Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Mar

Escale à Tokyo

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies romantiques, #Comédies

Un grand merci aux Films du Paradoxe pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Escale à Tokyo » de Jack Arnold.

 

Escale_à_Tokyo

« J’ai fait atterrir un B-17 avec deux moteurs en feu. Ce n’est pas de la chance. Juste que je suis un bon pilote ! »

 

Ancien colonel de l’aviation, Mike Dandridge se rend sur une base en Californie où il retrouve un vieil ami devenu enseignant en pilotage. Ils partent en voyage au Japon, et Mike y tombe amoureux d’une collègue d’Al, Maggie Colby. Ils se marient et Maggie se retrouve bientôt au foyer avec un bébé tandis que Mike fuit toute charge domestique en reprenant son poste dans l’aviation et en faisant la cour à une collègue, Nikki Taylor. Excédée, Maggie décide de lui laisser l’enfant et de le quitter…

 

« On peut aimer voler sans chercher à mourir »

 

Escale_à_Tokyo_JAck_Arnold

Ancien comédien de théâtre, Jack Arnold s'initie aux métiers de l'image et plus spécifiquement à la réalisation au sein du service de communication de l'armée durant la Seconde Guerre Mondiale. Une révélation qui se transformera en vocation puisqu'il deviendra réalisateur, dans les années qui suivent son retour à la vie civile. Là, durant la décennie des années 50, ce passionné de littérature de science-fiction s'imposera comme l'une des figures majeures du cinéma fantastique américain, réalisant à grands coups de trucages ingénieux toute une série de films de série B qui auront marqué leur épique et qui sont devenus depuis totalement cultes, comme « L'étrange créature du Lac Noir » (1954), « Tarantula » (1955) ou « L'homme qui rétrécit » (1957). Réalisé en 1958, « Escale à Tokyo » - initialement sorti en France sous le titre « Madame et son pilote » - marque une rupture dans la carrière du cinéaste qui se consacrera désormais à un cinéma plus volontiers commercial et grand public, ne tournant principalement plus que des comédies populaires et familiales (« La souris qui rugissait », « Papa play-boy ») ainsi que, notons-le, un western fort plaisant (« Une balle signée X »).

 

« Si on m’avait dit que j’épouserai un de mes gars ! »

 

Escale_à_Tokyo_Lana_Turner

« Escale à Tokyo » débute à peu près là où se terminait dix ans plus tôt « Les plus années de notre vie » de Wyler: quelque part dans le désert de l'Arizona, dans un cimetière d'avions de guerre devenus désormais inutiles. Mais l'heure n'est plus à la reconstruction mais bien au boom économique et à la légèreté retrouvée, et les pilotes vétérans de la guerre prospèrent désormais en convoyant pour de riches clients ces vieux bombardiers monumentaux à l’autre bout du monde. Une vie d’aventure, sur fond de contexte aéronautique qui servira de décor à la romance entre un ancien pilote de guerre franchement machiste et une jeune et séduisante pilote évoluant dans un univers encore très majoritairement masculin. Jusqu’à ce que l’amour fou laisse place à la routine de la vie maritale et familiale, trop terre à terre pour un pilote qui y voit là un motif pour qu’on lui coupe les ailes... Une petite comédie de mœurs pleines de sous-entendus sexuels (la référence au manche de l’avion qui envoie dans les airs quand on le manipule, le laïus sur la nouveauté toujours excitante) qui commençait plutôt pas mal en dépit de quelques incohérences (le meilleur ami qui ne dit rien quand le héros lui pique sa fiancée), avec une vision des rapports hommes/femmes en apparence assez progressiste (la femme pilote, le héros contraint d’apprendre à s’occuper d’un bébé). Sauf qu’à la fin, c’est quand même la femme au départ libre qui se retrouve changée en fée du logis après le mariage. Propret mais franchement désuet, d’autant que Jeff Chandler est loin d’avoir le charisme d’un Clark Gable.

 

Escale_à_Tokyo_Jeff_Chandler

 

**

 

Le DVD : le film est présenté en version originale américaine (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par Les Films du Paradoxe, « Escale à Tokyo » est disponible en DVD depuis le 15 février 2019.

 

Le site Internet des Films du Paradoxe est ici. Sa page Facebook est ici

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!