Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 Jul

L'héritage de la chair

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames, #comedies dramatiques

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « L’héritage de la chair » de Elia Kazan.

 

Heritage_chair

« Il ne faut pas te faire passer pour ce que tu n’es pas ! »

 

Après ses années d’études, Patricia Johnson revient chez sa grand-mère, qui l’a élevée et s’est sacrifiée pour elle.

 

Patricia est une jeune femme noire à la peau très claire, ce qui lui permet de passer pour une blanche et lui vaut le surnom de Pinky.

 

Elle a du mal à assumer ses origines, mais confrontée au racisme et à la ségrégation, elle finira par revendiquer haut et fort ce qu’elle est.

 

« Personne n’a droit au respect s’il commet une imposture »

 

Pinky_Jean_Crain

Bien avant le cinéma, Elia Kazan connait une première carrière au théâtre, à Broadway, où il s’impose au cours des années 30 et 40 comme l’un des jeunes metteurs en scène les plus en vue de sa génération. Une réputation acquise en grande partie grâce à la modernité de ses pièces, pour la plupart basées sur les textes de jeunes auteurs contemporains, avant-gardistes et progressistes, tels qu’Arthur Miller ou Tennessee Williams. Le succès gagné sur les planches lui ouvre bientôt les portes de Hollywood, où il imposera d’entrée son goût pour les sujets sociaux. D’abord avec « Le lys de Brooklyn » (1945), portrait d’une famille pauvre devant faire face à l’adversité, puis avec « Le mur invisible » (1947), œuvre dans laquelle il dénonçait avec force l’antisémitisme lattant au sein de la société américaine. Un sujet brûlant et forcément dérangeant pour lequel il obtint néanmoins l’Oscar du Meilleur réalisateur. Fort de ce succès inespéré, le producteur Darryl Zanuck souhaite initier d’autres films politiques, traitant des questions de racisme qui divisent alors la société américaine. Il décide ainsi d’adapter la nouvelle « Quality » de Cid Ricketts Summer paru en 1946. Mais les première scènes tournées par le grand John Ford sont jugées trop caricaturales et ce dernier est finalement débarqué pour être remplacé par Kazan. Le film fut nommé trois fois aux Oscars : Meilleure actrice pour Jean Crain, Meilleure actrice dans un second rôle pour Ethel Barrymore et Ethel Waters.

 

« On ne peut pas vivre sans fierté »

 

Heritage_Chair_Jean_Crain

« L’héritage de la chair » est ainsi un film qui traite des questions de l’identité et du racisme à travers le personnage de Pinky, une jeune femme afro-américaine dont la blancheur de la peau laisse croire de prime abord qu’elle appartient à la communauté blanche. De retour chez sa grand-mère dans son vieux sud ultraconservateur natal après trois années à étudier à Boston où elle fut considérée - et donc respectée - comme une blanche, celle-ci est alors en proie à une violente crise identitaire, ne supportant plus les brimades et les humiliations normalisées par une société de castes à deux vitesses et par nature injuste. De façon préfiguratrice, Kazan trouve ici un personnage original de métisse, ni vraiment blanc ni tout à fait noir qu’on retrouvera régulièrement au cours des années suivantes dans des films comme « L’esclave libre » ou « Mirage de la vie ». Des personnages un peu en marge car ne parvenant pas à trouver leur place et refusant d’être catalogués comme appartenant à une communauté couramment défavorisée et méprisée. Pourtant, dans le cas présent, c’est par le leg - contesté - d’une blanche que Pinky devra s’affirmer comme elle est et pour ce qu’elle est. Et ainsi livrer - seule contre tous - un combat en justice pour faire reconnaitre ses droits et son honneur. Près d’une dizaine d’années avant l’avènement des mouvements pour les droits civiques qui secoueront durablement la société américaine, Kazan signe là une jolie fable sociale qui dénonce la ségrégation et les injustices, doublée d’un formidable portrait de femme à la fois fière, moderne et déterminée. Le film doit également beaucoup à la belle interprétation de la jolie Jean Crain, qui trouve là un de ses plus beaux rôles.

 

Héritage_chair_Kazan

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté dans un nouveau master haute définition, en version originale américaine (2.0). Des sous-titres français sont également proposés.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « L’héritage de la chair », présentation et analyse du film par Michel Ciment (22 min.).

 

Edité par ESC Editions, « L’héritage de la chair » est disponible en DVD depuis le 11 avril 2017.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!