Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 May

Pirates des Caraïbes : jusqu’au bout du monde

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Y’a personne à qui j’ai manqué ? »

 

Après près de 10 mois d’attente, nous avons pu enfin reprendre l’aventure là où on l’avait laissée. C’est à dire quelque part dans l’estomac d’un immondice géant à tentacules nommé Kraken. Et c’est vrai que ce fut long, mais les retrouvailles promettaient d’être intenses et fantastiques. Il faut dire que l’aventure avait commencé quelque part durant l’été caniculaire de 2003, et j’avais découvert par hasard les tribulations de ce pirate peu ordinaire dans le franchement délirant et génial « Pirates des Caraïbes, la malédiction du Black Pearl ». Sans attendre franchement de suite, j’étais ravi de découvrir le deuxième volet de la saga, en 2006, « Pirates des Caraïbes, le secret du coffre maudit ». Malheureusement pour nous, l’aventure se terminait sur un lot d’incertitudes et de questions laissées en suspens qui appelait un troisième (et dernier ?) volet déjà prévu à grands coups d’annonces publicitaires. Et bien voilà, c’est fait, au milieu d’une période chargée en blockbusters très attendus (« Shrek 3 », « Spider-man 3 », « Zodiac », « Les quatre fantastiques et le surfeur d’argent », etc…), j’ai pu voir comment le Capitaine Jack allait entrer définitivement dans la légende. Impressions.

Affiche française. Buena Vista International

 

« Je préfère le rhum…le rhum c’est bon ! »

 

Tout d’abord, resituons l’histoire. Rattrapé par un passé et surtout une dette faustienne, ce bon vieux Jack doit faire face à Davy Jones, capitaine maudit du « Hollandais Volant », bateau fantôme peuplé d’hommes poissons ayant vendus leur âme au maître de bord. A force d’astuces et de courses poursuites visant à détruire le cœur de ce dernier enfermé dans un coffre pour l’éliminer, Jack, poursuivi également par la flotte britannique, finit par se retrouver prisonnier du Kraken, sorte de poulpe géant contrôler par Davy Jones lui-même. Afin de le libérer, une magicienne des marais ramenait à la vie le Capitaine Barbosa pourtant tué lors du premier volet de la saga, afin de prendre la barre du Pearl où s’embarquent le reste de nos amis.

Geoffrey Rush, Orlando Bloom, Mackenzie Crook, Naomie Harris et Johnny Depp. Buena Vista International

 

Dans cette suite, nos amis doivent tout d’abord dérober les plans de l’au-delà des mers, où est retenu prisonnier Jack, au chef des pirates de Singapour. Une fois la chose faite et ce bon vieux Jack à bord du Pearl, ils doivent faire face à Davy Jones, qui veut toujours faire payer sa dette au capt’aine Sparrow. De son côté, Will veut éliminer également Davy Jones afin de libérer son propre père, esclave du hollandais volant. S’en suivent toutes une série de manipulations où les manipulateurs sont aussi manipulés, pour au final voir la confrérie des pirates de toutes les mers se réunir pour affronter définitivement Davy Jones, mais aussi la flotte anglaise qui se trouve en soutien.

Chow Yun-Fat, Geoffrey Rush et Johnny Depp. Buena Vista International

 

« Nos destins se tournent autour et se croisent depuis toujours, sans jamais se rencontrer. C’est comme ça. »

 

La première chose qui frappe dans ce volet, c’est l’importance des personnages secondaires. Barbosa, mais aussi le tandem Will-Elizabeth qui volent d’abord la vedette à Jack qui n’apparaît que passée la première demie-heure. La deuxième chose qui est frappante, c’est la volonté des scénaristes mais aussi du réalisateur de construire l’intrigue autour des intérêts de chacun des personnages. Et en croisant les manipulations et les intérêts échafaudés par les uns les autres, Verbinski nous montre toute l’étendue de son talent. En effet, alors qu’un tel traitement scénaristique était assez casse-gueule, avec le risque d’avoir un film bancal, partant dans tous les sens, il arrive au contraire à entremêler les points de vue et les actions de tous ses protagonistes, d’une manière très fluide et lisible, sans jamais perdre ses spectateurs.

Keira Knightley, Geoffrey Rush et Johnny Depp. Buena Vista International

 

Mais la vraie révolution vient de l’histoire elle-même, qui pour la première fois dans la saga, offre un aspect très sombre. En effet, pour un film familial et tous publics, on pouvait s’attendre, à l’instar de ce qu’on avait vu dans les deux premiers épisodes, à un cocktail d’humour et d’actions avec au final de toutes façons une fin heureuse qui retombe parfaitement sur ses pieds. Ce sera finalement tout le contraire !

Keira Knightley, Geoffrey Rush, Naomie Harris et Mackenzie Crook. Buena Vista International

Et c’est en cela que Gore Verbinski est un réalisateur exceptionnel. Non seulement il arrive en permanence à nous surprendre, mais en plus il assume et défend ses choix, qui ne sont pas toujours les plus faciles. Loin de là. Si bien sûr l’humour a quand même une part belle (surtout grâce à Johnny Deep, qui excelle de plus en plus dans l’art de jouer de son propre personnage), tout comme l’action (la scène de départ dans le bouge de Singapour où siègent les pirates locaux, est digne des plus grands films du genre, tout comme le combat maritime final), la noirceur du film vient des coups du sort qui touchent tous les personnages : entre la mort du gouverneur Swann, la malédiction qui frappe le tout jeune marié Will et qui ne lui permet pas de vivre la vie dont il rêvait avec Elizabeth, ou encore la fin tragique de Dorlington, tout ici est réuni pour offrir à cette saga une dimension supérieure, allant au-delà du film pour enfants. Et je passe sur la scène de départ montrant la pendaison d’un enfant !

Chow Yun-Fat et Keira Knightley. Buena Vista International

 

« -    Dix années en mer pour une journée à Terre, c’est cher payer…

-         Tout dépend de la journée »

 

Avec ce troisième volet la magie opère toujours. Il faut dire qu’on y retrouve tous les éléments qui ont fait le succès de la saga. Les décors et costumes sont toujours aussi géniaux, les scènes de bataille et celles avec les bateaux sont toujours aussi réalistes. Côté casting, c’est toujours le top : Johnny Deep EST Jack Sparrow, de sa dégaine à ses mimiques, il apporte une réelle personnalité rock’n’roll à ce personnage haut en couleur. De plus, les scènes de schizophrénie où son personnage se dédouble apporte une touche de folie et d’humour supplémentaire à son personnage. Il est définitivement entré dans la légende. Autour de lui, Keira Knightley fait toujours aussi bonne figure, sachant amené à la fois une dose de féminité dans un milieu très viril, de sérieux mais aussi d’autodérision. Bill Nighy et Geoffrey Rush assurent également dans des rôles assez ingrats. Mais vu leurs statures, on en attendait pas moins d’eux !

Reste l’énigme Orlando Bloom, dont le charisme disparaît d’épisode en épisode. Là aussi, on en attendait pas moins de lui !

Les seconds rôles sont toujours au diapason. A noter la présence au casting de deux figures exceptionnelles : Chow Yun Fat, la star chinoise assure dans le rôle du chef des pirates de Singapour. Et Keith Richards, plus connu pour ses riffs de guitare avec les Stones, et qui a servi de modèle physique à Deep pour construire son personnage de Jack Sparrow, fait une apparition clin d’œil pleine d’humour. Bref, que du lourd !

Affiche teaser américaine. Buena Vista International

 

Au final, ce dernier opus qui conclut la saga a tout pour combler les fans, même si l’épisode apparaît finalement beaucoup plus noir que ses prédécesseurs. Gore Verbinski réussit donc son pari haut la main de boucler sa saga déjà culte sans vendre son âme (à Davy Jones ?) puisqu’il impose un scénario en rupture avec le ton plus léger des deux épisodes antérieurs. Avec un casting au diapason, une réalisation toujours aussi brillante et des effets visuels toujours plus forts, plus beaux et plus impressionnants, il fait de ce film un must pour conclure brillamment cette saga. Cette fois, c’est évident, l’équipage du Black Pearl entre de belle manière dans la légende, quant à Jack Sparrow, il renforce son statut de mythe ! Jusqu’à un nouvel épisode ?

Affiche teaser américaine. Buena Vista International



Commenter cet article

Bob Morane 26/05/2007 15:55

Avis tout à fait partagé ! Film génialement grandiose sans jamais décliner au fil des suites. Une trilogie magique digne des star wars. C'est tellement excellent que j'en suis à un demander encore sachant que je ne serais jamais déçu.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!