Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 Dec

Les yeux dans les ténèbres

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Les yeux dans les ténèbres » de Fred Zinnemann.

 

Les_yeux_dans_les_ténèbres

« Vous êtes toujours aussi belle. C’est dans ce genre de moment que je regrette de ne pas voir »

 

Norma Lowry sollicite l’aide de son ami le détective non voyant Duncan Maclain car elle vient d’apprendre que l’un de ses anciens prétendants, un acteur de théâtre de second rang, courtise sa belle-fille, tout juste âgée de 17 ans. Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné, Norma devient, par un malheureux concours de circonstances, la principale suspecte de ce crime…

 

« Jour ou nuit ? Quelle différence cela ferait-il pour moi ? »

 

Les_yeux_dans_les_ténèbres_Ann_Harding

Formé à Paris, à l’École Louis Lumière, le viennois Fred Zinnemann se destinait à une carrière de cinéaste au sein des prestigieux studios allemands de la UFA. Mais comme nombre de ses collègues, il finit par fuir l’avènement du nazisme et de sa politique antisémite avant même d’avoir pu réaliser son premier film. Prenant la route de l’exode, il atterrit d’abord au Mexique où il débute véritablement sa carrière de réalisateur avant de pouvoir rejoindre en 1938 la cohorte de réfugiés allemands de Hollywood. Après quelques courts-métrages et autres documentaires, il enchainera ainsi les films de série B, avant de connaitre le succès à partir de la fin des années 40 avec « Les anges marqués » (1948), qui annonce la consécration des deux décennies à venir avec des films tels que « Le train sifflera trois fois » (1952), « Tant qu’il y aura des hommes » (1953), « Au risque de se perdre » (1959) ou encore « Un homme pour l’éternité » (1966).

 

« Quelle menace pourrait bien représenter un aveugle ? »

 

Les_yeux_dans_les_ténèbres_Edward_Arnold

En 1942, il signe l’un de ses premiers films avec « Les yeux dans les ténèbres », petite série B policière adaptée d’un roman de Baynard Kendrick. Un film qui s’inscrit en plein dans la vogue des films de détectives privés, tels que la série « The thin man» , « Le faucon maltais » (1941), « Le grand sommeil » (1946) ou encore « La pièce maudite » (1947). Mais à l’instar du détective d’origine chinoise de la série des « Charlie Chan », « Les yeux dans les ténèbres » s’amuse à redessiner l’archétype du détective privé en lui attribuant cette fois la particularité d’être non-voyant. Un handicap physique ici transformé en atout psychologique car même s’il ne  possède pas la vue, le personnage demeure le seul à être clairvoyant et à ne jamais se laisser duper. Ce qui tombe bien, car il se retrouve ici plongé au cœur d’un vaste complot machiavélique mené par des agents nazis infiltrés et bien déterminés à mettre la main sur des documents secrets. Là encore, la peur schizophrène de voir la société civile infiltrée par les espions allemands est un thème récurrent du cinéma hollywoodien durant la Seconde guerre mondiale, spécialité entre autre de Henry Hathaway (« La maison de la 92e rue »), Fritz Lang (« Chasse à l’homme », « Espions sur la Tamise ») ou encore Alfred Hitchcock (« Correspondant 17 », « La cinquième colonne »). Bien que prévisible, force est de constater que le film est rondement mené grâce à une réalisation plutôt dynamique qui alterne avec efficacité les scènes d’action et les séquences plus légères (notamment lorsque le héros tente de se faire devant les espions nazis passer pour le vieil oncle original et facétieux de la famille, la partie de cartes). Dominé par un Edward Arnold impérial (et qui devant le succès du film reprendra son rôle trois ans plus tard dans « The hidden eye » de Richard Whorf), le casting compte quelques seconds rôles savoureux, comme Ann Harding, Stephen McNally ou la quasi débutante Donna Reed. Un film de série B sans prétention et étonnamment plaisant qui constitue, donc, une vraie bonne surprise.

 

eyes_in_the_night_Donna_Reed

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale américaine (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par Artus Films, « Les yeux dans les ténèbres » est disponible en DVD depuis le 4 décembre 2018.

 

Le site Internet de Artus Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Jean 08/01/2019 08:37

Bonjour, « Les yeux dans les ténèbres » me paraît un très beau film. J’ai vraiment hâte de voir ce long-métrage en intégralité. Aussi, je te souhaite une bonne continuation pour tes prochaines revues de films. Bonne journée !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!