Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Oct

Cold sweat

Publié par Platinoch

Un grand merci à StudioCanal pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Cold sweat » de Terrence Young.

 

Cold_sweat

« Les prisons allemandes ? Tu es dedans, tu regardes dehors »

 

Installé sur la Côte d'Azur, où il a une entreprise de bateaux de plaisance, Joe, un Américain au passé militaire chargé, se trouve brutalement confronté avec d'ex-complices qui lui reprochent de les avoir abandonnés au beau milieu d'un coup. Ils ont fait plusieurs années de prison, alors que lui restait en liberté. Ce que veulent ces copains, c'est que Joe vende son entreprise et partage avec eux tous ses biens. Pour le persuader, ils prennent comme otages sa femme et sa fille.

 

« C’est à ça qu’on reconnait un bon soldat : au plaisir qu’il prend à tuer »

 

Cold_sweat_Liv_Ullman

En cette fin de décennies des sixties, Charles Bronson est établi comme un prolifique second couteau à Hollywood. Mais en dépit d’une filmographie qui compte de nombreux succès populaires (« Bronco Apache », « Vera Cruz », « Les sept mercenaires », « La grande évasion », « Les douze salopards »…), il ne parvient toujours pas à s’imposer comme un acteur de premier plan. C’est ainsi qu’il décide, à l’aube de la cinquantaine, de partir travailler en Europe, où il tournera « Il était une fois dans l’ouest » (1968) qui achèvera de faire de lui une star internationale. Mais en marge de sa collaboration avec Sergio Leone, il tournera aussi avec les français Jean Herman (« Adieu l’ami ») et René Clément (« Le passager de la pluie »), l’italien Sergio Sollima (« La cité de la violence ») et surtout l’anglais Terrence Young, connu pour avoir dirigé les trois premières aventures cinématographiques de James Bond (« Dr. No », « Bons baisers de Russie », « Opération tonnerre ») et qui dirigera l’acteur à trois reprises. Leur première collaboration ayant lieu en 1970 avec « Cold sweat », plus connu sous son titres français « De la part des copains ».

 

« Ce ne serait pas un crime de l’abattre. Ce serait comme nettoyer une fausse à purin »

 

Cold_sweat_Charles_Bronson

Adaptation du roman de Richard Matheson – auteur plus connu pour ses récits fantastiques à tendance horrifiques (« Je suis une légende », « La maison des damnés ») – « Cold sweat » est un thriller très ancré dans son époque. On y suit un respectable entrepreneur du sud de la France soudainement rattrapé par un passé trouble auquel il avait tenté d’échapper. Et comme dans pas mal de thrillers de cette époque, tout ce qui a trait à un passé trouble ramène inexorablement à la guerre, quelle qu’elle soit. Aussi classique soit-elle, la prise d’otages qui s’en suivra donnera lieu à un affrontement viril entre le héros – bien décidé à sauver sa famille – et ses anciens partenaires d’évasion. L’ambiance du film est ainsi ambivalente, tiraillée entre la tension de son intrigue et la décontraction apparente de son acteur principal, toujours prompt à mettre une (grosse claque) à ses adversaires pour notre plus grand plaisir (l’accélération en bateau pour assommer son adversaire ou le coup monté dans le sous-sol de l’aéroport). On en retiendra également une course poursuite automobile qui s’inscrit dans la mode de l’époque (« Bullit », « The seven-ups ») et une spectaculaire traque finale dans un incendie de garrigue. Si Bronson brille sans forcer son talent dans un énième rôle de dur à cuir costaud et viril, le film vaut surtout pour la galerie de gueules qu’on lui oppose (James Mason, Michel Constantin) et notamment pour Jean Topart, formidable en tueur zélé, cruel et légèrement pédophile. Un Bronson un peu mineur mais tout à fait divertissant.

 

Cold_sweat_James_Mason

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-Définition, en version originale anglaise (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une Préface de Jean-Baptiste Thoret (8 min.), du module « Cold Sweat » vu par Philippe Setbon (42 min.), d’un Entretien avec Michel Constantin pour l’émission Cinéscope (1975, 52 min.) et de la Bande-annonce originale du film (3 min.).

 

Edité par StudioCanal, « Cold sweat » est disponible dans la collection « Makemyday ! » (dont il est le numéro 15) en combo blu-ray + DVD depuis le 28 août 2019.

 

Le site Internet de StudioCanal est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!