Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 Nov

Mélodie en sous-sol

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Gaumont pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Mélodie en sous-sol » de Henri Verneuil.

 

Mélodie_en_sous_sol

« Moi l’avenir, je le vois du côté de Cambera, bourrés de pognon et inconnus. C’est-à-dire respectables. »

 

A peine sorti de prison, Charles, un truand à la retraite, refuse de s'acheter une bonne conduite. Ce dernier décide de monter un gros casse: le cambriolage du casino Palm Beach à Cannes. Pour mener à bien ce projet, Charles aura à ses côtés Francis, un jeune voyou sans scrupules et Louis, beau-frère de celui-ci. Chacun aura un rôle bien défini : Charles surveillera les salles du casino, Francis utilisera ses charmes pour visiter les coulisses du lieu et Louis sera le chauffeur des deux compères.

 

« Dans la vie, il n’y a pas de drames, il n’y a que des fatalités ! »

 

Mélodie_en_sous_sol_Maurice_Biraud

En ce début des années 60, Henri Verneuil est un réalisateur prolifique et bien établi dans le paysage cinématographique français. S’il s’est fait connaitre par le registre de la comédie, et notamment par le biais d’une prolifique collaboration de huit films avec Fernandel (« Le mouton à cinq pattes », « La vache et le prisonnier »), sa carrière a pris un tournant depuis le milieu des années 50 vers des registres plus dramatiques. Surtout, il s’est trouvé une nouvelle inspiration, en la personne de Jean Gabin, qu’il dirige pour la première fois sur « Des gens sans importance » (1956) et qu’il vient de faire tourner coup sur coup sur « Le président » (1961) et « Un singe en hiver » (1962). Une collaboration qu’il décide de poursuivre pour son film suivant, « Mélodie en sous-sol », adaptation du roman éponyme de l’américain John Trinian. Après avoir l’avoir associé à Belmondo dans « Un singe en hiver », le film est l’occasion pour le cinéaste d’associer la star Jean Gabin à l’autre jeune premier du cinéma français, Alain Delon.

 

« On va travailler au chrono désormais. Parce qu’une minute, ça fait pas toujours soixante secondes. Des fois, ça fait des années de prison. »

 

Mélodie_en_sous_sol_Jean_Gabin

« Mélodie en sous-sol » marque ainsi un nouveau tournant dans la carrière de Verneuil qui s’essaye cette fois au cinéma de genre. En l’occurrence, au film de casse, genre qui était jusqu’alors l’apanage du cinéma américain. Avec à la base un récit très classique, centré sur un vieux gangster voulant tenter un ultime (et lucratif) coup avant de raccrocher et qui, pour se faire, devra monter une équipe et échafauder un astucieux pour arriver à ses fins. Ici, l’objectif sera de faire main basse sur le coffre d’un célèbre casino cannois. Un plan audacieux, minutieusement préparé jusque dans ses moindres détails et dont la réussite dépendra, aussi, du facteur chance. S’il n’est pas à proprement parler révolutionnaire sur le plan scénaristique, le film apporte néanmoins une énergie et une efficacité narrative très « américaines » qui était jusqu’alors assez inédite dans le cinéma français. Surtout, « Mélodie en sous-sol » est un film qui en met plein les yeux : Riviera, palace, casino, grosses bagnoles et belles pépés servent de décors à la rencontre mythique de deux géants du cinéma français que sont Jean Gabin et Alain Delon. Deux comédiens au sommet de leur art, charismatiques en diable et qui bouffent littéralement l’écran, ne laissant que des miettes à Maurice Biraud, le troisième homme du casse. Techniquement maitrisé de bout en bout - jusque dans son final fataliste à souhait - « Mélodie en sous-sol » reste un grand classique du cinéma français, symbole d’une époque où on l’on savait associer populaire et qualité.

 

Mélodie_en_sous_sol_Alain_Delon

 

***

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un nouveau Master Haute-Définition, en version originale française (2.0). Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « Le Geste parfait » (43 min.) : Documentaire inédit de Roland-Jean Charna avec les interventions du critique Rafik Djoumi et de Patrick Glâtre, auteur de « Jean Gabin : La Traversée d’un siècle », ainsi que de Bandes-annonces.

 

Édité par Gaumont, « Mélodie en sous-sol » est disponible en blu-ray depuis le 3 juin 2020.

 

Le site Internet de Gaumont est ici. Sa page Facebook est ici.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!