Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 Jul

Désirée

Publié par Platinoch  - Catégories :  #melodrames, #Films Politiques-Historiques

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Désirée » de Henry Koster.

 

Désirée

« Désirée. Celle qu’on désire. Un prénom qui vous va si bien ! »

 

Lorsque, en 1794, il rencontre Désirée Cluny à Marseille, Napoléon Bonaparte n’est encore qu’un général sans le sou à la merci des dernières convulsions de la Révolution. S’ils se jurent un amour éternel et le mariage, les événements les séparent vite. Pour des raisons politiques, Napoléon épouse Joséphine de Beauharnais tandis que, désespérée, Désirée pense à un suicide dont la sauve le général Bernadotte. De batailles en conquêtes, de la victoire à la défaite, désormais empereur, jamais Napoléon n’oubliera Désirée que le destin conduit sur le trône de Suède…

 

« Je ne suis pas une décoration qu’on accorde à des officiers »

 

Désirée_Marlon_Brando

Né aux premières heures du vingtième siècle, peu de temps après le cinéma, l’allemand Henry Koster grandit à l’ombre de la salle obscure berlinoise de son oncle où sa mère pianiste joue en accompagnement de la projection des films. Forcément, il se passionnera pour le septième art et sera embauché comme scénariste dès les années 20. Là il deviendra l’assistant du réalisateur Curtis Bernhardt qui lui mettra le pied à l’étrier. Mais sitôt après avoir réalisé ses premiers films pour les studios de la UFA, il prendra la route de l’exil américain pour fuir les nouvelles autorités nazis. A Hollywood, il s’imposera rapidement comme un honnête faiseur, se spécialisant notamment dans la réalisation de films musicaux familiaux, portés notamment par l’actrice Deanna Durbin. Il faut attendre la fin des années 40 pour le voir se lancer dans des projets un peu plus ambitieux, comme la comédie « Honni soit qui mal y pense » (1947) avec Cary Grant, le mélodrame « Harvey » (1950) avec James Stewart ou le drame « Ma cousine Rachel » (1952) avec Olivia De Havilland. Surtout, il se lancera dans la réalisation de plusieurs grandes fresques historiques, à l’image du péplum « La tunique » (1953) ou « Les seigneurs de l’aventure » (1955).

 

« Je vous assure ma loyauté, je ne peux vous garantir mon affection »

 

Désirée_Merle_Oberon

C’est dans cette dynamique qu’il réalise « Désirée » en 1954. Un film consacré à la vie de Désirée Clary, première fiancée de Napoléon Bonaparte et adapté du roman éponyme de Annemarie Selinko. Construit autour d’une succession de saynètes, censées présenter les grands moments forts qui ont jalonné sa vie, le film nous conte le destin hors norme de cette jeune fille provinciale, fille d’un marchand de la bourgeoisie marseillaise, qui de par sa rencontre avec Napoléon gravira les échelons de la noblesse d’empire jusqu’à devenir reine de Suède. Mais en creux, c’est aussi - et surtout - l’histoire de Napoléon qui nous est contée, de son ascension politique fulgurante jusqu’à sa chute totale et définitive. Reste que le portrait du célèbre conquérant, présenté ici comme un être cynique et calculateur, demeure très parcellaire (rien sur les importantes réformes de l’État mises en œuvre tandis que ses principaux lieutenants comme Murat ou Ney sont absents du récit). Plus intéressant est sans doute le portrait du Maréchal Bernadotte, militaire insoumis et franc-tireur, qui finira sur le trône de Suède. Mais là encore, le portrait semble bien parcellaire et surtout partial en ce qu’il n’est jamais présenté comme un traitre aux ambitions personnelles débordantes (il convoite notamment le trône de France après la chute de Napoléon). Truffé d’inexactitudes historiques, le film se regarde donc comme un grand mélo en costumes et en Technicolor, auquel il manque cependant le souffle des plus grands classiques du genre, comme « Autant en emporte le vent ». A voir surtout pour ses acteurs, Marlon Brando et Jean Simmons en tête.

 

Désirée_Jean_Simmons

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de d’un entretien autour du film avec Patrick Brion.

 

Edité par ESC Editions, « Désirée » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 18 juin 2019.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!