Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Sep

La mort vous va si bien

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « La mort vous va si bien » de Robert Zemeckis.

 

La_mort_vous_va_si_bien

« C’est elle qui a foutu ta vie en l’air : elle a épousé un brillant chirurgien et elle en a fait un croque-mort »

 

Depuis des années, Madeline, une actrice médiocre, vole les amants de son amie Helen, écrivain. Un soir, cette dernière se rend au spectacle de son amie, accompagnée de son fiancé Ernest, séduisant chirurgien esthétique. Une fois de plus, l’actrice joue de ses charmes et finit par épouser Ernest. Helen sombre dans la dépression et devient obèse, vouant une haine secrète envers son ancienne amie. Quatorze années plus tard, Madeline essaie désespérément de lutter contre l’inévitable vieillissement de son corps. Elle a totalement anéanti Ernest, devenu alcoolique et qui en est réduit à voir sa femme parader avec ses jeunes amants. C’est alors que Helen entre en scène, plus sublime que jamais et venue pour reprendre son dû.

 

« Tu as toujours eu un pouvoir sexuel incroyable. Si je ne te l’ai jamais dit avant, c’est parce que je n’étais pas le genre de fille à dire « sexuel » ! »

 

La_mort_vous_va_si_bien_Meryl_Streep

Enfant prodigue du cinéma américain, le jeune Robert Zemeckis est repéré par son ainé Steven Spielberg alors qu’il n’est encore qu’un modeste étudiant en cinéma. Impressionné par ses films d’études, le nouveau prince d’Hollywood le prend alors sous son aile et parraine ses débuts en produisant ses tous premiers films (« Crazy day » en 1978 et « La grande magouille » en 1980). Mais c’est avec les années 80 que sa carrière va prendre véritablement son envol en enchainant les succès : « A la poursuite du diamant vert » (1984), « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? » (1988), et surtout la mythique trilogie « Retour vers le futur » (1985, 1989 et 1990). Une période faste qui s’achèvera quelque peu après l’immense succès de « Forrest Gump » (1994) pour lequel il remporte le Golden Globe et l’Oscar du Meilleur réalisateur. Il signe en 1992 la comédie satyrique « La mort vous va si bien », coécrite avec David Koepp (scénariste à qui l’on doit également « Jurassic Park » ou « L’impasse » puis, plus tard, réalisateur de « La ville fantôme » et de « Premium rush »). Succès public et critique, « La mort vous va si bien » remportera l’Oscar des meilleurs effets visuels.

 

« Elle est morte ? C’est dans ces moments-là que la vie vaut la peine d’être vécue ! »

 

La_mort_vous_va_si_bien_Bruce_Willis

Entre deux voyages dans le temps (« Retour vers le futur 3 » et « Forrest Gump »), Robert Zemeckis s’offre une récréation, une bouffée de légèreté avec « La mort vous va si bien », comédie grinçante prenant pour décor le microcosme hollywoodien dont il moque les petits travers. A la manière d’un Blake Edwards (qui avait déjà signé un portrait au vitriol d’Hollywood dans « S.O.B. ») auquel il emprunte son humour féroce, Zemeckis signe là une satire vacharde dénonçant la vacuité et la superficialité du monde du show-business. Un univers impitoyable régit par un diktat de la mode et de la beauté ainsi que par le mythe de la jeunesse éternelle. Mais derrière le glamour et les paillettes de façade se cache en fait un miroir aux alouettes. Un monde sans pitié (et sans amour) peuplé d’égos surdimensionnés et façonné de mensonges. Un monde où le bonheur apparent cache une réalité plus amère, à l’image de cette actrice égocentrique qui ne supporte pas de vieillir tandis que son mari est devenu un alcoolique notoire. Fort de ce constat, Zemeckis imagine une relecture de Faust assez jouissive, avec ces deux héroïnes qui acceptent de vendre leur âme au diable pour accéder à la beauté éternelle. Un élixir de jouvence qui donnera lieu à nombre de situations désopilantes et qui fera basculer le récit dans la comédie de science-fiction, mise en valeur par des effets spéciaux particulièrement novateurs pour l’époque. Surtout, la réussite du film doit beaucoup à son casting de haut vol, porté notamment par les immenses Meryl Streep et Goldie Hawn, bien épaulées par un Bruce Willis qui rappelle ici qu’il fut à ses débuts avant tout un acteur de comédie et non un action hero. Une perle d’humour noir et d’irrévérence comme Hollywood n’en a pas produit depuis longtemps.  

 

La_mort_vous_va_si_bien_Goldie_Hawn

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté dans un nouveau Master haute-définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de la présentation « Robert Zemeckis, ce film vous va si bien » par Jacky Goldberg (critique de cinéma et réalisateur) et Vincent Ostria (critique de cinéma) (21 min.), de « Bruce Willis, itinéraire d’un héros ordinaire » par Jacky Goldberg (critique de cinéma et réalisateur) (22 min.), de « Le corps vous va si bien » : entretien avec Alec Gillis et Tom Woodruff Jr., responsables d’effets visuels sur le film (21 min.) et d’un Making of effets spéciaux d’époque : 2 rushs inédits (3 min.).

 

Edité par ESC Editions, « La mort vous va si bien » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 29 août 2017.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!