Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 Jun

La huitième femme de Barbe Bleue

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies, #Comédies romantiques

Un grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « La huitième femme de Barbe Bleue » de Ernst Lubitsch.

 

La_huitième_femme_de_Barbe_Bleue

« Je déteste faire la cour, c’est la bureaucratie du mariage ! »

 

Nice. Dans un magasin de vêtements où "on parle anglais, on comprend l'américain", Michael Brandon, milliardaire américain, veut n'acheter que la veste d'un pyjama. Une aristocrate ruinée, Nicole de Loiselle, offre d'acheter le pantalon. Scandale, le vendeur refuse de céder le lot séparé en deux. L'affaire "monte" jusqu'au président-directeur-général de l'entreprise... et tout se solde par un mariage. L'épouse découvre que ce Barbe Bleue des temps modernes en est à sa huitième femme. La lune de miel, romantique à souhait (Prague-Venise-Paris), promet d'être mouvementée.

 

« Dire non à un homme qui n’a même pas souffert de la crise... quand même, tu exagères »

 

Huitième_femme_Barbe_Bleue_Claudette_Colbert

Figure majeure du cinéma hollywoodien des années 20 et 30, Lubitsch imposera son style au travers de ses délicieuses comédies de mœurs et de ses vaudevilles. Mais l’avènement du Code Hays, qui menace de censure les films ne respectant pas le code des bonnes mœurs puritaines, porte un coup de frein à sa liberté de ton et à sa carrière. Aussi, après le formidable « Sérénade à trois », ses réalisations suivantes (« La veuve joyeuse » et « Ange ») peinent à convaincre le public et la critique. Devant encore un film à la Paramount, il s’engage alors bon an mal an  en 1938 dans la réalisation de « La huitième femme de Barbe Bleue », pour lequel il s’adjoint les services de deux jeunes coscénaristes : l’américain Charles Brackett et Billy Wilder, un jeune compatriote formé aux studios berlinois de la UFA fraichement débarqué à Hollywood. Leur association fera tellement d’étincelles qu’ils se retrouveront sur le projet suivant de Lubitsch, le mythique « Ninotchka ».

 

« Mon valet et votre femme de chambre s’entendent très bien. Ce sont des choses qui arrivent quelquefois quand des gens vivent sous le même toit »

 

Huitième_femme_barbe_bleue_Gary_Cooper

Adapté de la pièce éponyme de Alfred Savoir, « La huitième femme de Barbe Bleue » est une comédie romantique piquante et décalée qui s’inscrit pleinement dans le genre alors très en vogue de la Screwball comedy dont Capra et Hawks seront les spécialistes. On y suit ainsi la rencontre et les amoures tumultueuses d’un jeune couple, composé d’un jeune et riche excentrique affairiste insomniaque et d’une jeune femme au tempérament bien affirmé. Une romance bien huilée qui aurait du être sans accroc jusqu’à ce que la jeune femme découvre en pleine cérémonie de mariage qu’elle sera la huitième épouse successive de son prince (trop) charmant. Un postulat décalé à souhait, qui permet à Lubitsch de laisser libre court à sa fantaisie comique, donnant lieu à des situations et des quiproquos exquis. A l’image de la rencontre fortuite des deux futurs tourtereaux, complémentaires au point d’acheter l’un le haut l’autre le bas du même pyjama. On s’amuse ainsi de la belle répartie des protagonistes, des improbables méthodes pour trouver le sommeil en lisant le mot « Tchécoslovaquie » à l’envers, ou encore des apparitions loufoques de l’employé détaché joué par David Niven (formidable scène où il tape consciencieusement lettre après lettre à la machine à écrire !). Mais dans son dernier tiers, le film tourne un peu en rond. Dans l’incapacité de communiquer, les deux amants se livrent une petite guerre bien rangée jusqu'à un final grand-guignolesque, dont les effets (le concours de gifles, le baiser aux oignons, la camisole) paraissent aujourd’hui très désuets et terriblement datés. Dommage, car le charme du couple Gary Cooper - Claudette Colbert demeure lui totalement intemporel.

 

Huitième_femme_Barbe_Bleue_Lubitsch

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée en Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une présentation signée Frédéric Mercier (critique à Transfuge), d’une Galerie photos et de bandes-annonces.

 

Edité par Elephant Films, « La huitième femme de Barbe Bleue » est disponible en DVD ainsi qu’en combo DVD + Blu-ray depuis le 5 juin 2018.

 

Le site Internet de Elephant Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!