Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 Nov

Contagion

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films Catastrophes

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/31/66/19802301.jpg« Il y a des maladies, certains y survivent, d’autres en meurent… On ne sait pas toujours »


Une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe… Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-Directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse. Tandis que les grands groupes pharmaceutiques se livrent une bataille acharnée pour la mise au point d’un vaccin, le Dr. Leonora Orantes, de l’OMS, s’efforce de remonter aux sources du fléau. Les cas mortels se multiplient, jusqu’à mettre en péril les fondements de la société, et un blogueur militant suscite une panique aussi dangereuse que le virus en déclarant qu’on "cache la vérité" à la population…


« Un virus est trop petit pour être perçu par une caméra »


http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/31/66/19796379.jpgLa fiction se nourrit bien souvent de la réalité. La multiplication ces dernières années des psychoses pandémiques (SRAS, H5N1, H1N1) ont ainsi donné des idées aux cinéastes, toujours prompts à nous imaginer des scénarios catastrophes de fin du monde et d’apocalypse bactériologique. Qu’ils soient spectaculaires (« Je suis une légende »), réalistes (« 28 jours plus tard »), philosophiques (« La route ») ou simplement fun (« Bienvenue à Zombieland »), les films de genre se sont ainsi multipliés sur nos écrans ces dernières années. Au tour donc du prolifique Steven Soderbergh de s’y coller, après avoir eu l’idée de ce film durant un voyage en avion. Enchaînant tour à tour les petits projets expérimentaux (« Girlfriend experience », « Bubble », « Full frontal », « The informant ! ») et les blockbusters (la saga des « Ocean’s », « Solaris »), ce « Contagion », doté d’un confortable budget (60 millions de dollars) et d’un gros casting, lui permet de faire son retour dans le monde de l’entertainment.


« Pour être malade, il faut avoir été en contact avec la maladie. Pour avoir peur, il suffit d’avoir été en contact avec la rumeur »


http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/31/66/19807614.jpgCe qui frappe en premier dans « Contagion », c’est sa froideur quasi chirurgicale et son économie d’effets qui le distingue des autres films du genre, souvent plus volontiers tape-à-l’œil et mélodramatiques. Nous rappelant ainsi son goût prononcé pour une certaine forme de minimalisme, voire même d’épure (on se souvient notamment de « Sexe, mensonges et vidéo »), Soderbergh choisit d’aborder son film sous un angle proche du documentaire, afin de lui donner un aspect parfaitement réaliste. En cela, il faut reconnaître que toute la première partie du film, de la découverte du premier cas jusqu’à la propagation mondiale du virus, fonctionne plutôt bien. De même, si on regrette un certain manichéisme qui n’apporte pas grand chose (la femme adultère meurt, pas son cocu de mari), sa vision « pessimiste » du monde se révèle assez fine et pertinente, surtout lorsqu’il prend à revers l’idée préconçue d’un monde maîtrisé par la technologie et la science pour imposer celle où une simple morsure de chauve-souris peut rendre celui-ci totalement incontrôlable. A ce titre, sa description des corollaires à la pandémie elle-même (rumeur, paranoïa, panique, violences en tous genres) ainsi que ses enjeux (économiques principalement, le virus représentant un véritable marché pour les laboratoires pharmaceutiques) est juste et fait froid dans le dos. En dépit de ses qualités, « Contagion » ne parvient cependant pas à nous convaincre pleinement. Le film pèche en grande partie par sa construction narrative : totalement éclatée façon puzzle, celle-ci se noie en multipliant les personnages, plus ou moins importants, censés apporter chacun un angle d’appréciation différent du problème de par sa condition (chercheur, journaliste, politique ou citoyen ordinaire) et sa localisation géographique. De plus, le choix d’une approche documentaire du récit rend l’ensemble totalement froid et enlève aux spectateurs toute faculté à s’attacher aux personnages ou à s’émouvoir de leur sort. Au final, si on attendait de ce film qu’il nous contamine par sa fièvre, il aura surtout susciter l’ennui. Sans être totalement raté, on attendait quand même mieux du nouveau Soderbergh.

 http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/31/66/19796381.jpg    http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/31/66/19807588.jpg

  Article rédigé dans le cadre du festival d'automne.

Commenter cet article

Christophe 21/11/2011 15:36


Assez d'accord avec toi, un film trop désincarné, où certains acteurs peinent à trouver leur lpace. Mais ce n'est pas non plus le film nul dont certains parlent. Seulement, on attend mieux de
Soderbergh...

Wilyrah 21/11/2011 11:39


J'ai aimé ce traitement sobre et réaliste. Je pense faire partie des rares blogueurs à avoir plutôt aimé. 

Bob Morane 15/11/2011 00:20



Ce n'est pas la nullité du siècle et pas le film de l'année. C'est en quoi  j'ai été déçu. J'attendais beaucoup plus et mieux que ce téléfilm plus ennuyeux qu'autre chose. Ceci dit, ta
critique est très pertinente



mymp 14/11/2011 23:02



C'est ça effectivement qui est dommage dans Contagion et que tu soulignes dans ta critique, c'est qu'on regarde un truc absolument terrifiant qui pourrait nous arriver dès demain sans problème,
et on arrive pourtant pas à être concerné, retourné, ni même ému (à part juste la scène où Matt Damon apprend la mort de sa femme, qui est très forte je trouve). Mais bon, ça reste quand même du
cinéma de qualité et bien au-dessus de la moyenne.



Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!