Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jun

Cherche fiancé tout frais payés

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies romantiques

« Je ne bois pas une bière, je répète le rôle d’un mec qui boit une bière »

 

La comédie romantique est un genre très particulier, qui repose sur une écriture rythmée et efficace, sachant apporter un peu d’originalité sur un thème des plus communs et des plus visités qui soit, et qui impose systématiquement des figures de styles obligatoires. Et à ce jeux là, on a beau dire, c’est quand même les britanniques et les américains qui sont les plus forts. Incontestablement. Il faut dire que des films comme « Quand Harry rencontre Sally », « 4 mariages et 1 enterrement », « Coup de foudre à Notting Hill  » ou plus récemment encore, le très réussi « Come Back », ont imposé une recette de fabrication des plus efficace. Malgré cela, et même si le genre reste assez mineur chez nous, quelques films récents sont là pour prouver que nous sommes tout à fait capables d’imposer une touche française à ce genre, et avec une certaine réussite. En vrac, nous pourrons citer des films tels que « Ma vie en l’air », « J’me sens pas belle », « Essaye-moi », ou encore « Mensonges et trahisons, et plus si affinités ». Dans tous les cas, ces films qui ont rencontré leur public et qui sont attestent de la vitalité du genre chez nous, sont caractérisés par l'importance d'un univers original et propre à leurs réalisateurs, ainsi que par une tonalité légère mêlant subtilement humour, créativité et émotion. Dernier né du genre sur nos écrans, « Cherche fiancé tous frais payés », signé par Aline Issermann, réalisatrice de quelques films qui datent un peu, et dont je n’ai jamais entendu parler (raison de plus pour découvrir un nouveau cinéaste !), s’annonçait donc comme une comédie légère. Impressions à chaud.

 

« Je suis sorti avec parce que je pensais qu’il plairait à ma mère. Et qu’elle n’aimerait pas ses parents : vieux, pauvres et méchants »

 

L’histoire :

 

Alexandra, chasseuse de tête pour un grand cabinet de recrutement parisien, assume mal d’être célibataire alors qu’elle est trentenaire. Il faut dire que sa mère lui impose une vision de la vie dont la stabilité, le mariage, et les enfants sont l’unique sens à lui donner. Et justement, à l’approche de l’été, alors qu’elle doit partir pour deux semaines en visite chez sa mère, en Bretagne, où l’attendent déjà toute sa famille, ainsi que son ex et sa nouvelle conquête, Alexandra appréhende plus que jamais de s’y rendre seule. Heureusement, le destin met sur sa route un acteur raté et surtout chômeur, Manuel, qu’elle décide d’employé pour jouer le rôle de son petit ami, histoire d’impressionner et de faire taire sa mère, et de rendre jaloux son ex. Mais la confrontation de deux forts caractères, une succession de gaffes, et la découverte d’un secret de famille ne vont pas faciliter ce qui ne devait être qu’une  promenade de santé.

 

« Quand je rigole, je bosse »

 

Avant tout commentaire ou toute velléité à te rendre dans une salle pour voir ce film, je te mets en garde camarade cinéphile : ce film ressemble trait pour trait à « Prête-moi ta main », film à succès sorti l’année dernière et porté par Alain Chabat et Charlotte Gainsbourg. Même si, paraît-il, ce dernier a été tourné après « Cherche fiancé tous fais payés », les histoires sont d’une similitude confondante. Et d’un point de vue encore plus général, c’est le grand défaut de ce film, à savoir son manque incroyable d’originalité. Comme si les scénaristes avaient pris un malin plaisir à aligner à la suite les situations du genre les plus navrantes et déjà-vues qui soient. Ainsi, on échappe pas à l’abracadabrantesque canular porté par un fort en gueule mythomane dont on s’étonne qu’il ne soit pris en faute qu’à la toute fin du film, ni aux pseudos scènes de ménages entre un couple qui n’en est pas un, ou encore au happy-end tant attendu et sans la moindre originalité qui soit.

 

Outre les stéréotypes propres au genre de la comédie romantique, on reprend une seconde louchée avec les stéréotypes sur la Bretagne. Entre la scène où les autochtones parlent breton, et les incessantes références au chouchen, la saturation n’est pas loin. Ajoutons à cela (je sais, ça ne finit jamais !) le bien malvenu mais très à la mode beau-frère bon père de famille, honnête commerçant et surtout homosexuel caché qui drague impétueusement notre comédien, et vous obtenez une comédie qui perd pied définitivement.

 

Si le scénario est écrit sans la moindre originalité, le moins que l’on puisse dire, c’est que la réalisation est toute aussi molle. La caméra ne s’emballe jamais et filme avec la même application scolaire aussi bien les moments comiques que les moments censés être plus dramatiques. Reste le jeu des comédiens. Je me faisais une joie de retrouver à l’écran la trop rare Claudia Cardinale. Hélas, pour son retour sous les feux des projecteurs elle a bien mal choisit son film. Elle est d’ailleurs souvent en-dessous de ce à quoi son talent nous avait habitué. Dans les deux rôles principaux, Alexandra Lamy et Bruno Salomone tirent un peu le film vers le haut sans jamais être réellement transcendants. Les seconds rôles ne brillent pas réellement non plus (Gilles Gaston-Dreyfus joue bien mais est cantonné éternellement au même rôle, même chose pour Mathias Mlekuz qui retrouve à peu de choses prêts son rôle de « Qui m’aime me suive » en plus salaud), à deux exceptions prêtes. Tout d’abord, Isabelle Gélinas, qui apporte la seule vraie note de folie du film, dans une scène de boite de nuit et de concours de miss t-shirt mouillé mémorable, et enfin Rachida Khalil, qui arrive également à briller dans un rôle pourtant court et ingrat car trop stéréotypé.

 

« T’as raison, je suis pas très bon en jeune premier »

 

En conclusion, « Cherche fiancé tous frais payés » est une énième comédie romantique made in France, qui pèche par son manque d’originalité et de rythme. Aline Issermann tombe dans tous les pièges en imposant toutes les scènes pseudos comiques inhérentes au genre, sans la moindre originalité, le spectateur connaissant déjà le happy-end final avant même la fin du premier quart d’heure. Scénario trop bâclé, réalisation mollassonne, interprétation assurant dans l’ensemble le minimum syndical, le film ne vaut plus, qualitativement, qu’un téléfilm porté par des acteurs connus. En étant honnête jusqu’au bout, on dira que ce film est bien évidemment regardable jusqu’au bout, mais que les rires se font rares, et qu’il est totalement biodégradable une fois sorti de la salle. A vous de voir s’il mérite qu’on dépense temps et argent pour le voir. Pour moi, ça ne vaut pas le coup.



Commenter cet article

Bob Morane 29/06/2007 00:10

Et ben ça tombe bien, j'avais pas l'intention d'aller le voir rien qu'à l'affiche ! Sérieusement, ta critique bien constructive, confirme une impression de trop déjà vu au point de croire qu'on avais déjà vu...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!