Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 May

La castagne

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies

Un grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « La castagne » de George Roy Hill.

 

Slap_shot« Tous ces hommes sont restés des gosses »

 

Reggie Dunlop ne vit que pour sa passion du hockey sur glace. Il y a sacrifié toute sa vie, à commencer par son couple.

 

A ce titre, il est désormais l’entraineur des Chiefs, l’équipe de baseball de Charlestown, une bande de bras cassés plus enclins à la bagarre qu’au fair-play.

 

Alors qu’un important match contre l’équipe de Hyannisport s’annonce, Reggie Dunlop va devoir remettre de l’ordre dans ses troupes…

 

« La plupart des héros sont d’abord des criminels »

 

Castagne_NewmanPassionné de lettres (il débute notamment une thèse sur l’oeuvre de James Joyce) et de musique classique, George Roy Hill débute sa carrière comme reporter pour la presse écrite. Mais très vite, sa dévorante passion pour le théâtre prend le dessus. On le retrouve ainsi dès le début des 50’s à Broadway où il officie comme acteur de second plan. Mais c’est à la télévision au cours des années suivantes que ses talents de scénariste et de réalisateur vont pleinement s’épanouir. Après un retour par Broadway, cette fois en tant que metteur en scène, il part finalement tenter sa chance à Hollywood. D’abord cantonné à des comédies légères (« L’école des jeunes mariés », « Deux copines un séducteur »), il connait un succès retentissant à la fin des années 60 grâce à « Butch Cassidy et le kid » (1969) puis « L’arnaque » (1973) pour lequel il obtient l’Oscar du Meilleur réalisateur. Deux films qui reposent sur l’association de deux monstres sacrés alors au sommet de leur beauté : Paul Newman et Robert Redford. En 1977, trois ans après avoir probablement réalisé son plus beau film avec « La kermesse des aigles », il revient avec « La castagne » sur lequel il retrouve son acteur fétiche Paul Newman. Initialement prévu comme un documentaire sur le hockey-sur-glace, le film sera finalement une comédie de fiction, tournée avec de véritables professionnels de ce sport. Très grand succès au box-office, le film donne lieu à un remake (« The indians », 1989 avec Charlie Sheen) et à une suite en 2002.

 

« L’équipe ne gagne pas parce qu’elle marque mais parce que je les force à voir rouge »

 

Castagne_George_Roy_HillEn 1977, Paul Newman a 53 ans. S’il a la cinquantaine fringante, il n’est cependant plus le jeune premier irradiant de beauté qu’il était encore moins de dix ans plus tôt. Après avoir enchainé une série de rôles plutôt sérieux dans des films plutôt dramatiques (« Le piège », « La toile d’araignée », « Buffalo Bill et les indiens » ou encore « La tour infernale »), il trouve dans « La castagne » un rôle qui lui permet de casser son image de gendre idéal. Ici, il campe en effet un entraineur de hockey bagarreur qui dirige une équipe de joueurs machistes et bas de plafond. Des loosers invétérés, soiffards et un peu rustres, toujours prêts pour la foire d’empoigne comme pour courir la gueuze. Faute de talent sur la patinoire, ils usent de violence pour impressionner les adversaires. Tandis qu’en dehors du terrain, ils usent d’un vocabulaire particulièrement fleuri pour parler de leur sport, de la vie et des femmes. En arrière plan, le film dresse le portrait d’une Amérique industrielle et provinciale à la fois déclinante et décadente, ainsi que l’avènement du sport spectacle, abêtissant les masses plus avides de violence que de prouesses sportives. On sourit ainsi beaucoup devant cette chronique sportive légère et loufoque, souvent borderline (avec les femmes) et qui flirte en permanence avec le mauvais goût d'un humour graveleux et un peu beauf. Paul Newman y trouve là un rôle surprenant de looser attachant qui lui permet de montrer une autre facette de son jeu. Comme une parenthèse de légèreté avant de retourner ensuite à des rôles plus dramatiques (« Le verdict », « Absence de malice », « L’affrontement »). Sympathique donc, mais tout de même un peu daté.

 

Slap_Shot_Newman

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restauré en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également proposés.

 

Côté bonus, cette riche édition propose un portrait de Paul Newman par Xavier Leherpeur (20’), le module « La Castagne : Hockey et cinéma » par Sophie Serbini, journaliste à SFR Sport (15’), la bande-annonce cinéma d’origine, une galerie photos, le commentaire audio des frères Hanson (VOST) et Parlons hockey avec les Hanson (5’).

 

Edité par Elephant Films, « La castagne » est disponible en DVD ainsi qu’en combo DVD + blu-ray depuis le 2 mai 2017.

 

Le site Internet de Elephant Films est ici. Sa page Facebook est ici.

 

A noter que sortent simultanément dans la même collection les titres « Virages » et « Le clan des irréductibles ».

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!