Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
06 Oct

Coffy la panthère noire de Harlem

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films d'action, #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à BQHL Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Coffy la panthère noire de Harlem » de Jack Hill.

 

Coffy

« J’ai entendu dire que vous êtes un homme dangereux. J’aime ça. ça m’excite »

 

Pam Grier est Coffy, infirmière le jour et justicière la nuit. Lorsqu’elle découvre qu’un dealer a entraîné sa jeune sœur dans l’univers impitoyable de la drogue, elle met non seulement fin à la misérable existence du criminel mais prend également la ferme résolution de suivre sa trace afin de remonter la filière. La soif de vengeance de Coffy n’aura alors plus de cesse, mais elle va se rendre compte que les apparences sont parfois trompeuses…

 

« Cette fille est un animal sauvage. Je la veux. Ce soir ! »

 

Coffy_Pam_Grier

L'abrogation du code de censure Hays et le déclin progressif du monopole des grands studios hollywoodiens permettent l'émergence dès la fin des années 60 d'un cinéma dit indépendant. Et avec lui d'un cinéma dit d'exploitation, fait de films peu couteux à produire, jouant sur les thématiques autrefois tabous (le sexe, la violence...) et destiné à des circuits de diffusion plus marginaux (salles de quartier et plus tard vidéoclub). Un cinéma qui se déclinera rapidement en sous-genres thématiques, comme la sexploitation (avec notamment l’œuvre de Russ Meyer), le slasher ou le film de redneck. Mais le genre le plus intéressant du cinéma d’exploitation reste sans aucun doute la blaxploitation, films principalement destinés au public afro-américains, dans lesquels des acteurs afro-américains tiennent les rôles principaux. Ce qui donnera lieu à un certain nombre de films de qualité variables, dont on retiendra néanmoins les emblématiques « Shaft, les nuits rouges de Harlem » (Gordon Parks, 1971), « Sweet sweetback’s baadasssss song » (Melvin Van Peebles, 1971) ou encore « Boss nigger » (Fred Williamson, 1975).

 

« Tant que les noirs n’auront rien à foutre de leur journées, ils prendront de la dope pour passer le temps »

 

Coffy_Robert_DoQui

C’est dans ce contexte que sort en 1973 le film « Coffy la Panthère noire de Harleem » de Jack Hill, réalisateur blanc qui fera carrière dans la blaxploitation des années 70. Comme « Shaft » avant lui, l’intrigue de « Coffy » est ainsi ancrée dans une certaine réalité sociale, puisqu’il prend pour décor les vicissitudes du quartier new-yorkais de Harlem, épicentre - pour ne pas dire ghetto - de la communauté afro-américaine de Big Apple. C’est d’ailleurs pour lutter contre cette misère sociale (drogue, mafia, corruption...) que la belle Coffy, infirmière le jour, se transforme la nuit en héroïne vengeresse. Mais à la différence de « Shaft », « Coffy » ajoute à l’action et à la violence une dimension sexy et sensuelle par le biais de son interprète, la jolie et voluptueuse Pam Grier, qui n’hésite pas à faire l’étalage de ses charmes pour mener à bien sa croisade vengeresse. Mais ce « Coffy » est aussi marquant en ce qu’il est l’un des premiers films à dénoncer crument les violences faites aux femmes (intimidation, viol, prostitution, etc...) par une certaine phallocratie (personnifiée par ce personnage de proxénète violent qui crache sur les femmes avant de les torturer). Ce qui fera, par ricochet, de son héroïne l’une des premières icônes féministes du cinéma. Contre toute attente, « Coffy la panthère noire de Harlem » offre ainsi un spectacle d’une redoutable efficacité malgré des moyens que l’on devine assez limités. A prendre pour ce qu’elle est - une série B assumée - qui assure néanmoins un divertissement sévèrement badass !  Forcément culte.

 

Coffy

 

***

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par BQHL Editions, « Coffy la panthère noire de Harlem » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 9 septembre 2019.

 

La page Facebook de BQHL Editions est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!