Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 May

Faut pas lui dire

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies

Un grand merci à Orange Studio ainsi qu’à l’Agence Darkstar pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Faut pas lui dire » de Solange Cicurel.

 

Faut_pas_lui_dire« J’aime pas l’idée d’être divorcée. C’est comme s’il y avait écrit échec sur mon état civil »

 

Laura, Eve, Anouch et Yaël sont quatre cousines très différentes et très attachantes, qui ont un point commun : elles mentent mais toujours par amour !

 

Quand les trois premières découvrent quelques semaines avant le mariage de leur petite cousine que son fiancé parfait la trompe, qui plus es avec un homme, elles votent à l’unisson « Faut pas lui dire » !

 

« Tu ne veux pas lui laisser le bénéfice du doute pour une fois ? »

 

Faut_pas_ElmalehD’abord avocate, la belge Solange Cicurel a ainsi mené une première carrière au Barreau de Bruxelles. Jusqu’à sa rencontre inespérée avec la productrice Diana Elbaum, qui encouragea cette passionnée de théâtre et d’écriture à réaliser son rêve de mettre en scène un film. Elle fait ainsi ses premiers pas derrière la caméra en 2010, année où elle signe son premier court-métrage, « Einstein était un réfugié ». Après une longue maturation, elle revient six ans plus tard aux commandes de son premier long-métrage, « Faut pas lui dire », dont elle est également la scénariste. A cette occasion, elle réunit un joli quatuor d’actrices françaises et belges : Stéphanie Crayencour (vu chez Rohmer dans « Les amours d’Astrée et Céladon »), Tania Garbarski (qui jouait déjà dans son premier court-métrage), l’humoriste Camille Chamoux ainsi que la chanteuse Jennifer qui obtient ici son premier grand rôle au cinéma.

 

« Faire l’amour avec toi, c’est comme savourer le menu découverte d’un restaurant trois étoiles ! »

 

Faut_pas_lui_dire_JenniferLe « film de potes » est un genre qui fonctionne traditionnellement plutôt bien et qui a donné lieu à quelques comédies particulièrement cultes (« Les bronzés », « Un éléphant ça trompe énormément », « Mes meilleurs copains », « Le cœur des hommes »). Mais il fut longtemps l’apanage de la seule gent masculine. Il faut en effet attendre le milieu des années 2000 et la génération « Sex and the city » pour que le genre se féminise enfin, donnant lieu à une succession de comédies plus ou moins délirantes qui dynamitent les codes du genre en donnant enfin la parole aux femmes, à leurs désirs et à leurs angoisses (« Comme t’y es belle ! », « Les gazelles », « Mes meilleures amies »). A l’évidence, « Faut pas lui dire » s’inscrit dans une sorte de filiation avec le « Comme t’y es belle ! » de Lisa Azuelos. On y retrouve un peu la même ambiance, les mêmes préoccupations, et surtout les mêmes archétypes de personnages (la working girl divorcée, l’épouse un peu sage qui traverse une crise de couple, l’exubérante au caractère bien trempée mais à la fragilité évidente...). A cela s’ajoute également un pitch plutôt amusant (les trois héroïnes découvrent l’homosexualité du futur mari de leur cousine et décide de ne rien lui dire) qui promettait une comédie animée et cocasse. Reste que le traitement du récit n’est pas toujours à la hauteur des promesses esquissées. En effet, le film souffre de quelques déséquilibres, principalement dus à l’intérêt plus ou moins grand des intrigues propres à chacun des quatre personnages principaux et qui a pour conséquence quelques essoufflements. A ce jeu, ce sont les scènes totalement barrées avec Tania Garbarski qui sont de loin les plus savoureuses, tandis que celles du personnage interprété par Jennifer se révèlent souvent trop convenues. Mais surtout, on regrettera que le film abuse un peu de ressorts comiques parfois un peu éculées et lourdingues (les blagues sur les homos notamment), certaines séquences tombant ainsi franchement à plat (la scène où le héros raconte la découverte de son homosexualité à son psy). Sans doute aurait-on aimé un peu plus de folie et de transgression dans le propos. « Faut pas lui dire » est ainsi une comédie inégale mais sympathique.

 

Faut-pas_lui_dire_Chamoux

 

**

 

Le DVD : Le film est proposé en version originale française. Aucun sous-titre n’est proposé.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’un bêtisier ainsi que de scènes coupées.

 

Edité par Orange Studio, « Faut pas lui dire » est disponible en DVD depuis le 9 mai 2017.

 

Le site Internet d’Orange Studio est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!