Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 Dec

Les enchainés

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers, #melodrames

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Les enchainés » d’Alfred Hitchcock dans le cadre de la sortie du coffret « Alfred Hitchcock - les Années Selznick ».

 

Notorious

« Vous êtes aussi jolie qu’attachante... »

 

Alicia, fille d'un espion nazi, mène une vie dépravée. Devlin lui propose de travailler pour les Etats-Unis afin de réhabiliter son nom. Elle épouse donc un ancien ami de son père afin de l'espionner. Devlin et elle s'aiment sans oser se l'avouer, attendant chacun que l'autre fasse le premier pas. Lorsque le rôle qu'elle tient est découvert, son mari décide de l'empoisonner.

 

« J’ai besoin de bonheur. Pourquoi ne voulez-vous pas m’aidez un peu ? »

 

Notorious_Ingrid_Bergman

Pour son troisième film pour la Selznick International Pictures, Alfred Hitchcock choisit d’adapter sur grand écran la nouvelle « The song of the dragon » de John Taintor Foote, dont le scénario sera écrit dès 1944 par Ben Hecht, devenu un collaborateur récurent du cinéaste depuis qu’il a signé les scénarii de « Lifeboat » et de « La maison du Docteur Edwardes ». Mais la production du film se révèle compliquée : le FBI qui a eu vent du projet met la pression sur David O. Selznick, désapprouvant l’immoralité de l’héroïne du récit qui, d’une certaine manière, se prostitue pour sa cause, ainsi que l’allusion à l’arme nucléaire (via la référence au trafic d’uranium) alors même que l’Amérique développe dans le plus grand secret le Projet Manhattan. La pression est telle qu’elle finit par décourager Selznick, qui préfère vendre les droits du film à la RKO contre la somme de 800 000 dollars et un intéressement sur les recettes à venir. De quoi apporter quelques liquidités à sa société, par ailleurs engagée à la même époque dans l’onéreuse production du western « Duel au soleil » de King Vidor.

 

« Pourquoi ne pas me faire confiance ? Juste une fois ? Pourquoi ne pas essayer ? »

 

Notorious_Cary_Grant

Avec « Les enchainés », Hitchcock renoue avec le thriller d’espionnage, son genre de prédilection par excellence. Mais, victoire des alliés oblige, il inverse cette fois les rôles : ce ne sont ainsi plus les agents de l’Axe qui viennent inquiéter les alliés (« La cinquième colonne », « Correspondant 17 », « Une femme disparait ») mais les alliés qui traquent les derniers groupuscules nazis. L’opération prenant des allures de plan machiavélique : un agent de la CIA engage après l’avoir séduite la fille d’un espion allemand résidant en Amérique pour infiltrer un réseau de nazis ayant trouvé refuge au Brésil et dirigé par un ancien ami de son père. Une opération périlleuse qui nécessite le renoncement à soi, puisque l’héroïne devra aller jusqu’à épouser sa cible. Mais la résurgence de ses sentiments profonds pourraient bien la conduire à sa propre perte. Avec beaucoup de subtilité, Hitchcock réinvente ici le principe du trio amoureux au service d’un thriller d’espionnage haletant, dont l’intérêt réside sans doute dans l’ambiguïté de ses personnages : Devlin, l’espion américain de la CIA se révèle être un médiocre manipulateur, prêt à « prostituer » celle qu’il aime au nom de sa mission, tandis que le nazi Sebastian (formidable Claude Rains), fait preuve de prime abord d’une réelle humanité (il suffit de voir sa souffrance lorsqu’il comprend la trahison de son épouse), avant que le final ne vienne rebasculer l’ordre moral. Surtout, le film bénéficie d’un scénario formidable, qui décrit avec une incroyable acuité les bouleversements immédiats de son époque : réseau d’exfiltration des nazis vers les Amériques, avènement des États-Unis comme superpuissance, de l’ère nucléaire et de la Guerre froide, rôle ambigu de la CIA), qui marqueront les bases de la situation géopolitique mondiale des cinquante années à venir. Et puis surtout, il y a cette formidable histoire d’amour, aussi passionnée et sensuelle qu’interdite, portée par des personnages aussi fiers que tourmentés. Un chef d’œuvre intemporel.

 

Notorious_Hitchcock

 

****

 

Le blu-ray : Le film est proposé dans un nouveau master restauré HD, en version originale américaine (1.0) ainsi qu’en version française (1.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « La clé du suspense », analyse du film par Laurent Bouzereau (14 min.) et par le décryptage du film extrait des entretiens Hitchcock/Truffaut.

 

Edité par Carlotta, « Les enchainés » est disponible en coffret ultra collector (n°7) en DVD ou blu-ray, incluant également les films « Rebecca », « La maison du Docteur Edwardes » et « Le procès Paradine », ainsi que le livre de 300 pages « La conquête de l’indépendance » réalisé en association avec les Cahiers du Cinéma, depuis le 29 novembre 2017.

 

Hitchcock_Selznick_Coffret_Blu-ray
Hitchcock_Carlotta

 

Le site Internet de Carlotta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!