens » (2006, César du Meilleur scénario) et « Le concert » (2009). Six ans après « La source des femmes » (2011), il nous revient avec « L’histoire de l’amour », son premier film international tourné en langue anglaise qui est une adaptation du roman éponyme de l’américaine Nicole Krauss, publié en 2006.

 

« Cela vaut-il la peine de survivre à tout ? »

 

Histoire_amour_Derek_JacobiDepuis ses débuts, le cinéma de Radu Mihaileanu est intimement marqué par l’histoire des populations juives d’Europe centrale et orientale. Une histoire dont il tire une sorte de spleen identitaire, dans lequel se mélange une forme de nostalgie d’un paradis perdu, le traumatisme des persécutions et la souffrance du déracinement et de l’exil. En cela, « L’histoire de l’amour », chassé-croisé amoureux qui s’étale sur près de 70 ans et sur deux continents, est une parfaite synthèse des obsessions du cinéaste. Un drame de l’intime dans lequel la petite histoire est inextricablement liée à la grande Histoire. Le récit de destins brisés, d’un amour infini rendu impossible à cause de la guerre. Une histoire que découvre une jeune adolescente américaine des années 2000, en même temps que ses propres premiers émois amoureux. En parfait conteur, Radu Mihaileanu trouve ici un matériau idéal pour laisser libre court à sa fantaisie romantique et à son esprit romanesque. A l’image du brave Léo, son émouvant personnage principal d’amoureux transis un peu gauche, revenu d’entre les morts pour suivre un rêve impossible. Un homme qui est passé malgré lui à côté de sa vie et qui peuple sa modeste solitude des fantômes de son passé. Si toute la partie ayant trait à la romance entre Léo et Alma s’avère pleinement émouvante, on est toutefois plus circonspect quant à la partie relative à la jeune adolescente qui se cherche. A l’évidence, le cinéaste semble bien moins à l’aise lorsqu’il s’agit de capter la fragilité inhérente à cet âge difficile ou encore la sensation de menace qui plane sur sa famille dysfonctionnelle et au bord de l’effondrement. En la matière, sa tendance à l’emphase et aux effets lacrymaux (les orages en forme d’apocalypse, l’Arche de Noé construite par le petit frère) n’est pas toujours convaincante. Reste un casting quatre étoiles, des vétérans Derek Jacobi et Elliott Gould aux jeunes Gemma Arterton et Sophie Nelisse. Et une jolie morale qui nous rappelle que tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir.

 

Histoire_de_l_amour

 

**

 

Le DVD : Le film est proposé en version originale anglaise (5.1 et 2.0) ainsi qu’en version française (5.1) et en audiodescription (2.0). Des sous-titres français et français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de 6 scènes coupées (12 min.) et d’un making-of (47 min.).

 

Edité par Wild Side Vidéo, « L’histoire de l’amour » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 29 mars 2017.

 

Le site Internet de Wild Side Vidéo est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!