Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 Jul

China gate

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films de guerre

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « China gate » de Samuel Fuller.

 

China_gate

« Je suis un peu de tout et beaucoup de rien. Ce n’est pas ma guerre »

 

À la fin de la guerre d’Indochine, un commando de la Légion étrangère s’apprête à effectuer une dernière mission : détruire les tunnels renfermant le stock d’armes des combattants communistes menés par le commandant Cham. Pour cela, ils font appel à une séduisante Eurasienne surnommée Lucky Legs. Ayant mis en place un trafic d’alcool dans la région et connaissant bien Cham, elle seule peut les aider à mener à bien leur mission. Mais la présence de son ex-mari, le sergent Brock, qui l’a abandonnée à la naissance de leur fils, va créer de nombreuses tensions au sein du groupe…

 

« Je me méfie. Beaucoup d’indochinois ont la fâcheuse tendance à se convertir au communisme... »

 

China_gate_Angie_Dickinson

Qu’il fut tour à tour journaliste (dès l’âge de treize ans !), écrivain, scénariste, militaire ou cinéaste, Samuel Fuller aura vécu mille vies trépidantes d’aventures. Mais au-delà de ses différentes casquettes professionnelles, l’homme restera à jamais marqué par son expérience de la guerre. Mobilisé dans la « Big red one » du Général Patton, il prendra ainsi part à tous les théâtres de guerre du front occidental (Afrique du Nord, Sicile, Italie, Normandie) jusqu’à la libération du Camp de concentration de Falkenau et gardera toujours le terrible souvenir de l’horreur et de la violence dont les hommes sont capables en temps de guerre. Une thématique qui marquera sa filmographie tel un fil rouge. C’est qu’entre deux films noirs (« Le port de la drogue », « La maison de bambou », « Les bas-fonds new-yorkais »), il s’intéressera de près aux grands conflits armés de son époque.

 

« Je suis venu ici parce que je n’ai encore fini ce que j’ai commencé en Corée »

 

China_gate_Nat_King_Cole

Ainsi, outre la Seconde guerre mondiale (« Ordres secrets aux espions nazis », « Les maraudeurs attaquent », « Au-delà de la gloire ») et la Guerre de Corée (« J’ai vécu l’enfer de Corée », « Baïonnette au canon »), il s’intéresse en 1957 avec « China gate » à la Guerre d’Indochine que les français viennent de perdre trois ans plus tôt et qui annonce les prémices de la Guerre du Vietnam dans laquelle l’Amérique s’embourbera durant les deux décennies suivantes. On y suivra le périple d’une escouade de légionnaires devant escorter une belle indochinoise jusqu’à un camp retranché des forces communistes pour y détruire leur arsenal. Une mission stratégique des plus difficiles car mené en territoire ennemi. Si au détour de quelques fulgurances de violence (des échanges de tirs dans la jungle, un pied qui saute sur une mine) le cinéaste nous montre les horreurs de la guerre, sa brutalité mais aussi la mort (avec cette longue séquence filmée sans complaisance de l’agonie d’un soldat), « China gate » a aussi le mérite de nous en montrer les à-côtés, comme la folie qui a gagné le jeune soldat hongrois ou le racisme ambiant qui vient écorner la fraternité qui semblait régner au sein de cette escouade. Comme souvent dans l’œuvre de Fuller (« The Crimson Kimono », « La maison de bambou », « Dresser pour tuer »), la question du racisme est également assez centrale dans ce récit, qui aborde de façon assez frontale et courageuse la question (alors très tabou dans la société américaine) de la mixité et du métissage. Tout juste regrettera-t-on que les rôles pourtant centraux des deux indochinois soient confiés à la belle Angie Dickinson (très convaincante au demeurant) et à Lee Van Cleef. Au final, « China gate » se révèle être un film d’aventures et de guerre fort plaisant, dont on retiendra également l’inattendue mais très convaincante prestation d’acteur du crooner Nat King Cole.  

 

China_gate_Fuller

 

***

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master restauré en Haute-Définition, en version originale américaine (1.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « Peace of Mind » : regard sur le film par Samantha Fuller et Christa Lang Fuller (41 min.) et d’une Bande-annonce originale (HD).

 

Edité par Carlotta, « China gate » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 12 juin 2019.

 

Le site Internet de Carlotta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!