Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Feb

Le mercenaire de minuit

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Westerns

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir le blu-ray du film « Le mercenaire de minuit » de Richard Wilson.

 

Le_mercenaire_de_minuit

« J’ai planté la vigne sur la colline autour de la tombe de ma mère : c’est là que je vivrai jusqu’à ma mort, qu’elle vienne tôt ou tard. Et aussi longtemps que je vivrai, je me battrai contre tous pour avoir le droit d’y mourir »

 

En revenant chez lui à la fin de la guerre de Sécession, Matt Weaver découvre qu’il a été dépossédé de tous ses biens car il est Sudiste, par Sam Brewster qui contrôle la ville. Fou de colère, il se barricade, décidé à vendre chèrement sa peau. Brewster engage alors un tueur, Jules Gaspard d’Estaing, pour abattre Matt. Jules d’Estaing est dégoûté par Brewster et par la lâcheté des habitants. Il a même une certaine estime pour Matt qui, bien que Sudiste, est le seul à avoir de l’amitié pour les Mexicains qui vivent là. Jules d’Estaing fait la connaissance de Ruth, la femme de Crane Adams et qu’aime Matt. Il s’installe en ville décidé à faire ce pour quoi il a été payé quand il en aura l’envie.

 

« Je vais vous dire ce que je suis et ce que vous êtes : je suis un homme avec un revolver et vous êtes un ivrogne »

 

Mercenaire_minuit_George_Segal

Ancien collaborateur régulier du grand Orson Welles - pour qui il sera acteur à la radio sur « La guerre des mondes » puis producteur de « La dame de Shanghaï » (1947) et de « MacBeth » (1948) - Richard Wilson entame à son tour une carrière de réalisateur à partir des années 50. Celle-ci, plutôt brève, se résumera à huit films réalisés en un peu plus d’une décennie. Une filmographie essentiellement tournée vers les films noirs de seconde zone (« Trafic à La Havane », « Al Capone ») dans laquelle on trouve cependant deux westerns : le très bon « L’homme au fusil » en 1955 avec Robert Mitchum et, neuf ans plus tard, « Le mercenaire de minuit » avec Yul Brynner. Un film au titre français aussi intrigant qu’improbable tant il ne reflète en rien son intrigue. Il y est en effet question d’un mystérieux tueur à gages engagé par le chef d’une petite ville de province, bien décidé à faire supprimer le vétéran sudiste laissé pour mort qu’il a spolié en son absence. L’intrigue, assez classique, brasse de nombreux thèmes (le droit à la différence, la tolérance, la propriété) et s’emploie à jouer sur les apparences pour ménager un semblant de suspense : le vétéran sudiste demeure finalement un brave type attachant, le seul à respecter les mexicains et à résister à la mainmise de Brewster et de sa bande, tandis que le tueur à gages se révèle imprévisible, montrant davantage de bienveillance à l’égard de sa cible que vis-à-vis de ses employeurs dont il fustige l’immoralité et le racisme. Mais le scénario, alambiqué et bancal, se perd finalement dans des sous-intrigues aussi soudaines que nébuleuses, à l’image de la crise identitaire du tueur qui entame alors un fastidieux (plus de dix minutes !) et ridicule saccage de la ville, qui se conclue dans un final pour le moins décevant. Mal écrit et pas assez maitrisé, le film parait également trop étiré et trop sérieux pour nous convaincre. Et ce en dépit d’une interprétation globalement correcte et d’un casting plutôt séduisant (Yul Brynner, George Segal, Pat Hingle). Vraiment dommage.

 

Mercenaire_Minuit_Yul_Brynner

 

*

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres optionnels français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de deux présentations distinctes respectivement signées Patrick Brion et François Guérif.

 

Edité par Sidonis Calysta, « Le mercenaire de minuit » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 23 janvier 2018.

 

Le site Internet de Sidonis Calysta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!