Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 Sep

Remember

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à ARP Sélection pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Remember » d’Atom Egoyan.

 

Remember« On est trop vieux pour mentir »

 

Dans une maison de retraite aux États-Unis, Zev, un homme de 90 ans qui souffre de démence sénile, se réveille en appelant sa femme, Ruth. Il apprend alors à nouveau qu'elle est morte quelques jours avant. Un autre pensionnaire de la maison, Max, lui rappelle sa promesse : après la mort de Ruth, retrouver l'ancien nazi qui a assassiné leurs familles à Auschwitz ; nommé Otto Wallisch, il a pris la fausse identité de Rudi Kurlander. Max, qui est en fauteuil roulant, et Zev sont les deux derniers rescapés à pouvoir le reconnaître. Zev s'échappe alors, avec une lettre d'instructions de Max, et voyage pour réaliser sa promesse de vengeance. Mais sa mémoire défaillante lui complique la tâche.

 

« Tu es le seul à pouvoir reconnaitre le visage de l’homme qui a assassiné nos familles »

 

Remember_PlummerIl se destinait au monde des planches. D’ailleurs, c’est par le théâtre qu’Atom Egoyan commença sa carrière d’auteur et de metteur en scène. Mais dès le début des années 80, l’appel de la caméra est la plus forte. Après quelques courts-métrages et quelques téléfilms, il signe un premier long en 1984, « Proches parents ». Une petite dizaine de films se suivront au court des quinze années suivantes, principalement centrés sur les thèmes de la famille et de la quête identitaire. A l’image de « Ararat » (2002) qui fut l’un de ses plus grands succès. Il faut dire que l’homme, canadien né en Egypte de parents arméniens, est particulièrement sensible aux questions de l’identité et du déracinement. Néanmoins, après le déroutant « La vérité nue » en 2005, sa carrière ralentit. Ces films suivants, censés être plus « grand public », peinent à séduire la critique et à attirer le public. Malgré des castings souvent rutilants. Après l’échec de « Captives » (2014) il nous revient avec « Remember », une production au budget a priori plus réduit. Chose rare, il ne signe pas le scénario de ce film qui renoue avec les grandes sagas paranoïaques relatives à la traque des nazis sur le continent américain. A noter que le film a concouru en sélection officielle à la Mostra de Venise en 2015.

 

« Vivre dans le mensonge n’est pas une vie »

 

Remember_LandauLa vieillesse un vilain naufrage, dit-on. Sévèrement atteint de sénilité, le vieux Zev en sait quelque chose.  Pourtant, il devra tenir une ultime promesse, à savoir éliminer un ancien garde d’Auschwitz établi en Amérique depuis plusieurs décennies sous une fausse identité et qui porte la responsabilité de l’élimination de sa famille. Une gageure pour un homme en proie à de fréquentes pertes de mémoire. Atom Egoyan part de cet étrange postulat (qui n’est pas sans rappeler le très bon « La mémoire du tueur » de Erik Van Looy ) pour mettre en scène un improbable road-movie porté par un héros qui devra se battre à la fois contre ceux qui veulent le ramener de force à l’hospice et contre sa mémoire défaillante. Ainsi, la première partie parait par moments un peu poussive et un peu lente à mettre l’intrigue en place. Tout juste s’amusera-t-on de voir notre vieux héros pouvoir s’acheter librement une arme à feu alors même que sa santé mentale est largement déficiente. Mais il faut surtout attendre la deuxième moitié pour voir le film s’accélérer et trouver sa véritable saveur. En particulier lorsque notre héros se retrouve prisonnier d’un policier trop aimable pour être honnête et qui se révèle être un néo-nazi convaincu. « Remember » prend vraiment alors sa forme d’épopée vengeresse, trouvant son apothéose, non sans ironie, dans un final aussi intelligent que machiavélique. Atom Egoyan signe là un film doux-amer, souvent pathétique lorsqu’il nous donne à voir ces vieillards irascibles et en proie à leur propre décrépitude, mais toujours teinté d’un humour décalé et d’une ironie mordante. Surtout, il dénonce avec force la complicité du système américain, qui a permis à de nombreux criminels de guerre nazis de refaire leur vite en toute impunité et en toute tranquillité sur son sol. C’est là que le film prend tout son sens, la quête désespérée de Zev étant avant tout un devoir de mémoire et un combat contre l’oubli. De quoi faire de ce « Remember » une œuvre forte et mordante. Un sentiment d’autant plus renforcé que le film est porté par deux immenses acteurs, à savoir Christopher Plummer et Martin Landau, qu’on prend un infini plaisir à retrouver ici.

 

Remember

 

***

 

Le DVD : le film est présenté en version originale américaine (5.1). Des sous-titres français sont également proposés. Seules des bandes-annonces viennent compléter cette édition.

 

Edité par ARP Sélection, « Remember » est disponible en DVD à compter du 6 septembre 2016.

 

Le site Internet de ARP Sélection est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!